Brian Bones, détective privé

Note: 2.67/5
(2.67/5 pour 3 avis)

Les enquêtes d'un détective spécialisé dans l'automobile au service d'une compagnie d'assurances.


1946 - 1960 : L'Après-Guerre et le début de la Guerre Froide Automobiles Paquet Rodolphe [USA] - Côte Ouest

Bergson, patron d'une compagnie d'assurance, appelle Bones pour une enquête. Un de ses clients a été victime d'un terrible accident. La voiture est bousillée et son conducteur dans le coma. Le drame a eu lieu sur une portion de la Curtis Road, droite et parfaitement dégagée. L'homme a sans raison apparente perdu le contrôle de son véhicule. Endormi au volant ? Peut-être. Mais c'est le troisième!... Le troisième à s'endormir au volant à cet endroit précis. Sans doute le paysage n'est-il pas folichon, mais de là à tous piquer une ronflette!... L'enquête démarre. Bones rend une petite visite à son pote flic Charlie. Epluchant les archives, il découvre que les accidents à cet endroit sont nombreux. Anormalement nombreux. Il découvre également avec stupeur que la plupart des véhicules accidentés étaient des Buick Roadmaster, quasi le même modèle que celui de son client.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 20 Avril 2016
Statut histoire Une histoire par tome 3 tomes parus
Couverture de la série Brian Bones, détective privé
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

12/07/2016 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Brian Bones est une série policière old fashion qui nous entraine dans l’Amérique des années 50 et dans un style de bd franco-belge des années 60. Tout ça ne nous rajeunit pas et le public est bien ciblé :) Je ne vais cependant pas bouder mon plaisir. La série tient plus que ses promesses et si je trouve que Rodolphe a tendance à souffler le chaud et le froid ces derniers temps cette série ne lui fait certainement pas injure. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit ! Brian Bones n’est pas un chef d’œuvre mais bien une bonne série policière surfant sur la vague de la nostalgie d’une époque fantasmée et d’une bd d’un autre temps. Le dessin de Georges Van Linthout, d’abord, joue à fond cette carte de la nostalgie avec un trait en ligne claire qui rappelle pleinement celui employé par les auteurs de bd franco-belge dans les années 60 et 70. Dans le genre, c’est vraiment du bel ouvrage. Le style est dynamique et expressif, les décors sont soignés. On sent que l’artiste s’est plu dans cet univers de belles américaines (les voitures comme les pin-up) et s’est amusé dans ces pages où intrigue policière, action et humour font bon ménage. Les scénarios de Rodolphe sont, comme je le disais, dignes d’intérêt. Les intrigues tiennent la route (même si certaines surenchères dans les révélations finales ne sont pas toujours utiles à mes yeux), l’humour est discret mais présent, l’action est au rendez-vous et la série exploite plutôt bien cet univers fantasmé de l’Amérique des années 50. Une série qui cible donc un public de nostalgiques. A ceux-ci, je conseille vivement de jeter un œil voire même de carrément acquérir cette série. Pour les autres, Brian Bones est très certainement une série à emprunter, surtout si vous êtes fans de séries policières légères et du trait franco-belge des années 60. Une série qui vaut le coup d’œil, en tous les cas. PS : si le nom du héros est bien entendu un clin d’œil au cofondateur des Rolling Stones, les intrigues se déroulent plus souvent dans l’univers du cinéma que dans l’univers musical… du moins pour l’instant.

22/08/2017 (modifier)
L'avatar du posteur eric2vzoul

La collection “Calandre” des éditions Paquet s'enrichit de deux belles signatures, pour un résultat décevant. Au scénario, le très prolifique et éclectique Rodolphe invente un détective expert auprès des assurances. Il est chargé de débusquer les fraudes afin d'épargner à son employeur, irascible et près de ses sous, de verser des primes indues. Ce rôle de valet mercantile n'en fait pas spécialement un héros sympathique. Comme par ailleurs, il est à peu près aussi macho qu'un James Bond des années 1960, qu'il a l'humour lourd et la conduite virile, il respire surtout la ringardise. J'ajoute qu'aucun recul comique ne vient tempérer cette impression… Au dessin, Georges Van Linthout fait honnêtement son boulot de tenant de la ligne claire inspirée de l'École de Marcinelle. Les paysages épurés du Far West ne lui coûtent quère d'efforts dans les décors, les personnages sont bien typés, les voitures sont de belles américaines… Pour ce qui est du récit, il est bien terne. On mélange enquête policière et récit fantastique… rien de folichon, pas de surprise, peu de rythme. Rodolphe ne s'est donc pas foulé et son Brian Bones, détective privé ne rehausse pas le niveau de la collection “Calandre”, remarquable pour ses dessins à la Tillieux et pour la faiblesse de ses scénarios.

12/07/2016 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Le décor : la côte Ouest des Etats-Unis et ses routes désertiques. L'époque : les années 50 et leurs belles voitures américaines. La météo : ensoleillé avec quelques passages orageux. Le héros : un détective privé, spécialisé dans les enquêtes automobiles et au service d'une compagnie d'assurance. Mignon rouquin, il n'hésite pas à abuser de son charme auprès des jolies femmes. Et il peut compte sur l'aide de ses conquêtes et de son ami, un vieux mécano indien également un peu shaman. Le graphisme de Van Linthout nous plonge dans les BD d'aventure à l'ancienne de l'école franco-belge de Marcinelle. Son trait me fait ici penser à celui d'un Eric Maltaïte ou d'un Jidehem et j'aime ça. C'est cette ambiance visuelle ainsi que le décor aventureux de l'Amérique ensoleillée des années 50 qui m'a rapidement séduit. Et quelle époque pour raconter des histoires de bagnoles ! Surtout quand elles sont belles et bien dessinées comme c'est le cas ici. Le héros a un côté un peu macho qui pourra agacer, notamment les lectrices à moins qu'elles tombent elles aussi sous son charme un peu facile. Néanmoins, il n'est pas désagréable, admet volontiers avoir quelques défauts et il est confronté à quelques protagonistes féminines ayant de la personnalité, même si d'autres se font un peu avoir quand même. On suit son enquête avec plaisir. Celle qu'il mène dans ce premier tome le confronte à une situation rappelant fortement la légende populaire de la Dame Blanche. L'implication d'une dose de fantastique dans le récit m'a un petit peu gêné mais le reste de l'enquête tient la route et ça me suffit. Une autre chose m'a déçu ceci dit, c'est la course-poursuite de la fin. Pourquoi s'acharner à poursuivre alors qu'il n'y avait aucun intérêt crucial à arrêter immédiatement le fuyard et qu'il était évident que cela allait finir en accident ? Péripétie finale un peu trop téléphonée et prévisible, dommage. Hormis ces petites faiblesses scénaristiques, j'ai beaucoup aimé cette série qui sent bon la chaleur californienne, les belles voitures et l'aventure à l'ancienne. Je lirai volontiers les autres tomes.

12/07/2016 (modifier)