Vois comme ton ombre s'allonge

Note: 3.4/5
(3.4/5 pour 5 avis)

Dessinateur prodigieux et écrivain subtil, Gipi impose avec force son style, en une histoire envoûtante, celle d’une vie réduite en mille fragments.


Auteurs Italiens

Sur une plage, un homme se sent mal. On appelle les secours, il est conduit dans une clinique spécialisée. On suspecte une schizophrénie subite, avec des attitudes obsessionnelles compulsives à orientation monothématique… L’homme, Silvano Landi, est un écrivain qui n’écrit plus. 
Un inventeur d’histoires qui vivait en écoutant des histoires et en en racontant à son tour. Un créateur de mondes qui n’est plus capable à présent que de dessiner sur une feuille la stylisation de deux obsessions : un arbre mort et une station-service. De les dessiner des centaines, des milliers de fois :
un arbre mort et une station-service. Et entre les deux, à peine l’espace pour le souvenir d’une fille distante, des enseignements d’un père, d’une épouse qui l’a quitté, d’une sale guerre… Des histoires entremêlées dans la tête de Silvano, fragments décomposés qui cherchent leur lieu et leur raison d’être dans la construction d’une Histoire, la sienne. Celle à laquelle il cherche à échapper ou celle dans laquelle il pourrait se réfugier, pour pouvoir enfin se reconnaître. 

 C’est dans une station-service isolée, une nuit, que sa femme l’a quitté, emmenant avec elle leur fille. C’est là que ses amours se sont perdues. « C’est là que tout a commencé à se dégrader. » Ailleurs, sur un champs de bataille de la Première Guerre mondiale, dans le no man’s land qui sépare les belligérants, se dresse un arbre mort et solitaire. À son pied, dans un trou d’obus, un soldat écrit et pense à la femme qui l’attend, à son enfant qu’il aime tant. Le soldat s’appelle Landi, lui aussi. Est-ce l’aïeul de l’écrivain ? Texte : Editeur.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 09 Janvier 2014
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Vois comme ton ombre s'allonge
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

24/01/2014 | Alix
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

J’ai été attiré par le titre, que je trouve vraiment beau (et qui fait pour moi écho à un superbe poème de Desnos de l’ensemble « A la mystérieuse »), pour retenter ma chance avec Gipi (j’avais un avis mitigé après ma lecture de Notes pour une histoire de guerre). C’est que j’ai un peu de mal avec son dessin. D’une part je le trouve original (il mêle ici crayonnés Noir et Blanc et dessin rehaussé à l’aquarelle apparemment) et réellement beau. Mais cette beauté n’est hélas pas de celles qui me touchent. Pour l’histoire, c’est un peu la même chose. Elle est d’une beauté déroutante, dans tous les sens du terme. Pas facile à suivre, pour reconstituer le puzzle, quand les pièces sont à ce point mélangées au milieu d’un brouillard poétique. Une lecture intéressante, intrigante, mais je vous conseille de feuilleter cet album avant d’envisager l’achat !

16/09/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Yannou D. Yannou

Magnifique bd. Ca fait plaisir de tomber sur un scénario vraiment intelligent qui ne se la ramène pas. Pas de pirouettes et rebondissements mais une vraie construction intellectuelle que j'ai trouvé, contrairement aux avis précédent, pas du tout obscure et assez futée. Il nous manque quelques pièces du puzzle mais qui n'apporteraient rien de plus car pour moi tout est dit et le rendu de ce qui peut se passer dans la tête du personnage est vraiment bien restitué et subtil. Les dessins et les aquarelles sont vraiment magnifiques, rendant parfois de manière très habile des atmosphères. Une vraie réussite.

26/01/2015 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 Je ne suis pas certain d'avoir bien compris le scénario qui est décousu. Je pense qu'il me faudra plusieurs lectures pour le comprendre quoique je n'ai pas trop envie de le relire. En fait, j'ai trouvé que cet album était moyen. Il n'y a rien qui m'a intéressé ou touché. C'est le genre d'histoire qui ne m'ennuie pas vraiment et qui ne me passionne pas non plus. J'aime surtout les passages en noir et blanc qui parlent de la condition du patient. Le dessin est pas mal quoique ce n'est pas un style que j'affectionne.

29/10/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Comme le dit Alix, il faut accepter être dérouté pour apprécier cet album. Les pièces du puzzle se mettent en place très progressivement pour que se dégagent deux histoires (celle du personnage principal dans lequel Gipi semble se projeter puisqu’il s’agit d’un écrivain arrivant à la 50aine, et celle du bisaïeul de ce personnage ayant vécu des événements dramatiques durant la Grande Guerre). Personnellement, j’ai trouvé l’ensemble intéressant mais pas passionnant. Le point fort, à mes yeux, est la technique narrative employée. Deux styles graphiques totalement différents, celui utilisé pour l’écrivain schizophrène étant totalement décousu et dans un noir et (surtout) blanc brut, l’autre réalisé en couleurs directes offre au contraire des planches très sombres et parfois très belles. Reste que je ne comprends pas en quoi l’histoire du bisaïeul a pu traumatiser à ce point cet écrivain. C’est ce passage qu’il me manque pour monter ma cote à 4/5. Ici, on reste sur un truc « pas mal », intéressant et original dans sa structure narrative mais pas poignant. Je n’oserai vous conseiller l’achat « à l’aveugle ». C’est quand même assez spécial et une location, dans un premier temps, est sans doute plus indiquée. Mais cet album vaut la peine qu’on y jette un œil.

07/04/2014 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

Une histoire envoutante à la narration volontairement décousue, présentant des fragments de vie confus et sans lien apparent. Tout ne tourne pas rond dans la tête du narrateur (schizophrénie subite ?) et on s’amuse à l’aider à rassembler les pièces d’un puzzle que l’on devine être sa vie. Alors bien entendu il faut être friand de ce genre d’histoire un peu onirique où l’on ne comprend pas tout (surtout au début !), mais moi j’ai adoré. Surtout que le dessin de Gipi est à tomber par terre. Il alterne les esquisses encrées et les cases en couleurs – les aquarelles de l’auteur sont vraiment magnifiques – voir galerie. Un album intriguant et dont se dégage un mystère, une mélancolie et une poésie qui m’ont beaucoup touché.

24/01/2014 (modifier)