La Princesse vagabonde

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Chine, 626. Pour prendre le pouvoir, le second fils de l’empereur, Li Shimin, assassine ses deux frères et tous les membres de leurs familles. Grâce à son intelligence et sa fine lame, la princesse Yongning parvient à échapper aux hommes de son oncle et à se faire passer pour morte.


476 - 986 : Moyen-Âge, Francs, Mérovingiens, Carolingiens... Chine Manhua

Chine, 626. Pour prendre le pouvoir, le second fils de l’empereur, Li Shimin, assassine ses deux frères et tous les membres de leurs familles. Grâce à son intelligence et sa fine lame, la princesse Yongning parvient à échapper aux hommes de son oncle et à se faire passer pour morte. Devenue une fugitive obligée de se déguiser en simple marchand, elle fait le serment de venger ses parents et de reconquérir le trône, quel qu’en soit le prix.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 10 Avril 2015
Statut histoire Série en cours (en pause - conflit avec l'éditeur chinois) 7 tomes parus
Dernière parution : Plus de 2 ans
Couverture de la série La Princesse vagabonde
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

14/10/2015 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Je pense que j’aurais trouvé cette série sans grand intérêt s’il ne s’était agi que d’un simple manga. En effet, la trame générale n’est pas d’une grande originalité puisque l’auteure nous propose de suivre une jeune princesse déchue. Celle-ci, ayant échappé à la mort lorsque sa famille a été massacrée par un rival, va agir dans l’ombre pour venger ses parents et reconquérir ses privilèges. Dotée d’un caractère farouche, d’une intelligence supérieure à la moyenne, de qualités physiques qu’un corps fluet ne pouvait laisser deviner et d’une science de l’art de la guerre et du maniement des armes plus qu’étonnante pour son jeune âge, notre princesse vagabonde est un archétype en soi. Cerise sur le gâteau : alors qu’elle n’a pas vraiment les traits masculins et ne cherche pas spécialement à masquer son visage ou son corps, personne ne semble soupçonner son appartenance au beau sexe. Ce genre de facilité a de quoi dépiter le lecteur confirmé… Les autres personnages ne sont pas en reste (avec des traitres prêts à toutes les bassesses, un beau et énigmatique guerrier, des alliés fidèles, etc…) et le scénario suit donc un chemin très balisé. Ceci dit, le deuxième tome se consacre plus particulièrement à des luttes d’influence, ce qui nous sort quelque peu de la routine de ce type de série. D'autant plus que notre héroïne ne combat pas toujours avec noblesse. Oui ! Elle aussi est capable de coups tordus et son profil en devient bien moins lisse (même si je ne suis pas sûr que cela soit volontaire). Le dessin, lui est fin et soigné. C’est très classique dans son genre mais agréable à l’œil. Et pourtant ; malgré mes nombreuses critiques, j’ai eu du plaisir à lire ces deux tomes. Pourquoi ? Parce que, au lieu du Japon médiéval, l’auteure nous entraine dans son pays : la Chine. Cet ancrage géographique lui permet de nous présenter d’autres lieux que ceux habituellement fréquentés. Croiser des indiens (d’Inde), des Turcs et d’autres peuplades apporte un réel plus à mes yeux. Ne vous attendez donc pas à une grande révélation au niveau de l’intrigue mais la localisation géographique apporte une certaine originalité à cette série soignée.

14/10/2015 (modifier)