Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Vitesse moderne

Note: 2.57/5
(2.57/5 pour 14 avis)

Lola et Renée, deux filles paumées qui viennent à peine de se rencontrer, vont vivre une nuit étrange et agitée...


Absurde Aire Libre Blutch Paris Rêves

Pour gagner sa vie, Renée écrit des guides pratiques, mais rêve de devenir un véritable écrivain. Pour cela, elle décide de suivre Lola, une jeune danseuse, pour écrire un livre sur sa vie. Renée invite Lola au restaurant pour lui exposer son projet et la convaincre de la laisser l'accompagner partout. Lola écoute à peine : elle observe un couple qui l'intrigue à une table voisine. Quand le vieil homme et sa jeune compagne quittent le restaurant, Lola comprend enfin pourquoi ils l'intriguaient tant : ce vieux, c'est son père ! Et la jeune femme avec lui n'est pas sa mère. Mais ce n'est que la première des surprises qui vont ponctuer la longue et étrange soirée que Renée et Lola vont passer ensemble...

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 2002
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Vitesse moderne
Les notes (14)
Cliquez pour lire les avis

02/11/2002 | Cassidy
Modifier


Par Alix
Note: 2/5
L'avatar du posteur Alix

Je suis soulagé de constater que je ne suis pas le seul à avoir eu du mal à rentrer dans cet univers. Un autre posteur avoue ne rien avoir compris à l’histoire, mais à mon humble avis, il n’y a rien à comprendre. L’auteur nous propose une balade loufoque et onirique, sans queue ni tête, qui m’a beaucoup amusé au début, mais qui sur la longueur m’a fatigué. Mon intérêt a fléchi vers le milieu de l’album, pour complètement disparaître sur les dernières pages. Voila, un album original et bien écrit, mais qui confirme que je ne suis pas vraiment amateur d’absurde.

13/09/2011 (modifier)
Par Superjé
Note: 3/5

Déroutant... Je connais très peu Blutch, à part quelque rares récits de Blotch que j'ai beaucoup aimé, et quelques illustrations de lui que j'apprécie. Mais, ce récit étrange... En fait, il n'est pas étrange, c'est pire. A ma grande honte, je n'ai rien compris à l'histoire (et pourtant je suis ouvert à toute sorte de BD) mais je n'ai pas détesté ma lecture. Il y a d'abord le dessin de Blutch que j'adore (à part la couverture que je ne trouve pas réussie). Il est moderne, sophistiqué, fin, avec une grande maîtrise (anatomique ou des décors), sans être trop réaliste. Par contre, il est vrai que j'aime moins les couleurs un peu froides à mon goût de l'album. Mais elle ne gâche pas la lecture et la vue du trait torturé et si joli de Blutch (qui inspirera quelques de mes auteurs préférés). Après, il faut aimer les dessins un peu alambiqués, et dans cet album, il me parait presque trop "propre" pour des dessins de Blutch. Je n'ai rien à dire sur le scénario, il ne m'a pas touché, ni fait rire, ni intéressé puisque je n'ai rien compris. Pour moi, c'est une suite de scénettes avec des personnages, et je n'y ai pas vu de fil conducteur logique où même les intentions de l'auteur lorsqu'il a réalisé sa BD. A noter : un dossier making-of en fin d'album, relativement intéréssant, avec les dessins préparatoires de Blutch pour l'album (où on voit que même les grands peuvent faire des dessins "moches" :) ). Ma note ? Mon cœur balance entre 2 et 3.5/5

30/06/2011 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Je n’avais encore rien lu de Blutch, … et je ne lirai rien d’autre de lui avant un certain temps. Non que l’artiste soit dénué de qualités, mais son univers ne correspond pas au mien. Cet album n’est qu’un long rêve (ou cauchemar) sans logique apparente dans lequel l’héroïne se débat. Je me suis cru dans un vieux Jean-Claude Forest (et pas le meilleur). Tous, nous avons déjà fait ce cauchemar d’une fuite dans laquelle nous ne parvenons pas à semer nos poursuivants. Nos jambes sont lourdes. Nos ennemis surgissent là où on ne les attend pas. Nos angoisses refont surface. Et nous sortons de ce rêve trempés de sueur. Et bien, ce Vitesse moderne m’a donné le sentiment que l’auteur a cherché à illustrer une histoire analogue. Malheureusement, l’émotion ne passe pas. Le récit ne fait pas peur, il n’émeut pas plus, et sa conclusion n’est même pas la fin du rêve ou du cauchemar. Ajoutez à cela que le style graphique spontané et raide de l’auteur ne figure pas parmi mes préférés et vous comprendrez pourquoi je ne peux dire que : « bof ! »

