Nouvelles vies

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 3 avis)

Avec intelligence, humour et tendresse, Stéphanie Delmas évoque sa grossesse.


Autobiographie Encrages Maternité / paternité

Stéphanie vient d’apprendre qu’elle est enceinte, une première pour elle. Elle ne se doute pas que les changements qui vont s’opérer dans son corps vont également affecter tout son entourage. A commencer par elle-même, qui aura du mal à réaliser qu’elle abrite en elle un être vivant. Ces neufs mois d’attente seront partagés entre joies (petites), angoisses (grosses) et questionnements (persistants).

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 24 Septembre 2014
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Nouvelles vies
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

22/11/2014 | Blue Boy
Modifier


Par Quentin
Note: 3/5

Nouvelles vies, de Stéphanie Delmas, est un témoignage bon enfant relativement classique d'une grossesse, de la conception à juste après la naissance. Témoignage féminin, assez marrant, relaté sur un ton léger mais qui n'esquive pas toutes les angoisses, les questions, et les changements. Le petit truc particulier qui rend ce livre différent, est l'argument selon lequel une naissance n'est pas juste une nouvelle vie, mais que ca change la vie de toutes les personnes autour (d'où les pluriels du titre). Un nouvel enfant crée des parents, grands-parents, cousins, oncles et tantes, et tout le monde doit se redéfinir vis-à-vis de ça. J'ai bien aimé, malgré une écriture liée pas toujours des plus faciles à lire (moi aussi, j'ai achoppé sur un mot que je n'ai pas réussi à déchiffrer).

07/01/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

J’ai trouvé cet album sympathique, touchant et même original. Pourtant, nous raconter le quotidien d’une grossesse n’a rien d’original en soi, tant d’autres s’y étant essayé avant Stéphanie Delmas. Mais l’auteure se singularise par le fait qu’elle prend l’ensemble de la famille en considération et insiste sur les besoins de chacun de retrouver une place dans le nouvel arbre généalogique qui se dessine. Et les réactions les plus dérangeantes ne viennent pas forcément de là où on l’attendait (du moins, moi). Il y a donc un vrai caractère informatif dans cette expérience de vie pourtant très banale. Mais ce récit dégage surtout beaucoup de simplicité, de naturel et est loin de manquer d’humour. L’auteure sait prendre du recul face à la situation. Cela donne lieu à quelques passages cocasses assez édifiants… qui permettront peut-être à de futurs parents lecteurs de relativiser leurs propres difficultés. Au niveau du dessin le trait simple et rond de Stéphanie Delmas est des plus adéquats pour ce type de récit. J’ai, par contre, éprouvé quelques difficultés avec la calligraphie. C’est un petit détail, mais il a quand même gêné ma lecture tout du long (avec, en prime, un mot que je n’ai jamais su déchiffrer). Le découpage, enfin, est bien pensé. Les chapitre ne sont ni trop courts ni trop longs et donnent toujours envie d’en lire un autre avant d’interrompre sa lecture. Résultat : on arrive à la fin de l’album sans s’en rendre compte. Pas mal du tout. Je dirais même « franchement bien ! » car il est difficile d’apporter encore quelque chose de neuf dans cette thématique déjà si souvent exploitée.

24/11/2014 (modifier)
Par Blue Boy
Note: 3/5
L'avatar du posteur Blue Boy

De prime abord, cette petite bédé en noir et blanc n’avait l’air de rien avec son graphisme simple, si bien troussé soit-il. Et puis se fader les états d’âme prénataux d’une jeune urbaine de son époque, semblable à toutes les jeunes urbaines de leur époque, je ne peux pas dire que la perspective m’enchantait plus que ça… Pourtant je dois avouer, quasiment à mon corps défendant, m’être laissé attendrir au fil des pages par cet ouvrage dans lequel Stéphanie Delmas évoque sa grossesse. Jouant astucieusement sur le titre où le singulier hésite à se faire pluriel, la couverture est bien trouvée avec son arbre à sens multiples (arbre de vie, arbre généalogique, démultiplication des branches comme autant de voies à choisir…). Au final, ces neufs mois condensés sur 128 pages révèlent des personnages attachants et authentiques, tous affectés à différents degrés par la perspective d’accueillir cette « nouvelle vie », qui, de bon ou mauvais gré, bouleversera à coup sûr leur petit train-train. Que ce soit la future maman elle-même déroutée par ce « mini-squelette » qui bouge dans son ventre, ou son propre compagnon qui, plus vraiment sûr d’être prêt, continue à guincher avec ses potes comme si de rien n’était, ou encore la mère de Stéphanie, un brin possessive et anxiogène, redoutant de se faire appeler « Mamie ». C’est à la fois drôle et subtil, sans mièvrerie aucune. La scène finale, où la mère dialogue silencieusement avec son nouveau-né, est particulièrement émouvante. Stéphanie Delmas a bien maîtrisé son sujet, pour le moins casse-gueule, grâce à un traitement original. Pudiquement mais sans fausse pudeur, elle nous fait partager son expérience s’apparentant presque à un parcours initiatique. Avec intelligence et une bonne dose de tendresse. Ce qui est toujours bon à prendre dans ce monde de brutes.

22/11/2014 (modifier)