Tempête sur Bangui

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 2 avis)

Une BD 100% made in Africa qui apporte une vision unique et lucide sur la réalité du conflit en République Centrafricaine. Un ouvrage coédité avec Amnesty International.


Afrique Noire Amnesty International Documentaires La Boite à Bulles

Depuis dix ans, la République centrafricaine enchaîne guerres civiles et coups d’Etat. Tant et si bien que les médias occidentaux finissent par oublier ses citoyens qui n’ont souvent que leurs jambes pour courir. Ceci jusqu’au conflit le plus violent et le plus meurtrier de cette dernière décennie : celui des rebelles de la SELEKA contre le président Bozizé, en 2013. Dans ce paysage chaotique, avant l’intervention des forces françaises, Didier Kassaï, artiste centrafricain, survit jour après jour ; il zigzague entre les grenades, les tirs de kalachnikov et les coups de machettes. Mais avec une farouche opiniâtreté, Didier poursuit son activité artistique comme un acte de résistance discret, et nous livre ici les chroniques de Bangui pris dans la tempête. Texte : Editeur.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 14 Octobre 2015
Statut histoire Série en cours 2 tomes parus
Dernière parution : Moins de 2 ans
Couverture de la série Tempête sur Bangui
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

01/10/2015 | Alix
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Tempête sur Bangui est un excellent documentaire pour nous alerter de la situation dans la République Centrafricaine qui fut autrefois une colonie française. Depuis que le colonisateur a laissé le pouvoir aux commandes des natifs, ce n'est que désolation sans vouloir faire de politique ou vouloir porter un jugement de valeur. Les faits, rien que les faits. Telle est ma devise. Ce pays est passé entre de très mauvaises mains. On se souvient de l'empereur Bokassa qui avait fait un coup d'état pour renverser un président démocratiquement élu. Puis, il y a eu d'autres coups d'états qui se sont succédés et qui ont affaibli ce pays pourtant riche en ressources naturelles. Après, on pourra toujours jeter la pierre sur la France près de 60 ans après l'indépendance. Il y a un moment où il faut pourtant arrêter de penser cela. Les faits décrits se situe à partir de 2012 donc c'est encore assez récent. Il s'agit d'une guerre civile entre des rebelles et des forces loyales au gouvernement en place. On va faire connaissance avec Séléka et son extrême violence. Je dois reconnaître que j'ignorais tout de la situation actuelle de ce pays dont les habitants vivent dans la peur quotidienne. Cette oeuvre qui a reçu le soutient d'Amnesty International mérite qu'on la lise pour comprendre le chaos qui s'est installé dans la capitale Bangui avec l'arrivée des Séléka. La lecture ne sera pas une partie de plaisir tant il est question de souffrances à travers des exactions intolérables. Mais encore une fois se pose la délicate question: doit-on intervenir en tant que puissance étrangère au nom des droits de l'homme dans les affaires d'un Etat souverain ? Moi, je suis plutôt partagé quand on voit de nombreux exemples à travers le monde qui concerne par exemple les grands états comme les gendarmes du monde. En tout cas, c'est la réflexion que cette oeuvre m'inspire. L'auteur a un bon coup de crayon. Il a parfaitement réussi sa mission que de témoigner au monde entier pour le biais de ce média sur ce qui se passe en République Centrafricaine. Cette bd servira de mémoire dans le futur. Il ne reste plus qu'à espérer un meilleur avenir pour ce peuple.

01/06/2019 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Alix

(MAJ pour la sortie du tome 2) Une série remarquable, et une histoire édifiante qui m’a fortement marqué – j’ai mis une bonne demi-heure à me calmer après ma lecture. La situation politique en Centrafrique est instable depuis un certain temps, mais les choses ont « dérapé » en 2013, avec le renversement du président Bozizé. Didier Kassaï, jeune auteur africain, témoigne dans le premier tome des horreurs qui ont accompagné la transition vers un nouveau gouvernement : exécutions arbitraires, exterminations religieuses, destructions d’églises, humiliations, pillages, que d’horreurs, qui nous sont racontées ici justement, sans trop en faire, mais sans nous épargner non plus. L’auteur fait preuve d’une remarquable maturité, il ne se pose jamais en héros de son histoire, et nous relate les évènements de son mieux. Le second tome s’intéresse à la période de transition très compliquée, orchestrée par le nouveau chef d'état autoproclamé Djotodia, avec au programmes des conflits inter-religieux terribles, et une intervention française pas forcément très utile. Comme toujours dans ce genre de « révolution », la situation est compliquée, les différentes factions sont nombreuses, leurs motivations pas toujours claires, les noms et sigles fusent. Heureusement les notes de bas de pages nous permettent de ne pas décrocher. Le texte d’Amnesty en fin de premier tome enfonce le clou et renforce le propos de l’auteur. La mise en image est exemplaire, les planches fourmillent de détails, et les couleurs retranscrivent parfaitement l’ambiance « locale ». De plus l’auteur trouve encore une fois l’équilibre parfait, il nous dépeint les horreurs commises, mais sans trop en faire, sans verser dans le lugubre (pourtant il y avait de quoi faire !) Une série fortement recommandable, qui m’a profondément ému.

01/10/2015 (MAJ le 21/11/2018) (modifier)