Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Serpents et Échelles (Snakes and Ladders)

Note: 2/5
(2/5 pour 3 avis)

Ce très beau texte est, une fois encore, magnifiquement mis en image par Eddie Campbell qui connaît mieux que personne l’univers d’Alan Moore et conçoit des représentations graphiques en parfaite adéquation avec les images mentales du mage anglais. (résumé éditeur)


Alan Moore Auteurs britanniques Cà et Là

Serpents et Échelles est la troisième collaboration de Campbell et Moore après From Hell et La Coiffe de Naissance et une œuvre qui reste inédite à ce jour en langue française. Publié en 2001 au format comic-book par Eddie Campbell, Serpents et Échelles et adapté d’un spectacle donné à Londres en 1999, c’est également l’un des textes les plus poétiques d’Alan Moore. A travers les portraits de personnalités marquantes de l’histoire de l’Angleterre, il revisite la création de l’univers, de l’homme, et s’interroge sur les sources de l’art et de l’imaginaire des hommes et des artistes. Il poursuit également sa réflexion sur l’influence des lieux sur la psyché des personnes qui les habitent, et sur la nature des liens entre le monde réel et le monde magique. Texte: L'éditeur

Scénariste
Dessinateur
Traducteur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 22 Août 2014
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Serpents et Échelles
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

03/09/2016 | Gaston
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Étrange, vraiment étrange, cet album. C’est en fait l’illustration d’une sorte de conférence, ou plus précisément d'une « performance », d'une lecture/spectacle d’Alan Moore. C’est une longue logorrhée, une déclamation poétique, jouant sur l’histoire, la mystique, dans un va et vient verbal plus ou moins inspiré. Il y a un peu de surréalisme (dans les images verbales ou les collages visuelles), mais aussi de situationnisme (dans la dérive psycho-géographique à l’œuvre dans certains passages) dans cet album véritablement inclassable. C’est rempli de références (à des faits, des auteurs variés), et le texte abondant peut en rebuter certains. Je l’ai trouvé un peu moins captivant sur la fin, un peu moins « digeste ». Mais globalement, j’ai plutôt apprécié ma lecture. Le dessin de Campbell, à l’aquarelle, se révèle parfois très beau – il est en tout cas complémentaire du texte de Moore (parfois ce sont des photos retouchées qui se mêlent au dessin).

30/05/2020 (modifier)
Par Erik
Note: 1/5
L'avatar du posteur Erik

J'ai dû une fois jouer dans ma vie au jeu serpents et échelles bien qu'il ne soit pas très répandu dans notre pays. Alan Moore fait un essai aussi bien temporelle que psychologique dans une exploration psychogéographiques. Il y a un peu de magie et des rituels mais surtout des métaphores et des tournures poétiques. Mais c'est surtout une narration très bavarde qui nous assomme littéralement. Il ne faudra pas perdre le fil sous peine d'une marche en arrière ce qui est le principe de ce jeu. Bref, une adaptation qui rester très difficile d'accès pour les lecteurs que nous sommes. Cette fois-ci, je ne parle pas que pour moi mais pour l'ensemble. Il n'y a rien de subjectif dans ma remarque. Bref, une oeuvre beaucoup trop incompréhensible.

26/03/2017 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Un album qui contient les pires défauts d'Alan Moore. On retrouve le dessinateur de From Hell que plusieurs n'aiment pas. Moi je trouve son style intéressant et la mise en scène du texte de Moore est justement le point fort de cet album franchement ennuyeux. C'est l'adaptation du texte d'un genre de spectacle qu'a donné Alan Moore et on retrouve plein de réflexions. Au début ça va, mais très vite j'ai trouvé que le texte était difficile à comprendre et semblait partir dans tous les sens. Je n'ai pas compris grand chose en dehors de quelques faits historiques de l'histoire de l'Angleterre. J'ai l'impression de ne pas avoir les connaissances nécessaire pour apprécier et c'est pas sympa lorsqu'une BD te donne l'impression que tu es idiot.

03/09/2016 (modifier)