Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Le Pavé Originel

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

À la veille de mai 68, Samuel, un lycéen parisien d'origine juive polonaise se veut dans l'air du temps. Mais ses ancêtres ne sont pas du tout de cet avis.


Adaptations de romans en BD Communauté juive Mai 68

À la veille de mai 68, Samuel, un lycéen parisien d'origine juive polonaise se veut dans l'air du temps. Mais ses ancêtres ne sont pas du tout de cet avis. Morts et enterrés, ces derniers lui rendent visite. À cause d'eux, il rate son bac. Ce sont eux encore qui l'empêchent de se débarrasser de son pucelage, alors que comme tant de jeunes gens de sa génération, Samuel rêve d'une sexualité libérée...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 09 Septembre 2009
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Pavé Originel
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

23/04/2014 | Mac Arthur
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Je ne suis guère un adepte du communautarisme et encore moins du communisme. Mais bon, avec ce roman graphique, j'ai plutôt été servi ! Il faut le voir comme une sorte d'émancipation d'une certaine jeunesse qui cherche à tout prix la révolution dans la France de Mai 1968 ou du moins une libération sexuelle. On connait malheureusement la suite. Il est vrai que les ancêtres du passé reviennent hanté la vie de ce bourgeois improvisé en prolétaire façon Jean-Paul Gauthier. Il va falloir s'accrocher mais cette ballade sera à la fois divertissante et non sans intérêt. En guise du péché originel, on va avoir droit au pavé originel qui va marquer le début de la révolte. Bref, j'ai bien aimé cet esprit qui animait la jeunesse de cette époque aujourd'hui révolue. C'est une bonne retranscription marquée par une certaine originalité.

29/11/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Un récit à l’esprit profondément juif. Normal me direz-vous puisque les principaux protagonistes le sont. Entre poids des traditions et de l’héritage culturel et volonté d’émancipation dans la France des années 60 (le récit se termine sur les barricades de mai ’68 ), notre héros navigue dans ses contradictions. Ses ancêtres lui apparaissent régulièrement, tels des fantômes surprotecteurs et moralistes pesants. Et lui-même est partagé entre ses envies révolutionnaires prolétariennes et son éducation bourgeoise. Ce récit est en fait l’adaptation d’un roman éponyme… dont j’ignorais tout. Point de comparaison possible pour moi, donc. Mais l’introduction de ce récit m’a tellement bien plu que j’ai lu sa totalité dans la lancée. Malheureusement, par la suite, certaines longueurs se font sentir et le poids de la tradition qui pèse sur le personnage principal fait parfois office de boulet pour le lecteur que je suis. Je n’ai pas non plus senti de passion à la lecture : ce n’est pas déplaisant, pas inintéressant mais on reste dans un récit « du quotidien », le parcours du narrateur (et auteur puisqu’il s’agit d’une autobiographie romancée) n’ayant rien de véritablement extraordinaire. L’humour est présent même si discret. La libéralisation des mœurs et de la sexualité, elle, est bien plus souvent mise en avant. Avis aux amateurs : y a de la fesse et du nichon… mais toujours avec ce poids du sexe « impur » dressé (si j’ose dire) comme une épée de Damoclès au-dessus de la tête des personnages. La femme y est, à l’image de bien des récits d’auteurs juifs, présentée tel un fruit défendu… dans lequel on a quand même une furieuse envie de croquer. Le dessin, enfin, n’est pas des plus fabuleux mais il remplit son office. C’est un peu raide à mon goût mais pas dérangeant. Au final, si ce type de récit vous intéresse, voici un bon emprunt de bibliothèque. De là à l’acheter, il y a un pas que je ne franchirai pas. Pas mal, sans plus…

23/04/2014 (modifier)