Clara

Note: 2.75/5
(2.75/5 pour 8 avis)

Après la mort de son père, Clara reprend son affaire de détective privé.


Dans mon immeuble... Denis Lapière Détectives privés Le Catch

Drôle d’héritage qu’a reçu Clara ! Ce bureau d’abord, dans lequel elle n’était jamais entrée, plein d’une vie secrète, celle de son père qui était détective privé. Assassiné une nuit, sur les quais, sans doute par un voyou. Ensuite, après avoir enterré cet homme tant aimé mais si peu connu, Clara parcourt les dossiers, les photos, les traces de cette vie secrète. Pour découvrir que cette existence qu’elle imaginait solitaire était peuplée d’amis farfelus et bienveillants : les voisins d’immeuble du détective. Une catcheuse, un écolo désoeuvré, une strip-teaseuse, une cantatrice, des êtres attachants et complexes qui s’aiment et se déchirent et qui, surtout, connaissent mieux Clara qu’elle ne pouvait le penser. Alors, quand un matin, un jeune homme gauche qui croit s’adresser au détective frappe à la porte du bureau, Clara le fait entrer. Il est étudiant en médecine. Une étrange découverte dans un cadavre qu’il disséquait semble être le point de départ d’une mystérieuse affaire. Que faire quand on a reçu en héritage le sang d’un père? Clara accepte d’enquêter. L’aventure commence.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 1999
Statut histoire Une histoire par tome 3 tomes parus
Couverture de la série Clara © Casterman 1999

08/09/2002 | ArzaK
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Voilà une série qui se laisse lire, mais qui ne m’a pas donné envie d’y retourner. L’histoire en elle-même – si l’on passe le côté quelque peu invraisemblable du départ (une jeune femme, Clara donc, reprend au débotté l’affaire de détective privé de son père qui vient de décéder, et dont elle ignorait tout), peut être divertissante. Rapidement – j’allais dire instantanément ! – elle se lie d’une amitié forte avec tous les habitants de l’immeuble dans lequel son père avait son officine, et dans lequel elle s’installe. Pas forcément crédible, mais ça passe ; Les enquêtes dans lesquelles Clara s’embarque, passé le déclencheur original, sont assez quelconques, et surtout manquent de rythme. J’ajoute que, comme à chaque fois avec lui, j’ai un peu de mal avec le dessin de Chauzy (je n’aime pas trop ses visages), surtout quand, comme ici, les couleurs sont un peu pétantes. Ce dessin n’est pas mauvais, mais j’ai du mal à m’y faire.

27/01/2017 (modifier)
Par Canarde
Note: 3/5
L'avatar du posteur Canarde

Une fille de détective qui reprend l'affaire à la mort de son père, en s'aidant des compétences inattendues de ses voisins. Moi j'ai bien aimé ces personnages, leurs vies sans relief, mais pas sans intensité: les doutes, les espoirs, les systèmes D émouvants, réalistes ou farfelus, restent en mémoire. Le dessin rugueux avec une belle aquarelle légèrement baveuse mais plus composée que Baru par exemple. Mais il y a des points communs entre les deux: - une sorte de fresque réaliste d'une société, avec peut-être un message politique moins appuyé ici, mais sous-jacent, quand même. - un certain talent de conteur. Je pense que ça peut aussi se rapprocher de l'univers de Fred Vargas, voire de Daniel Pennac et sa "fée carabine": une sorte de tribu qui participe à l'enquête...

23/11/2014 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Pas mal, mais pas mémorable. Le point fort de cette série à mes yeux est le dessin que je trouve très dynamique et expressif. Il y a toutefois quelques cases où je trouvais que les expressions des personnages ne collaient pas trop à ce qu'ils disaient, mais ce n'est pas trop grave. Les différentes enquêtes ne sont pas mauvaises, mais il manque quelque chose pour que je sois totalement captivé par le scénario. Il faut dire que les personnages ne m'ont pas semblé très attachants quoique j'avoue que j'ai bien aimé le tome 2 et que je n'aurais pas de problème à le relire.

30/12/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Elle est bien sympathique, cette petite Clara, parachutée détective privée et résidente d’un immeuble aux voisins envahissants et … pittoresques. Les scénarios de Lapière (comme bien souvent chez cet auteur) font preuve de beaucoup d’humanité. Clara n’est pas dénuée d’émotion, pas plus qu’elle n’est une wonder woman initiée aux techniques de combat les plus raffinées. Elle n’est pas, non plus, incroyablement intelligente, mais possède ce sixième sens si prisé qu’est l’intuition (ce qui est bien utile lorsque l’on veut s’improviser détective privé). Les enquêtes sont variées, allant du traditionnel serial killer au type étrange convaincu d’être protégé par Dieu. Comme je l’ai dit, elles laissent tout l’espace nécessaire au développement des personnages, et les multiples seconds couteaux de la série sont un réel atout pour celle-ci. La galerie pourra paraître stéréotypée à plus d’un lecteur, mais je l’ai franchement bien aimée (et plus particulièrement la catcheuse digne d’une fête foraine). Le dessin de Chauzy transpire la sincérité. Son trait est spontané, assez brut, et, grâce à celui-ci, son auteur parvient à nous faire ressentir bien des émotions. Pas mal, vraiment pas mal …

