Le Cavalier Suédois

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

Cette bande dessinée est une adaptation de l'œuvre majeure de l'écrivain autrichien Leo Perutz. Un cavalier suédois qui nous entraîne dans l’impitoyable décor enneigé de la Pologne du début XVIIIème siècle...


1643 - 1788 : Au temps de Versailles et des Lumières Adaptations de romans en BD Europe centrale et orientale

Au tout début du XVIIIe siècle, l'armée suédoise défait les troupes russes de Pierre le Grand, assurant à son roi, Charles XII de Suède, l'hégémonie sur la Pologne et le Danemark. C'est dans ce contexte qu'un déserteur, Christian von Tornefeld, et un simple voleur vont se rencontrer, un jour d'hiver, dans les plaines de Silésie, non loin de la frontière de Pologne. Tornefeld, d'origine suédoise, a déserté l'armée polonaise et rêve de rejoindre les rangs de Charles XII. Le voleur, lui, veut échapper à la potence, ainsi qu’aux forges de l’évêché (appelé aussi « l'enfer de l'évêque »), un lieu où le gîte est assuré mais au prix d'une vie de forçat. Tous deux vont trouver refuge dans un moulin abandonné et hanté. Par un concours de circonstances ainsi qu'un pacte avec un revenant, un plan machiavélique va germer dans l'esprit du voleur qui l'amènera à usurper l'identité de son compagnon d'infortune, et ainsi devenir le « Cavalier suédois ». Jusqu'au jour où le destin va le rattraper...…

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 2013
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Cavalier Suédois
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

23/07/2014 | Erik
Modifier


Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Cette histoire d’usurpation d’identité n’a pas été très palpitante malgré une introduction assez intriguant. Le style parait assez vieillot, voir figé. L’imagerie austère semble d’un autre temps sans parler de la calligraphie. La narration sans être pesante m’est apparue comme un brin ennuyeux. On n’arrive pas à entrer dans ce récit avec la meilleure volonté du monde. Bref, cela le fait ou pas. La substitution d’identité sur fond de campagne militaire mené par Charles XII de Suède sur la Pologne au début du XVIIIème siècle donnait de larges possibilités. Elles n’ont pas été exploitées à bon escient. On va se perdre au milieu de cette embrouille. Subtilité et raffinement pour les uns, classicisme et déception pour les autres.

23/07/2014 (modifier)