Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Malpasset (causes et effets d'une catastrophe)

Note: 2.67/5
(2.67/5 pour 3 avis)

Le 2 décembre 1959, le barrage de Malpasset situé dans le Var cède. Une vague de 50 millions de mètres cube d'eau s'abat sur la ville de Fréjus, causant plus de 400 victimes et 7000 sinistrés. À travers une quinzaine de témoignages de survivants, Corbeyran et Horne remontent le fil des événements, donnent un éclairage du drame même, des causes aux effets, et de la vie après un tel traumatisme.


1946 - 1960 : L'Après-Guerre et le début de la Guerre Froide Corbeyran Documentaires En Provence... Témoignages

Nous sommes le 2 décembre 1959. Il est 21 heures. La pression portant sur le béton du barrage de Malpasset, construit pour alimenter en eau le secteur de Fréjus, dans le Var, cède sous la pression. Plus de 50 millions de mètres cubes d’eau déferlent alors dans la vallée, emportant tout sur leur passage. Tout et tout le monde. Le bilan est terrifiant. Plus de 400 personnes ont trouvé la mort dans le drame…

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 19 Mars 2014
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Malpasset (causes et effets d'une catastrophe)
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

01/03/2015 | Erik
Modifier


Par sloane
Note: 2/5
L'avatar du posteur sloane

Désolé de mettre cette note mais vraiment je me suis fait chier, grave même. C'est d'autant plus dommage que je ne connaissais rien de cette catastrophe, je me suis donc dit qu'avec cette BD j'en apprendrais plus. Pour en apprendre j'en ai appris, mais vraiment pas de la manière dont je l'aurais souhaité. Une succession froide de témoignages de survivants. Au risque de passer pour un insensible je n'ai pas adhéré au propos encore moins à ces visages assez inexpressifs. Tout cela au final ôte la possibilité d’être en empathie avec ces survivants. Petit intermède personnel. Il y a peu dans ma région la tempête Xinthia faisait de nombreux morts, encore une fois l'homme avait cru dompter la nature. Je peux vous assurer que voir aux infos régionales les images en boucle du Zodiac allant récupérer la mamie, sans compter le même reportage à chaque date anniversaire des événements, franchement ça saoule. Je suis bien triste pour les familles qui ont perdu des êtres chers mais à trop vouloir commémorer je trouve que les choses perdent de leurs sens. Pour cette BD c'est le même sentiment qui domine, j'en suis le premier désolé mais le traitement de l'affaire me fait fuir plutôt qu'autre chose, ce qui est un comble.

06/03/2018 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

J'avais entendu parler de la tragédie de Malpasset dans une émission sur les frères Leotard (leur père venait d'être élu maire et on parle d'ailleurs d'eux dans la bande dessinée), mais je n'avais jamais lu de témoignages et donc mes connaissances étaient vagues (en gros, je savais qu'un barrage avait cédé et donc que cela avait causé une catastrophe). Cet album était donc instructif pour moi car je vois enfin à quel point un barrage mal conçu peut causer des dégâts. Les différents témoignages sont plutôt intéressants et j'ai été touché par cette tragédie. Il manque toutefois un petit quelque chose pour rendre le tout passionnant à lire. J'aime bien comment Corbeyran fait quelque chose de différent de ce qu'il a l'habitude de faire. Le dessin est correct. J'aime bien le noir et blanc, mais le style de Horne me laisse indifférent.

24/01/2016 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

La bande dessinée permet également de rendre hommage, de se souvenir. Il est vrai que Malpasset est tombé dans l'oubli. C'est pourtant l'une des pires catastrophes meurtrières qu'a connu notre pays. Cela s'est passé à Fréjus et il y a eu 423 morts sans compter des dégâts matériels considérables. En effet, beaucoup de gens ont perdu leurs maisons, leurs exploitations, leurs usines ce fameux 2 décembre 1959. Des millions de mètres cubes d'eau se sont déversés dans la vallée suite à un barrage mal construit pour des raisons d'économies. Pour autant, les responsabilités humaines ont été écartés lors des suites juridiques mais la bd ne fera pas état de cela. On a droit à des témoignages qui se compilent les uns avec les autres dans une sobriété absolue et qui est voulue par les auteurs. C'est un documentaire de 144 pages. Il y a une certaine authenticité. C'est assez poignant par moment. On a l'impression que ces faits ont été oubliés de manière volontaires afin de passer à autre chose. Le général de Gaulle avait écrit lors de sa visite que Fréjus devait renaître. Corbeyran montre un talent dans la composition de quelque chose de différent, loin de l'univers des Stryges. Quant à Horne, le dessin réaliste lui va bien. Cependant, malgré toutes les qualités de cette oeuvre dans le genre "devoir de mémoire", c'est assez monotone dans la construction. Certes, cette rigueur imposée permet de donner le ton juste. A travers les témoignages, on arrive à revivre cette catastrophe. On peut le prendre comme un avertissement contre toutes les catastrophes civiles futures.

01/03/2015 (modifier)