Salam toubib

Note: 3/5
(3/5 pour 5 avis)

Au cours d’un voyage en train, une jeune femme presse son père de lui raconter « sa guerre d’Algérie ».


1946 - 1960 : L'Après-Guerre et le début de la Guerre Froide La Guerre d'Algérie Maghreb Médecine Mirages

Gilles Tardieu est un jeune homme brillant de 24 ans qui vient de réussir sa thèse de médecine. Pourtant, il résilie son sursis d’incorporation et part en Algérie comme médecin. Il y débarque en 1959 et se retrouve pris dans un engrenage fait de hasards administratifs et d’obligations militaires. Dans ce cadre hostile, sur fond de crise politique et de menace terroriste, il doit trouver sa place…

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 25 Mai 2016
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Salam toubib
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

04/07/2016 | PAco
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Rien de révolutionnaire dans cet album, qui se laisse lire agréablement, sur un sujet sensible, à savoir la guerre d’Algérie. Le dessin de Marc Védrines est bon et fluide (je n’ai par contre pas trop aimé les yeux qu’il dessine aux personnages, beaucoup trop gros). Le procédé narratif est assez classique, puisque, lors d’un voyage en train, un père raconte à sa fille – qui n’en avait jamais entendu parler – son expérience de médecin lors des « événements » algériens. C’est donc un long flash-back bâti par Claire Dallanges, le plus souvent au style indirect, qui retrace cette expérience, durant laquelle le personnage principal, médecin humaniste cherchant à comprendre ce conflit, va en découvrir l’horreur et l’inutilité (même si les « horreurs ne sont souvent présentées qu’en filigrane). En tout cas, cet album, au faux air documentaire, et tout en nuances, est une lecture plutôt recommandable.

03/03/2018 (MAJ le 03/03/2018) (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Je dirai encore une évocation de la guerre d'Algérie dans l'une de sa période la plus noire (1959-1961). Nous suivons un jeune médecin appelé en Algérie durant ce que le gouvernement a appelé les événements pour gommer l'appellation de guerre et se soustraire ainsi à la Convention de Genève. La jeune Pauline 18 ans interroge son père après un acte de bravoure de celui-ci sur le quai de la gare où il se faisait braquer. La pratique de la torture ? Elle est balayée par le fait que les exactions venait des deux côtés. La victoire militaire française sur le terrain ? Balayé par des suppositions émanant du haut commandement. Il reste un témoignage assez intéressant pour comprendre le traumatisme algérien en ouvrant la boite noire des souvenirs. Il semble que les plaies de ce conflit ne soit pas totalement refermées plus de 50 ans après. Je pense qu'il serait sans doute temps de tourner la page et de penser au présent de nos contemporains sans oublier bien sûr les erreurs du passé qui ont été partagées. Que dire sur la forme en quelques mots ? Un trait particulièrement soignée et une narration efficace. De la rigueur et de la sincérité pour un grand plaisir de lecture.

02/01/2017 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Encore une BD témoignage sur un séjour en Algérie durant la guerre d'indépendance et encore une fois c'est un appelé que l'on suit donc quelqu'un qui ne verra les vrais combats que de loin ou de l'extérieur. Je me lasse un peu de ces récits répétitifs où on commence par nous montrer la préparation en France puis l'arrivée par bateau à Alger puis de longues pages d'attente, d'ennui et d'absurdité militaire. Sauf que cette fois, il y a quand même une originalité puisque le héros est médecin. Non seulement cela lui donne le grade de lieutenant et donc plus d'autonomie et de liberté qu'un appelé classique du contingent, mais en plus il aura l'occasion de côtoyer des locaux puisqu'il aura aussi pour charge de soigner les civils. Et même si lui ne combattra pas, il lui arrivera quand même de se retrouver proche et témoin de véritables opérations militaires. L'histoire est présentée comme le récit fait dans les années 80 par un père austère et inabordable à sa fille adolescente un peu rebelle et curieuse. Et tout au long du récit, la fille est surprise de retrouver la même froideur et comme une absence d'émotions dans le témoignage qui lui est fait. Est-ce que son père a toujours été ainsi, psychorigide et insensible ? Ce n'est qu'en toute fin d'album qu'on aura une réponse mais rien de très bouleversant pour autant. Pour le reste, c'est un récit relativement instructif mais un peu ennuyeux à la longue, surtout si vous avez déjà lu plusieurs récits du même type sur les appelés de la Guerre d'Algérie. La partie médicale et comment elle s'applique dans le cadre militaire et dans la situation politique complexe de l'époque est la partie la plus intéressante. Mais à l'image du narrateur, le ton reste très froid et l'émotion n'en se dégage guère. Instructif mais un peu longuet et pas toujours passionnant.

