Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Le Détective triste

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Un polar en noir, blanc et rouge, signé Jason. Une poignée de billets jetés au travers la figure, un chat perdu et retrouvé, un père égaré lui-aussi et une jeune femme, elle, perdue pour de bon. Au grand dam de Danny Delon, détective privé en gabardine et chapeau mou. Le même qui arpente les kilomètres d'asphalt des films noirs.


Animalier Détectives privés Jason Les Auteurs Nordiques

Danny est un détective privé. Un soir, en sortant de chez lui, il trouve un chat sous une poubelle. Ça tombe bien puisqu’il ressemble assez à la photo de l’avis de recherche qui est placardée dans le quartier. Comme il n’a pas grand-chose à faire à part rentrer chez lui où personne ne l’attend, il ramasse le chat et téléphone à la personne qui a posé l’annonce. Charlotte est libraire et elle est très contente d’avoir retrouvé son chat, Kitty, qui généralement passe ses journées dans la librairie avec elle. Pour le remercier, elle invite Danny à rentrer chez elle et lui offre un café. Ils vont commencer à parler, d’eux, de tout et de rien, de leurs vies. Lui est donc divorcé, a une grande fille qui ne vit pas avec lui. Charlotte est aussi divorcée et sans aucune famille. Leur quotidien est fade et ils ont tous les deux l’impression qu’ils ont attendu trop longtemps avant de se prendre en main, avant de s’apercevoir qu’il s’était passé trop de temps pour qu’ils puissent changer. Il est évident que ces deux-là étaient fait pour se rencontrer. Alors le lendemain, Danny téléphone à Charlotte pour l’inviter au restaurant le soir à 20h00.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Novembre 2013
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Détective triste
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

04/08/2014 | Erik
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Jason souhaite rendre hommage à Humphrey Bogart. Il nous concocte un polar noir où il est question d'une mystérieuse femme aux accents de Lauren Bacall qui va disparaître. Nous ne sommes pas dans le faucon maltais, ni dans Casablanca. Notre détective privé aura moins de mal pour retrouver un chat ou un tableau. Le récit de Jason semble progresser sur le terrain d'une certaine maturité scénaristique. Désormais, ses personnages animaliers parlent. Il y a encore des zones de confusion lorsqu'il est question d'apparition. Il est dommage que la fin de ce récit flirte avec la science-fiction alors que les codes du genre appartiennent au polar. Bref, j'ai encore du mal avec ce passage où l'on sombre dans le fantastique ou la folie... Cependant, les fans de Jason seront comblés car on retrouve son singulier univers où les silences des personnages animaliers en disent long.

04/08/2014 (modifier)