Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

La Jeune Fille et le Nègre

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 3 avis)

Judith rencontre un nègre. Ils tombent amoureux. Ils se séparent


Auteurs néérlandais Bruxelles/Brussels Immigration clandestine La BD au féminin

L’amour. L’amour d’une fille blanche, de nationalité belge, pour un réfugié politique Togolais. Un amour pur, passionnel, mais en même temps hésitant, oppressant, terrifiant. La première partie de La Jeune fille et le nègre s’achevait par un mariage imposé par les circonstances. Dans ce second volume, situé quelques années plus tard, Sophie raconte à sa fille Babette - et au lecteur - ce qu’il est advenu de son amour pour Abou. Elle nous prend par la main pour un voyage dans son passé qu’elle a tant caché, tant voulu oublier... Tandis que le dessin de l’auteur continue de s’affirmer, on retrouve la justesse de ton, le sens de l’observation, le mélange de réalisme social et d’humour qui caractérisaient la première partie - nominée à Angoulême - de ce diptyque sur les sans-papiers et demandeurs d’asile. Texte : Editeur.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 10 Avril 2008
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série La Jeune Fille et le Nègre

07/01/2015 | Quentin
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Cette série comporte deux tomes au ton et au contenu différents même si tous deux abordent le même thème des demandeurs d'asile africains et de leur acceptation dans une famille bourgeoise européenne. Le premier tome prend pour personnage principal un père de famille belge dont la fille, tout juste majeure, est tombée amoureuse d'un Togolais qu'elle a rencontré dans un centre d'accueil pour demandeurs d'asile. C'est par ses yeux que nous découvrons le fameux prétendant et toute l’appréhension que le père ressent envers celui qui non seulement s'empare du cœur de sa fille chérie mais en plus est d'une culture tout à fait différente et dans une situation précaire. Rapidement il va surmonter ses a priori et s'attacher au personnage et à sa cause, et faire en sorte qu'il puisse voir accepter officiellement sa demande d'asile.. mais si possible sans que cela implique un mariage. Avec cet album, nous allons découvrir en partie la complexité de l'administration belge et son rejet des migrants, et en même temps les turpitudes d'un père en plein dilemme entre une acceptation complète de cet étranger venu "voler sa fille" et sa méfiance instinctive et culturelle. Cependant, tout du long de ce premier tome, le fameux Togolais reste un étranger mystérieux, certes attachant et sympathique mais lisse et sans passé, représenté simplement par sa tête ronde et toute noire et son sourire blanc. C'est dans le second tome seulement qu'on le découvre plus en profondeur. Et il permet au passage de combler quelques ellipses abruptes qui pouvaient surprendre à la lecture du premier tome mais qui sont expliquées dans le deuxième. Cet album se déroule dix ans plus tard et prend cette fois pour personnage principal la fameuse fille amoureuse. Désormais devenue mère elle aussi, elle raconte à sa propre fille sa relation avec cet homme dont on apprend très vite qu'il n'est pas resté dans sa vie. L'amoureux Togolais devient alors bien plus complexe, bien plus mature, et on apprend les malheurs de son passé et de la situation dans le Togo dictatorial du début des années 90. Et on est également mis face à la réalité de la vie, qui fait qu'un traumatisme physique et psychologique peut venir à bout d'une relation amoureuse aussi sincère soit-elle. J'ai été davantage intéressé par cette lecture que je le pensais. Au simple vu des couvertures et du titre, je croyais avoir affaire au récit d'une romance enjolivée et teintée de dénonciation du racisme ordinaire. Au lieu de cela, c'est une histoire bien plus mature, abordant des thèmes intéressants tels que la réaction d'un père face à la relation amoureuse de sa fille qu'il souhaite protéger, la situation des demandeurs d'asile en Belgique dans les années 90, les causes qui ont poussé ces fameux demandeurs d'asile Togolais à venir chercher asile en France et les conséquences sur leur propre vie intime. C'est intelligemment mené et raconté. Dommage que le dessin ne soit pas tout à fait à mon goût, mais il n'a pas empêché une agréable lecture.

18/10/2019 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

La première partie de ce diptyque est fort réussie car elle montre l'histoire d'amour d'une jeune belge avec un togolais demandeur d'asile politique mais aux yeux de ses parents qui tiennent à elle. L'angle de vue nous permettra d'aborder en confiance cette chronique familial sur fond de la question sensible et épineuse des étrangers qui demande le droit de séjourner en Europe. C'est très enthousiaste et optimiste malgré tout. Le second tome est beaucoup plus triste car ce couple s'est quitté et dix ans ont passé. Il n'y aura pas d'happy-end comme dans les comédies romantiques alors que le ton du premier tome était souvent à l'humour. Le second est beaucoup plus sombre et nous apporte des éléments de réponse sur des questions laissées en suspend. Cette oeuvre n'est pas un manifeste politique pour la défense des demandeurs d'asile. Cela va plus loin que ces considérations. C'est d'abord la relation amoureuse qui est abordée ainsi que les souffrances qu'elle peut générer. Une bd en noir et blanc: normal pour l'occasion...

05/07/2015 (modifier)
Par Quentin
Note: 4/5

J'ai beaucoup aimé "La jeune femme et le nègre". Une histoire d'amour plus ou moins autobiographique entre une jeune Belge et un candidat réfugié politique Togolais, dont le parcours de combattant avec l'administration et le désespoir qui s'ensuit finissent par plomber la relation entre les 2 jeunes gens. Le sujet est très bien traité, sans trémolos ni diatribes politique, en se focalisant sur la vie des protagonistes (juste quelques clichés dans la relations avec les parents, et dans le travail de terrain en Afrique de l'Ouest). Une très bonne surprise.

07/01/2015 (modifier)