16/09/2009 (modifier)
Par Ems
Note: 2/5

Difficile de décrire cette BD. On dirait un mauvais rêve avec des situations étranges reliées entre elles par des raccourcis incohérents et non rationnels. L'ensemble se lit mais au final, on se demande ce qu'il fallait en retenir. Il s'agit plus d'un exercice de style que d'une histoire à proprement parler. Le dessin est agréable, j'ai surtout aimé les couleurs bien senties et bien assorties de certaines planches. A lire pour ceux qui souhaitent une expérience sortant des sentiers battus de la BD, pour les autres, cette BD est dispensable.

06/04/2008 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

"Vitesse moderne" ?... un album quasi inexplicable ! D'abord; il m'a plongé dans le quotidien d'une jeune femme. Une jolie fille sans histoire(s). Mais "son itinéraire" va être complètement bouleversé par une rencontre insolite avec une romancière qui souhaite l'ériger en héroïne de son prochain livre. Jusque là, ça va... Du coup, la vie pépère va en prendre un sacré coup, comme si plus rien ne devait plus jamais être comme avant. Tout est alors bouleversé, sens dessus dessous. Plus aucune valeur ne semble tenir la route. Tous les repères quotidiens sont effacés, gommés, oubliés... pour faire place à une succession de péripéties inexplicables. Là, j'ai eu du mal à suivre... Le dessin de Blutch ?... un trait est nerveux, musclé. Je pense que les personnages sont trop raides, stéréotypés dans certaines de leurs attitudes, les ombres esquissées ou souvent trop "brutes". Mais bon, c'est mon opinion personnelle. Les couleurs qui inondent ses planches rendent heureusement digeste un récit assez difficile qui refuse toute complaisance et qui exige une lecture attentive. Un album qui sort de l'ordinaire, qui m'a un peu décontenancé. Mais il mérite un regard appuyé. Pour autant qu'on veuille bien "entrer dans le jeu".

13/01/2007 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Vitesse moderne m'avait été désigné comme étant peut-être le meilleur album de ce même Blutch dont je n'ai pour le moment accroché à aucune BD. C'est donc avec une vraie curiosité que je l'ai lu, sans savoir aucunement quel en serait le sujet. Mais une fois de plus, je n'ai pas accroché. La réputation de Blutch dans le milieu de la BD tient surtout à son dessin. Effectivement, certaines cases de cet album m'ont parues très jolies. Blutch maîtrise parfaitement l'expressivité des corps humains, c'est indéniable. Les mouvements de ses personnages sont excellemment rendus. Mais par contre, je n'aime pas du tout son encrage qui apparait trop "sale" à mes yeux. Je n'aime pas cela. Je n'aime également pas certains tics graphiques dans les visages de ses personnages que je retrouve dans Vitesse moderne comme dans d'autres de ses BDs. Je n'aime pas non plus la colorisation de Vitesse moderne. Je trouve que le dessin de Blutch sied nettement mieux au noir et blanc qu'à la couleur, du moins pas à ce type de colorisation là en tout cas. Maintenant, c'est surtout à cause de l'histoire que je n'ai vraiment pas accroché. Comme je ne savais pas à quoi m'attendre en début de lecture, j'ai été surpris par l'aspect onirique que prend très vite le récit. Rapidement, j'ai compris que l'histoire était une sorte de récit d'un rêve relativement psychanalytique. Mais outre le fait que ça m'ait paru être souvent du grand n'importe-quoi (ou du moins du grand "j'accroche pas du tout"), j'ai été largement rebuté par certains personnages, notamment le père de Lola, par certaines situations bohèmes, par l'ambiance dans son ensemble. Et au final, je ne vois absolument pas où cherche à mener ce récit si ce n'est à créer une oeuvre artistique qui n'est pas sans me rappeler les films d'auteurs chiants que j'évite soigneusement. Pas pour moi...