07/09/2016 (modifier)
Par Blue Boy
Note: 3/5
L'avatar du posteur Blue Boy

La Guerre d’Algérie, une guerre honteuse qui a laissé des traces douloureuses dans l’inconscient collectif français et peine à se raconter par les mots. Claire Dallanges, dont le père médecin avait choisi de faire son service militaire en Algérie, a retranscrit son témoignage dans cette bande dessinée à la fois intime et historique. Claire Dallanges a passé plusieurs mois à questionner son père sur ses souvenirs, alors qu’il était médecin appelé entre 1959 et 1961 dans l’Oranais. D’un caractère rigide et impénétrable, celui-ci était peu enclin à se livrer, mais sa fille l’a « cuisiné » avec persévérance et bienveillance, pour tenter d’en savoir plus que les « deux ou trois anecdotes, toujours les mêmes, qu’il brandissait comme des étendards fugitifs. » « Salam toubib » raconte donc son histoire, celle d’un jeune homme promis à un bel avenir dans la médecine et qui, poussé par la curiosité, annula son sursis au grand dam de ses proches pour franchir la Méditerranée et tenter d’en savoir plus sur ce conflit qui à l’époque empoisonnait le climat aussi bien en France qu’en Algérie. Affecté dans l’Oranais, dans un endroit coupé du monde, le jeune Gilles Tardieu va vite découvrir les dessous peu reluisants d’une lutte sans merci entre l’occupant et l’occupé. Persuadés de leur bon droit dans leur mission « civilisatrice », les Français ne comprenaient pas – ou ne voulaient pas comprendre – que les Algériens souhaitaient, de façon légitime, leur indépendance. L’image de la France, « pays des droits de l’Homme et du citoyen », s’en est trouvée gravement écornée, et la guerre d’Algérie fut alors précipitée dans les oubliettes de l’Histoire de France pour de longues années. Quant au docteur Tardieu, sans prendre fait et cause pour l’indépendance car du côté de l’occupant, il ne reniera toutefois jamais le serment d’Hippocrate en soignant aussi bien ses compatriotes que les autochtones, la plupart des paysans pauvres en manque de soins (civilisateurs, les Français ?). Pourtant, cette expérience lui fera perdre ses illusions propres à « l’âge tendre » et reviendra en métropole en scellant pour longtemps la « boîte noire » de ses souvenirs. De son côté, Marc Védrines a su honorer sa mission en tant que dessinateur. Sa ligne claire et précise sert efficacement le récit. De même que les tonalités entre beige, brun et jaune pâle reproduisent bien l’atmosphère désertique de lieux brûlés par un soleil impitoyable. Avec rigueur et sincérité, Claire Dallanges a su apporter sa pierre au processus délicat de transmission de la mémoire, pour un épisode traumatisant et peu glorieux de l’Histoire de France. « Salam toubib » est tout à fait recommandable, néanmoins, on regrettera peut-être un certain académisme dans un dessin qui tend parfois à surjouer l’émotion (et comme Paco le dit dans son avis, je ne suis pas non plus trop fan de ces "grands yeux", ça fait un peu mièvre), ainsi qu’un récit trop centré sur les rapports père-fille et par ailleurs un peu attendu. Il faut dire que le père de l’auteure reste très pudique quant à ses propres sentiments, ce qui peut aussi se comprendre. Globalement, l’ouvrage est bien réalisé et trouvera difficilement des adversaires, mais parallèlement il ne recèle rien de véritablement exceptionnel ou dérangeant pour en faire une œuvre marquante.

30/07/2016 (modifier)
Par PAco
Note: 3/5
L'avatar du posteur PAco

"Salam toubib" nous propose de jeter un oeil dans le rétro du côté de l'Algérie et de ses "événements" comme on a longtemps dit. C'est au cours d'un voyage en train dans les années 80' que Pauline, jeune fille de 18 ans, va découvrir le passé de son père qui l'accompagne. En effet, suite à une agression à la gare avant de monter dans le train, le père de Pauline va mettre en déroute l'agresseur et susciter la curiosité de sa fille quant à ses connaissances en self défense. C'est en faisant son devoir militaire en tant que médecin en Algérie qu'il a appris tout cela. Leur voyage en train sera l'occasion pour Pauline de découvrir un pan longtemps caché de la vie de son père, personnage secret et taciturne. Ce roman graphique largement inspiré de la vie personnelle de Claire Dallanges a l'intérêt de présenter de façon assez objective les différents points de vue de l'époque. En effet, c'est pour se faire une opinion plus juste que Gilles Tardieu (le père de Pauline) décide de partir au plus près des événements en tant que médecin. Au gré de ses affectations et des rencontres qu'il fera, on nous brosse un panorama plutôt exhaustif de ce que vivent les militaires, les locaux et les pieds noirs. On se laisse rapidement porter par le quotidien de ce médecin et les situations cocasses ou dramatiques qu'il vit grâce à une narration simple mais très efficace. Le dessin de Marc Védrines assure parfaitement le rendu de cette tranche de vie étalée sur quatre ans. Le seul bémol que je relèverais tient aux visages, et surtout à sa façon de dessiner les yeux de ses personnages. J'ai vraiment du mal avec ces grands yeux qui à mon sens fausse les proportions des visages et qui en plus ne cadrent pas vraiment avec ce côté réaliste et historique du récit. Mais sorti de cette remarque, le travail de nos deux auteurs est remarquable et nous permet d'appréhender un conflit qui a profondément diviser la société française et algérienne. 3.5/5

04/07/2016 (modifier)