La Vénus à la fourrure

Cette galerie contient des images potentiellement pornographiques. En appuyant sur le bouton ci-dessous, vous confirmez être majeur.

Note: 1/5
(1/5 pour 2 avis)

Adaptation d'un roman sulfureux par le grand dessinateur italien spécialisé dans l'érostisme.


Adaptations de romans en BD Auteurs Italiens Hard & Soft, d'un érotisme à l'autre

Couple de la haute société de la Belle Epoque, Wanda von Dunajew et Séverin von Kusiewski passent un étrange contrat. Séverin devient le domestique Grégor et impose à Wanda de le traiter en esclave, en le battant et en le torturant à chacune de ses maladresses. Il paraît que c'est une forme d'amour...

Scénaristes
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1985
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Vénus à la fourrure
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

05/03/2015 | Agecanonix
Modifier


Par sloane
Note: 1/5
L'avatar du posteur sloane

C'est chiant, mais que c'est chiant !! Une succession de saynètes qui doivent j'imagine mettre certains dans un état proche du Nirvana mais avec moi ça n'a pas fonctionné, c'est vraiment pas mon truc. Au delà du trip sado-maso, la Vénus dont il est ici question possède un look de grande bourgeoise fin de siècle qui n'est pas dans mes canons esthétiques. Même si je reconnais des qualité graphiques à Crepax, j'ai le sentiment que son trait novateur à une époque fait maintenant suranné et sent le formol. Une BD à recommander aux adeptes des théories "amoureuses" de ce brave Leopold Sacher- Masoch, les autres pourront aisément passer leur chemin.

18/09/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Cette adaptation du roman éponyme de Leopold Sacher-Masoch théorisant la pratique du masochisme, vient après celles de Histoire d'O et de Emmanuelle en 1985, Crepax n'est donc pas novice dans ce domaine, mais bizarrement, la Bd apparaît au premier abord comme une succession banale de punitions et de supplices. J'ai lu l'édition originale Albin Michel de 1985, qui offre de grandes planches aux cases très larges et de nombreuses pleines pages à l'encre, aux décors dépouillés. Cette lecture venait aussi après celles des oeuvres citées plus haut où Crepax faisait preuve de plus d'originalité dans sa mise en page ; ici, j'ai trouvé ce style froid et sans âme, je n'ai pas éprouvé du dégoût mais plutôt de l'indifférence, c'est clairement le genre de Bd érotique que je n'aime pas, mais qu'il est intéressant de lire pour s'en faire une idée, surtout quand il s'agit d'un grand auteur comme Crepax. Ces perversions sado-masochistes sont décadentes et d'un ennui mortel, elles se suivent sans aucune fantaisie, et ne produisent aucun effet sur moi car ce n'est pas mon trip. Ces pratiques traduisent aussi un déséquilibre sexuel profond chez ces couples de la haute société qui ne savent pas obtenir la jouissance en se faisant simplement du bien. Bon après tout, ça les regarde.. Au-dela de ça, on peut admirer quand même le travail de Crepax qui reste fidèle à sa technique graphique constituée de très grandes cases, de gros plans et d'enchaînement cinématographique ; si j'ai pu aller jusqu'à la fin, c'est que heureusement c'est découpé en petits chapitres de 5 à 6 planches avec des dialogues réduits à l'essentiel, l'image compte beaucoup, et justement, c'est très vite lu. Pour ceux qui souhaitent découvrir cette oeuvre déroutante, ils pourront y percevoir en filigrane une introduction à un univers sexuel très codifié, tout en ouvrant une réflexion très actuelle sur les rapports entre les sexes.

05/03/2015 (modifier)