05/02/2006 (modifier)

Amateurs de scénarii carrés, d’histoires bien menées et vraisemblables, de personnages bien définis, ouvrez-vous à tout autre chose ! Le titre intrigue, et malheureusement, on n’en sait pas plus après avoir refermé l’album. Cela dit, l’atmosphère onirique qui imprègne la BD est d’abord déroutante, puis, une fois qu’on a compris qu’on est dans un rêve, assez envoûtante. Il faut donc accepter d’entrer dans cette histoire de la même façon que l’on vit un rêve : sans s’arrêter aux apparentes invraisemblances du scénario (l’inconscient, lui, sait ce qu’il fait). Certaines scènes, de ce point de vue, sont d’ailleurs typique d’un scénario onirique : le passage du jour avec une rue animée, à la nuit dans des rues désertes en fondu enchaîné, l’héroïne qui tente de rattraper son père mais qui n’arrive pas à courir assez vite et le voit s’éloigner inexorablement, la pluie qui tombe exagérément, etc. Un seul bémol : les personnages ne sont pas super attachants, car trop mystérieux. Quant au dessin, moi j’aime bien, c’est original et ça va bien avec l’histoire, mais j’admets que c’est quand même particulier et que ça ne doit pas plaire à tout le monde. A lire le matin, au saut du lit, pour avoir l’impression de continuer de rêver. :)

02/03/2005 (modifier)
Par Altaïr
Note: 3/5

Etrange oeuvre que cette BD là. Nous somme donc de toute évidence dans un rêve psychanalytique, celui d'une jeune danseuse métis nommée Lola. Ce postulat aurait pu donner lieu à des délires incompréhensibles mais ce n'est pas le cas, l'album se lit très bien et, malgré un déroulement totalement imprévisible, le lecteur n'est jamais "largué". Malheureusement, au final cet album m'apparaît comme un exercice de style un peu vain. Si on avait eu des clefs pour déchiffrer ce rêve il aurait pu être passionnant, mais Blutch ne nous en livre aucune. On ne sait pas qui est Lola, ni à quoi ressemble sa vie ou dans quelle circonstance elle en vient à faire ce rêve. On aurait envie d'interpréter ce rêve mais il nous manque des pièces du puzzle. "Vitesse Moderne" fait inévitablement penser à "Mulholland drive", cela a déjà été dit, mais souffre énormément de la comparaison. Le film de Lynch semble d'une richesse infinie, et donne l'impression que "Vitesse Moderne" n'explore que la surface des choses. Bref, un album plaisant mais frustrant, et au final assez décevant.

29/03/2004 (modifier)
Par Thorn
Note: 1/5

Voilà une BD que je n'ai vraiment, mais vraiment pas aimée. Loin de moi de dire qu'elle est nulle ou ratée, non, au contraire, mais j'ai l'impression d'être passée à côté de quelque chose... et je n'ai aucune envie de la relire pour voir si cette fois j'accroche : j'ai déjà eu assez de mal à aller jusqu'au bout pour voir s'il y aurait comme un déclic qui ferait que, mais non. :( Le dessin ne me pose pas de problème, il me laisse seulement mitigée : la plupart des visages sont vraiment moches (à mes yeux), mais d'un autre côté les silhouettes, les positions des personnages, leurs gestes sont tellement fluides, tellement vivants, que c'est un plaisir que de les voir s'activer d'une case à l'autre. Mais pour l'histoire (si tout du moins il y en a une), j'ai l'impression de suivre un délire dans lequel je ne rentre pas du tout, et cela me met plutôt mal à l'aise, je n'en vois pas l'intérêt... A part pour le personnage de Rudy, qui sort complètement du lot, graphiquement mais aussi par ses motivations et parce qu'il sait où il va, je reste perplexe devant toutes ces personnes qui s'entrecroisent dans un univers à la dérive...

17/02/2004 (modifier)
Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

Mon avis rejoint assez celui de copaing JBT. Mis à part le fait que j'ai préféré le dessin de cet album au Petit Christian, selon moi médiocre sur le plan graphique, et que je reconnais le talent d'évocation et l'effort d'ambiance fournis par Blutch (d'où mon 2/5 par rapport au 1/5 du bourrin guidonneur bidonnant). Sinon ? Sinon j'ai vraiment eu du mal à rentrer dans l'histoire. Au bout de trente pages, j'ai regardé combien il m'en restait à lire, et ça ne m'a pas aidé à supporter cette lecture à la limite du douloureux. Parce qu'on a là un récit sans queue ni tête, jouant du suggestif mais sans être clair, surfant sur des faux-semblants et des fausses pistes complètement foireuses, rendant par là même l'histoire aussi absconse que pourrait l'être une relecture des pages jaunes par Proust (Marcel, pas Alain... désolé, j'essaye un nouvel humour), annotée par Lewis Trondheim. Bref, sans tourner autour du pot (parce que ça donne mal à la tête, à la longue), pour être concis, clair et direct, sans me défiler, et puis aussi par respect pour celui ou celle qui est allé(e) au bout de mon avis, ça m'a gonflé, ce truc. :)

11/02/2004 (modifier)