La Parole du muet

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 2 avis)

Réaliser un film pour réaliser son rêve.


1919 - 1929 : L'Après-Guerre et les Années Folles Cinéma Paris

Parce qu’il se sent mal aimé dans sa famille, Célestin quitte sa province pour la Capitale où il espère bien réaliser son rêve d’enfance : faire du cinéma ! Mais lorsqu’on n’est qu’un obscur clerc de notaire, sans référence ni connaissances, un tel projet s’avère ardu. Malgré les conseils de son ami, Anatole Fortevoix, ancien bonimenteur, aujourd’hui directeur d’une salle de cinéma, qui l’incite vivement à retourner œuvrer dans l’office notarial paternel, Célestin trouve une place d’assistant décorateur dans un studio. Un premier pas qui galvanise suffisamment l’apprenti réalisateur pour que, de rencontres inattendues en situations burlesques, il s’engage sur des chemins de traverse, bien décidé à transformer son rêve en réalité... (texte : Grand Angle)

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Avril 2016
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série La Parole du muet
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

27/04/2016 | Spooky
Modifier


Par Ju
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ju

Objectivement, il y a des petits défauts dans cette bd. Mais l'histoire est prenante et bien ficelée. Celestin rêve donc de devenir réalisateur de films (muets à l'époque) et il embarque plusieurs personnes bon gré mal gré dans son aventure dont Constance, jeune femme sourde muette mais en qui notre réalisateur voit une grande actrice. L'histoire de base est très bien, on suit les mésaventures de Celestin et son combat pour monter son film, malgré la farouche opposition qu'il rencontre. L'ambiance de vieux Paris et du cinéma de l'époque est très chouette et bien rapportée. Le dessin n'y est pas pour rien. Célestin est parfait en surhomme imposant et pataud, et Constance rayonne à chaque case de la bande dessinée. Elle reste belle et très intéressante tout au long du récit bien qu'elle ne dise pas un mot. Un dessin bien maîtrisé et une intrigue intéressante, avec des personnages attachants. Voilà ce que propose "La parole du muet". Néanmoins, il y a quelques bémols : si l'intrigue qui consiste à suivre la réalisation du film m'a tenue en haleine, les sous intrigues sont un peu alambiquées. La fin du récit est un peu trop facile, trop "fleur bleue" et est amenée trop vite à mon goût. Il n'en reste pas moins que cette lecture m'a plu, j'ai apprécié cette jolie histoire.

25/04/2019 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Avec ce nouveau diptyque Laurent Galandon propose une nouvelle version du conte du gars qui débarque de sa province avec des étoiles plein les yeux et les meilleures intentions du monde. Mais dans ce milieu de requins et de faux-semblants, cela risque de ne pas suffire pour réussir. A moins que... Encore une histoire bien ficelée ; pourtant c'est étrange, j'ai senti sourdement un souci de rythme : tout était presque résolu au bout des 46 pages de l'album. Et puis Galandon introduit un élément perturbateur vers la fin, qui va sans doute nourrir l'intrigue du second volet. C'est bien géré dans la deuxième partie du diptyque, qui lui aussi m'a semblé tourner sur un faux rythme. La fin est bonne, elle résout presque tous les questionnements, sans en faire des tonnes. Le dessin est assuré par Frédéric Blier, que l'on avait un peu perdu de vue depuis Amère patrie et un passage par La Lignée (avec Galandon déjà), qui se montre plutôt efficace, avec de belles ambiances. Le sujet en creux, la fascination pour le cinéma, est bien présent, au travers du personnage de Célestin (un prénom tout sauf hasardeux). Un diptyque assez sympa sur le cinéma et la rédemption.

27/04/2016 (MAJ le 30/03/2017) (modifier)