Naugatuck 1757

Note: 3/5
(3/5 pour 4 avis)

A travers trois histoires, Sergio Toppi met en scène des personnages du grand nord des Etats-Unis, trappeurs et Indiens se côtoient dans un univers rude et hostile.


Auteurs Italiens Nouveau Monde Sergio Toppi

Tant que tu vivras Un Indien nous raconte la fin de son père qui avait troqué des peaux contre un fusil et de l'alcool, puis sa rencontre avec celui qui a fait de lui un homme. Nous saurons aussi comment il a renoncé à utiliser les objets des Blancs pour pouvoir chasser en paix dans les grandes plaines. Naugatuck 1757 Farquharson est écossais. Il a fui le joug anglais pour l'Amérique. Ce joueur de cornemuse vit à travers la prophétie de sa famille : "Quand sous les coups de l'ennemi, notre instrument prendra une nouvelle voix, nous serons capables de tout !" Et les prophéties, c'est bien connu, sont là pour se réaliser. Little Big Horn 1875 "Nous avons piégé Tête Jaune et tous les siens sur une colline et nous allons les écraser comme des fourmis." Le sort de Custer est scellé. Les Sioux et les cheyennes de Sitting Bull, Crazy Horse et Two Moon vont graver leur dans l'Histoire. Toppi nous raconte comment ces événements étaient prévus depuis fort longtemps.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 2015
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Naugatuck 1757
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

13/05/2015 | Alix
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Naugatuck 1757 commence par une mise en garde prononcée par une indienne à l'attention des lecteurs. On se croirait dans un épisode de House of Cards de par le procédé narratif. Il y a trois récits distincts. Le premier s'intitule « Tant que tu vivras ». Il s'agit encore une fois d'un combat opposant de paisibles indiens à de vils hommes blancs venus sur leur terre. On nous montre une manière assez sordide de conquérir leurs richesses en les corrompant à l'alcool et au fusil de chasse. Le conte nous montrera qu'il ne faut pas accepter de trahir ses traditions de chasse. C'est un retour aux valeurs indiennes sur le respect de la nature. La seconde nouvelle porte le titre de la présente bd. Naugatuck, c'est le nom du fort tenus par des écossais dans le Nouveau Monde. Les écossais ont été vaincu à la bataille de Culloden et ils servent désormais les tuniques rouges. La dernière partie est consacrée à la célèbre bataille de Little Big Horn en 1875 où le général Custer va périr avec ses 267 hommes face à une ultime résistance indienne dans les Black Hill. Encore une fois, le dessin en noir et blanc de Toppi est envoûtant. Les décors de ces contrées sauvages sont fascinants de beauté. Pour le reste, le scénario est assez simple sans grande surprise. Ce n'est pas la meilleure œuvre de Toppi mais son travail reste remarquable.

05/05/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

C'est la première fois (si l'on excepte ses travaux pour Larousse) que j'aborde l'oeuvre de Sergio Toppi que j'hésitais à explorer, étant peu attiré par son dessin. C'est un noir & blanc étrange qui vise l'esthétique en jouant sur les hachures et l'équilibre du noir et du blanc ; ses fonds de cases vides et tout blancs, et les décors souvent suggérés, de même que le trait un peu géométrique et la forme bizarre des mains de certains personnages ne m'ont jamais séduit, même si je reconnais que la démarche de Toppi dans cet album rejoint celle de Serpieri sur le monde amérindien. Mais le contraste graphique avec Serpieri est justement trop énorme pour que j'aime vraiment ce dessin. Sinon, il revisite l'épopée du Far West en mêlant figures mythiques et anonymes au sein des guerres indiennes, avec une touche de réalisme fantastique. Ces récits courts sont parus dans la presse italienne à partir de 1976, puisque Toppi a travaillé pour Linus, Sargento Kirk ou Il Giornalino... Le premier récit est un conte initiatique et poétique dans le genre de ceux de Serpieri ; le troisième donne une vision mystique de Little Big Horn ; le second étant celui que j'ai le moins aimé.. Un bon album, au contenu correct.

15/11/2015 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Pas mal mais si l'on ne devait noter que le dessin, c'est juste fabuleux : un poil anguleux par endroit mais de subtils éclairages de noirs et de blancs. En ce qui concerne le fond, ce sont encore des récits empreints d'une grande nostalgie pour les indiens dont les peuples furent massacrés par l'homme blanc. Cette BD n'est sans doute pas la meilleure de Toppi mais par les Dieux que c'est beau.

01/08/2015 (modifier)
Par Alix
Note: 3/5
L'avatar du posteur Alix

Mosquito continue de publier les histoires courtes de Sergio Toppi, avec ce recueil de 3 histoires parues en revue en 1976, 1977 et 1978. Mon avis est identique à celui sur la dernière parution en date (Chapungo), tellement les albums sont similaires. Les fans de Toppi ne seront pas dépaysés, on retrouve les thèmes chers à cet auteur : les légendes, les peuples indigènes américains, les grands espaces, la nature… et une certaine noirceur dans le propos, avec la faiblesse humaine toujours mise en avant. Et puis le dessin est bien entendu magnifique, que ce soit au niveau des personnages ou des paysages. Vraiment on en prend plein les yeux. Voilà, un recueil pas forcément marquant, mais agréable et superbement mis en image. A découvrir.

13/05/2015 (modifier)