Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Appelez-moi hôtesse (CA to oyoubi!)

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Sae n’est pas une hôtesse de l’air très consciencieuse. Son rêve ? Trouver l’homme de sa vie qui comblera son cœur... et son porte-monnaie ! Un vol très drôle.


Comédies romantiques Drôles de métiers ! Seinen Shogakukan

Pour la première fois, Sae arrive pile poil à l’heure du briefing du matin de son équipe d’hôtesses de l’air. Hélas, ce n’est pas pour autant que sa responsable va la féliciter : au contraire, elle lui fait remarquer qu’elle a oublié de mettre ses bas avant de lui reprocher son laxisme et de la comparer à Yuka, recrutée il y a moins longtemps que Sae mais plus compétente. Enfin, sa chef lui redessine ses sourcils qu’elle juge beaucoup trop épilés. Et ce n’est que le début des malheurs de la journée. En effet, Sae apprend que le passager régulier surnommé « M. Vomi » fait partie du vol. Il faut dire que l’homme ne supporte pas l’avion mais en pince pour la très belle collègue de Sae, Yuka. Décidemment, ce n’est pas aujourd’hui que Sae va dévoiler tout son potentiel de glamour et trouver l’homme de sa vie...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 17 Avril 2014
Statut histoire Série terminée 4 tomes parus
Couverture de la série Appelez-moi hôtesse
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

23/09/2014 | Erik
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

On nous présente cette série comme un espèce d’hommage à un métier présenté comme assez difficile dont les conditions se sont sérieusement dégradées au fil de ces dernières années. On a presque envie de pleurer sur leur sort. Non, il ne s’agit pas des ouvriers mais plutôt des hôtesses de l’air. Je retiens deux éléments ou plutôt deux revendications majeures : elles ne peuvent plus dormir dans un hôtel 5 étoiles lors des escales mais dans des minables love hotels. Elles ont un salaire si faible qui ne leur permet pas d’acheter du rouge à lèvre de qualité pour soigner leur esthétisme. Bref, c’est pathétique car les exemples dans ce style ne manquent pas. On va découvrir toutes les réalités du métier d'hôtesse de l'air sans parler des stewards. Au début, on croit que c’est pour défendre cette profession qui a subi de plein fouet la crise asiatique (le champ d’application étant limité aux vols intérieurs japonais). Cependant, on va vite déchanter pour voir que c’est une série pour midinettes rêvant de se faire tous les beaux passagers entre les portes du cockpit. Là encore, pathétique ! Bien sûr, c’est sous l’angle de la comédie pour faire passer la pilule. Attachez-bien vos ceintures ! Si on accepte tout cela, oui, on va passer un moment de détente agréable entre deux vols. Mais attention : on aura droit à toutes les japoniaiseries du genre. La totale quoi ! On ne verra plus jamais comme avant un embarquement.

23/09/2014 (modifier)