Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

La Poussière du Plomb

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Italie 1969, l'histoire d'une bande de jeunes inspirée de "l'affaire Batisti" qui se retrouve au coeur des événements de cette période tourmentée.


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Encrages Italie

Librement inspiré de "l'affaire Battisti", ce récit retrace la vie de ces « seconds couteaux » de la lutte armée. Inséparables contre une Italie qu'ils refusent, ils seront vite pris dans le tourbillon de l'Histoire et verront basculer leur destin. Trahisons, désillusions, prison ou cavale : il restera le goût amer des combats perdus, des rires, des pleurs, des rêves jamais réalisés.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 16 Mars 2016
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Poussière du Plomb
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

06/06/2016 | PAco
Modifier


Par PAco
Note: 3/5
L'avatar du posteur PAco

Très largement inspiré de l'histoire de Cesare Battisti, aujourd'hui écrivain mais au passé trouble (il a été condamné en 1993 à la réclusion criminelle à perpétuité pour assassinat et complicité d'assassinat de 4 personnes), cet album nous permet de (re)découvrir une des périodes les plus troubles de l'Italie des années 70'. Dans un pays à peine défascisé où la droite se radicalise, l'ultra gauche rentre aussi dans le cercle vicieux de la violence et du terrorisme pour imposer ses idées. C'est donc le parcours de ces jeunes pleins d'idéaux qui vont se retrouver pris entre les "bonnes intentions" de la lutte armée, la mafia et une police corrompue que nous plonge cet album. C'est plutôt bien mené et le parcours de mal en pis de ces jeunes qui va les conduire de coups plus ou moins foireux à la cavale jusqu'à la case prison est prenant. On se laisse bercer par ce tourbillon d'événements qui s'enchainent et les mènent inéluctablement vers ce destin assez tragique. Le dessin assez brut et semi réaliste d'Alexis Robin est agréable et sa colorisation monochrome alternant le vert pale ou un orange sépia donne aux planches un petit côté suranné qui colle bien avec cette fiction historique.

06/06/2016 (modifier)