Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Bumf

Note: 1.67/5
(1.67/5 pour 3 avis)

Joe Sacco règle quelques compte avec l'Armée, la religion ou la politique américaine.


Fantagraphics Books First Second

Au début tout allait bien - du moins c'est que dit la Genèse. Et puis tout a tourné de travers, et Joe Sacco nous révèle ici quelques visions de l'histoire du XXème siècle que les manuels nous cachent. Foutraque, politiquement incorrect, et un poil mauvais esprit.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 05 Mars 2015
Statut histoire Série en cours 1 tome paru
Dernière parution : Plus de 3 ans
Couverture de la série Bumf
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

06/04/2015 | Noirdésir
Modifier


Par sloane
Note: 1/5
L'avatar du posteur sloane

Comme dit dans l'avis précédent voici un travail très proche de celui de Crumb, auteur qui ne m'avais pas enchanté outre mesure. J'ai trouvé le propos très décousu, il faut dire que la construction de l'ouvrage s'apparente plus à une suite de gag ? genre strip qu'autre chose; je pense que certains peuvent rire ou sourire à certaines planches, pour moi cela n'a pas fonctionné. Le dessin en lui même me donne une impression de quelconque. A vrai dire tout cela ne m'inspire que très peu à tous les niveaux d’où la taille réduite de cet avis.

13/09/2017 (modifier)
Par Alix
Note: 1/5
L'avatar du posteur Alix

Je suis fan des reportages de Joe Sacco (notamment le dernier en date, Gaza 1956, en marge de l'histoire), je me suis donc jeté sur ce nouvel album, sans vraiment savoir à quoi m’attendre. Quelle douche froide. L’auteur retourne à ses débuts satiriques, et réalise un album underground (dans l’esprit de ceux de Robert Crumb) complètement trash et irrévérencieux. Je n’ai vraiment pas accroché au ton loufoque et déjanté, et je suis resté complétement hermétique au message, qui semble critiquer les classe politique et religieuse, et sans doute la société américaine de manière plus générale. Mais franchement je n’ai pas compris grand-chose, je n’y ai vu qu’un grand « n’importe quoi ». Je me suis forcé jusqu’à la page 90 (sur 120) avant de jeter l’éponge. Les amateurs du genre apprécieront sans doute cet album à sa juste valeur. Moi, je suis complétement passé à côté.

14/05/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Bon, autant le dire tout de suite, ceux qui ne connaissent de Joe Sacco que le – remarquable – documentariste vont être surpris par cette série ! On y retrouve son goût pour l’histoire, et son parti pris de se représenter au milieu des personnages de l’album (ici en auteur de BD…), mais pour ce qui est du sujet et de son traitement, on est ici franchement plus proche de l’underground (auquel Futuropolis ne m’avait pas habitué !). En effet, dans ce premier opus Sacco dézingue ceux qu’ils épinglaient – de manière plus policée – dans ces albums sur la Palestine ou l'ex Yougoslavie par exemple, à savoir l’Armée, les Eglises et les « Politiques » en tout genre. Pointe ici un anticléricalisme parodique (dès les premières pages avec une Genèse revisitée, puis tout au long de l’album avec des citations plus ou moins réelles de la Bible, totalement hors contexte). L’armée et la Politique sont aussi passées à la moulinette de la dérision et de l’ironie (avec en particulier un personnage aux traits du président américain Nixon). La guerre du Vietnam, ou l’affaire des otages de l’ambassade de Téhéran, mais aussi les plus récentes affaires d’écoute et de surveillance de la population par des organismes tels que la NSA sont mêlées dans un délire qui convoque – outre la Bible et certains discours officiels – Orwell ou Swift pour le côté corrosif du détournement. Le traitement est outrancier, totalement foutraque (voir l’officier exhibitionniste qui semble concilier l’Amour et la guerre au début), les apparitions de Sacco lui-même ou d’une sorte de volatile cynique, la clope au bec, autour d’un Nixon délirant (qui couche avec une femme noire qui pourrait bien être Michelle Obama !) renforçant le côté déjanté de l’ensemble. On ajoute à ça les nombreux personnages circulant nus, avec un sac sur la tête (comme ces détenus de Guantanamo ou d’Irak subissant la torture), multiplicité des orgies (ce qui fait que l’album est plus réservé aux adultes), et des allusions aux extra-terrestres. Bref, décapant et original. Mais je ne mets pour le moment que trois étoiles, car je n’ai pas toujours accroché aux allusions de Sacco, mais aussi parce que certains passages sont trop longs, lourds et auraient pu être resserrés. Inégal, mais globalement à suivre donc.

06/04/2015 (modifier)