Le Brigand du Sertão

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

A la poursuite des bandits du Brésil...


1919 - 1929 : L'Après-Guerre et les Années Folles Brésil

Région du Sertao, Nordeste du Brésil, années 20. Une suite d’histoires retrace la fabuleuse épopée du mythique brigand, le cangaçeiro Antonio Mortalma, mi-homme mi-démon. Les histoires se suivent, se mêlent, en empruntant chaque fois un nouveau conteur, qui poursuit l’histoire entamée par un autre… en variant les angles avec poésie. Tout au long du récit de nombreux personnages grandiloquents et théâtraux apparaissent, mais le terrible Antonio Mortalma demeure la référence : son destin concerne toute le monde, et chacun est partie prenante de sa légende. La narration est à l’image de la contrée qui lui sert de cadre : haute en couleur. Elle reflète la sauvagerie des hommes, la philosophie de ses habitants, et donne une place de choix aux plaisirs de la chair. (texte : Sarbacane)

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 02 Mars 2014
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Brigand du Sertão
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

25/08/2014 | Spooky
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Une bd qui nous fait découvrir un Brésil sauvage dans les années 20 qui ressemble à s'y méprendre à l'Ouest américain au moment de sa conquête. Nous avons différents chapitres qui s'emboîtent autour d'une trame principale. On découvre le destin de différents protagonistes. Il y a profusion de personnages et il faudra être attentif. Pour autant, cette lecture m'a paru assez fluide avec un dessin en noir et blanc qui passe plutôt bien. Au final, c'est un western brésilien réalisé avec maestro. Le désert du Sertao nous réserve pas mal de surprises dans un mélange de mythe et de réalité.

26/07/2015 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Ah, voilà un récit dépaysant et débridé. Nous sommes dans le nord-est du Brésil, les années 1920. Plusieurs bandes de pillards défraient la chronique et défient les forces de l'ordre. L'album se présente comme une suite d'histoires, ou plutôt de chapitres, qui vont de l'un à l'autre, avec une trame de fond qui avance, et le personnage d'un journaliste comme moteur. Malgré le noir et blanc, on est transporté dans la touffeur et la foison de la nature brésilienne, et on suit avec plaisir et curiosité les aventures de ces brigands. Le style de Flavio Colin est une sorte de ligne claire plus proche de David B. que d'Hergé, et certaines planches le positionnent comme un maître en la matière. Ce n'est pas pour rien qu'il est considéré comme le plus grand dessinateur de tous les temps au Brésil. A découvrir.

25/08/2014 (modifier)