Mai 68 histoire d'un printemps

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

"Quarante ans après, que reste-t-il de Mai 68 dans les mémoires ? (...) Dans quelles circonstances se produisirent ces événements ? Quels en furent les épisodes marquants ? Qui en étaient les acteurs? C'est à ces questions que répond ce livre." (extrait de la quatrième de couverture)


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Mai 68

Cela commence par une révolte estudiantine. Qui touche les universités, puis les ouvriers embrayent. Les gauches et les Gaullistes jouent leur jeu au milieu de ces trublions.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 2008
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Mai 68 histoire d'un printemps
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

17/03/2014 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Voilà un album paru à l’occasion du quarantième anniversaire des « événements » de mai 1968, au milieu d’une vaste production plus ou moins intéressante et opportuniste – et globalement d’une cacophonie médiatique rendant souvent inaudibles certains messages pourtant hurlés à l’époque. L’ouvrage se veut didactique, abordant les faits sous le double angle chronologique et thématique. Cela se laisse lire, mais ce n’est pas très dynamique ! et on a du mal à saisir l’émotion réelle des participants (qu’ils soient réels ou inventés pour les besoins du récit). Pour saisir cette émotion à fleur de peau, il faut plutôt lire le livre « Plus vivants que jamais » de Pierre Peuchmaurd ! A ce style de récit que je trouve ampoulé s’ajoute un dessin assez froid. Pas détestable, mais pas emballant non plus. Enfin, si les « stars » médiatiques – des partis d’opposition ou du pouvoir, des syndicats apparaissent centraux, Daniel Cohn-Bendit en tête (il se fend même d’une préface), les idées, les rêves (censés être au pouvoir) sont un peu escamotés (Marcuse et les situationnistes sont abordés en une demi page alors qu’on ne peut comprendre ce mouvement sans comprendre ce qu’ils ont pu lui apporter de théorie et de pratique !). Bref, cette autopsie de Mai 68, sous-titrée « histoire d’un printemps », est restée sur l’écume des choses. Un documentaire dessiné comme on a pu en voir des tas en 2008, qui énumère des faits, des noms, les empile. Une vision de l’histoire que chaque commémoration embaume. Je suis sûrement un peu dur avec cet album, car il y a eu bien pire – sur tous les supports, depuis 1968, et c’est peut-être une bonne approche pour baliser quelques faits majeurs (y compris sur « l’après 68 », puisque est fait écho en fin d’album des controverses que cette période a nourries), et il montre bien le rôle plus qu’hypocrite du PCF, parti prétendument révolutionnaire pactisant stratégiquement avec les Gaullistes pour plaire à Moscou. Mais je pense qu’il n’est pas allé au cœur des choses. A lire, pourquoi pas, pour avoir un digest des événements. Mais alors pour un approfondissement, il faut aller voir ailleurs. A noter le clin d'œil de l'éditeur, qui a fixé le prix (élevé je trouve) à 19,68 euros... note réelle 2,5/5.

17/03/2014 (modifier)