16/09/2009 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Une jeune femme d'une vingtaine d'année devient détective privée un peu par hasard à la mort de son père. Elle va faire un apprentissage sur le tas. Les voisins sont sympathiques et constituent sa seule famille comme un noyau dont elle a besoin pour se construire. Grâce à une voisine catcheuse, elle apprendra même à se défendre. C'est un métier dangereux qui a conduit au décès de son père dont l'ombre flotte sur les 3 chapitres qui se lisent indépendamment. Il est vrai que les dessins sont de toute beauté. Pourtant, au 3ème tome, le dessinateur s'est autorisé à une manganisation dans la réaction de la jeune fille amoureuse ce qui ne colle pas avec l'aspect graphique. Mis à part ce léger écart qui ne concerne finalement que quelques petites cases, l'ensemble reste plus que correct. Les intrigues commencent toujours de manière satisfaisante. Cependant, les différentes conclusions ne sont pas vraiment palpitantes. Cette série peine un peu à se trouver un équilibre. Le lecteur le sentira. Par ailleurs, on notera également des situations peu crédibles. Cela manque également un peu de rythme. Cela garde son charme grâce à des petits trucs du quotidien entre simplicité et complicité.

18/01/2009 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Une série qui n'a fait que "passer", mais que j'ai appréciée. Clara est une jeune femme à peine sortie de l'adolescence. Son père était détective. Pas une vedette, non : quelqu'un de très humain, tout simplement. Un gars qui avait sa petite vie, ses coups de blues et ses fins de mois difficiles. Petit à petit, au fil du développement de la trame imaginée, Clara va découvrir qui il était vraiment. Clara ?... ben, l'air de rien, c'est un bien bon scénario de Lapierre ainsi qu'un très bon dessin estampillé Chauzy. Son travail des ombres m'a régulièrement fait penser à un effet "3D". Un bon duo de créateurs pour une histoire prenante, humaine, d'une jeune femme Comme tout le monde confrontée à des choses de la vie qu'elle ne comprend pas tout de suite... Bien aimé. Il y a quelques années...

11/11/2007 (modifier)

Je n'ai lu que le premier tome certes, mais n'en lirai pas d'autres, alors s'il te plaît Alix, ne vire pas mon avis ! L'intrigue est assez linéaire, on a plus affaire à une galerie de personnages cabossés par le vie, à des gueules, qu'à une véritable enquête policière. Cette impression est renforcée par le traitement réaliste, tant des personnages que des décors intérieurs ou de l'architecture. L'histoire aussi se veut réaliste et même limite misérabiliste tant elle baigne dans l'univers des petites gens, des petits arrangements sordides avec la vie. La seule note d'espoir vient du fait que malgré tout, il reste un peu de chaleur humaine et de solidarité face aux galères de toutes sortes, parmi ceux que Clara appelle son "héritage". Je n'aime pas ces atmosphères glauques de petits matins laborieux à la Simenon, je trouve le trait un peu trop appuyé. Alors non, je ne lirai pas les prochains épisodes.

24/12/2004 (modifier)
Par ArzaK
Note: 3/5

La bande dessinée nous a déjà offert un certain nombre de personnages de détectives décalés, maladroits ou distraits : Jérôme K. Jérôme Bloche, l’inspecteur Moroni, Chicanos… C’est un peu dans la même lignée, mais avec un personnage féminin, que se place cette série. Le personnage en question est Clara Dominique, une fille de détective, qui embrasse le métier de son père un peu par hasard après la mort de celui-ci. Débutante et encore mal assurée des méthodes du métier, elle ne manque néanmoins pas d’entrain et utilise à de bonne fin sa capacité particulière à découvrir les motivations profondes des gens sur lesquels elle est amenée à enquêter. Lapière, le scénariste, a pris soin de doter son héroïne d’une certaine fragilité émotionnelle, ce qui la rend d’autant plus attachante. Elle découvre dans l’immeuble de son père tout un groupes de voisins unis dans l’adversité de la vie de tous les jours. Elle en fait sa nouvelle famille , son nouveau cocon protecteur. Le lecteur a droit à une description assez réussie de ces relations de voisinages. Chaque album présente une enquête et peut donc être lu séparément des autres, même si les multiples personnages secondaires ainsi que l’héroïne, elle-même, sont sujets à des évolutions. Présenter en 46 planches, une enquête complète est souvent une gageure. Car ce format souvent trop court ne permet pas toujours de raconter une enquête dans toute sa complexité. Souvent, que cela soit dans des séries policières comme Jérôme K. Jérôme Bloche, Le Choucas ou Cliff Burton, certains albums sont un peu faibles dans leur développement : faute de place, le héros arrive un peu trop vite à deviner le clé de l’énigme. C’est un peu ce qui arrive, malheureusement, dans le premier album. Le deuxième est plus réussi à cet égard, le déroulement de l’enquête est plus crédible et plus attrayant. Le troisième album est réellement attachant malgré un défaut majeur dans son déroulement : dès la moitié de l'album, le lecteur devine facilement qui est le coupable, ce qui fait de la surprise finale un pétard quelque peu humide. Mais que le récit même du déroulement de l’enquête soit réussi ou non, la clé de l’énigme de ces albums repose toujours sur une idée originale et recherchée. Pas de place ici pour un manichéisme de mauvaise augure, non, Lapière tente de prendre à bras le corps l’humain dans toute sa complexité. On est donc plus proche de Simenon que des tueurs machiavéliques mais peu crédibles d’Agatha Christie. Le dessin est le point fort de la série. Chauzy est un dessinateur surdoué, il ne semble avoir aucune limite et arrive à retranscrire n’importe quelle attitude, sa mise en scène est très belle et ses couleurs directes magnifiques. Du grand art. Une série à suivre…

08/09/2002 (modifier)