Crossed - Terres maudites (Crossed - Badlands)

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Assistez au grand retour de Garth Ennis dans cette nouvelle série de Crossed ! Associé au dessinateur Jacen Burrows, l’auteur revient sur la pandémie qui transforme les êtres humains en dangereux psychopathes. Direction l’Écosse aux côtés d’un petit groupe de rescapés. Parmi eux se trouve Ian, un jeune homme traumatisé par la mort de son épouse. Puis, dans un second récit, Jamie Delano et Leandro Rizzo vous invitent en Floride. Survivre dans les Everglades va s’annoncer bien difficile !


Avatar Press Cannibalisme

Assistez au grand retour de Garth Ennis dans cette nouvelle série de Crossed ! Associé au dessinateur Jacen Burrows, l’auteur revient sur la pandémie qui transforme les êtres humains en dangereux psychopathes. Direction l’Écosse aux côtés d’un petit groupe de rescapés. Parmi eux se trouve Ian, un jeune homme traumatisé par la mort de son épouse. Puis, dans un second récit, Jamie Delano et Leandro Rizzo vous invitent en Floride. Survivre dans les Everglades va s’annoncer bien difficile !

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 18 Décembre 2013
Statut histoire Une histoire par tome (voire même deux histoires par tome) 13 tomes parus
Couverture de la série Crossed - Terres maudites
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

28/12/2013 | Jetjet
Modifier


Par Jetjet
Note: 3/5
L'avatar du posteur Jetjet

Et une de plus ! Frôlant l’overdose dans les multiples séries dérivées de Crossed, votre serviteur, grand amateur de zombies, fariboles trash et sexuellement déviantes en tous genres, ne pouvait faire l’impasse sur cette nouvelle collection indépendante et qui voit le retour aux sources des deux co-auteurs de la série d’origine dont bien sur Garth Ennis, le papa du Preacher lui-même. D’ailleurs qui d’autre pour introduire cette nouvelle série qui va voir défiler à un rythme plus ou moins soutenu des one-shots réalisés par diverses équipes sous le nom générique de « Badlands » ? Les histoires de ces petits groupes d’assiégés face à la menace de ces tarés cannibales violeurs constituent effectivement une manne inépuisable pour l’éditeur d’origine Avatar… quitte à aller jusqu’à l’écœurement ou la lassitude du lecteur ? Par chance ce n’est pas encore le cas dans ce premier volume qui compile deux histoires et ouvre le feu par l’excellent recueil « Badlands » avec un groupe en fuite dans des terres glacées et mus par des règles de survie drastiques. Le ton est d’ailleurs si proche du premier Crossed qu’on pourrait y voir une suite spirituelle. En tous cas le ton est donné, peu d’humour noir (malgré la présence de sa majesté le prince Harry, fils de Charles et Diana lui-même !!!!) et beaucoup de pessimisme parsèment ce récit prenant où on n’échappe pas aux flashbacks ni aux scènes dérangeantes qui font tout le « charme ? » de la série. La fin est bien ironique et donne envie d’enchainer immédiatement sur Homo Superior qui rappelle Valeurs Familiales et une construction en plusieurs strates (groupes éparpillés de survivants qui se rejoignent en Floride) et donne peut-être la touche de trop (le récit est bien trop anecdotique pour être aussi percutant que tous les autres malgré son lot de scènes méga craspecs et choquantes) même si la fin amène peut-être une nouvelle donne de ces fameux infectés. Le dessin de Leandro Rizzo est même limite quelconque… Ce Badlands vaut surtout pour sa première histoire, l’une des plus courtes mais les plus marquantes par son intensité et la perspective que l’on commence surement à faire le tour de la question avec Homo Superior mais en donne pour son argent à savoir deux histoires indépendantes et la promesse d’être aussi révulsé ou attiré c’est selon par un univers des plus extrêmes. Crossed – Terres maudites est néanmoins hautement recommandable pour son lot d’émotions fortes et se pose en parfait contrepoint de la série culte Walking Dead qui n’en finit pas. Malgré un pessimisme terriblement efficace et des images qui resteront dans les annales, on peut le voir comme une récréation extrême dont la facilité de s’immiscer dans ces histoires au format court rend le tout aussi divertissant que facultatif. Pour l’instant je reste encore scotché et attends les prochains tomes non sans impatience… Après le second tome : Où l'on voit 2 histoires indépendantes avec une première bien craspec et fort réussie remontant à l'origine de la contagion au sein d'une petite bourgade et d'un spectacle de cirque. Bien sûr, il s'agit d'un beau contexte pour présenter des clowns contaminés et un anti-héros arrivant à s'en sortir par un caractère lâche et plutôt malin. On en profite pour le retour de Lorre le fameux psychopathe de la série Crossed du même nom avec un cameo des plus ignobles dans la grande lignée de la série et une fin noire et ironique replaçant justement chaque chose à sa place. La seconde histoire est par contre plutôt loupée. Des comédiens sont conviés dans une grande demeure sous l'égide d'un ancien acteur controversé qui n'hésitera pas à mettre en scène quelques plans assez sordides dignes d'une secte (tout le monde a un rôle à jouer dans un scénario sordide, sexuel et extrême). Bien évidemment, cette demeure va devenir le centre de convoitise des contaminés à la croix ce qui permettra aux principaux protagonistes de se jouer de la situation en "interne" pour régler quelques comptes entre eux de façon définitive. Là c'est tiré par les cheveux et pas franchement intéressant. Le trash et le cul sont par contre aux abonnés présents. A lire avec dégoût et sans grand intérêt. Ce deuxième tome est donc plutôt équilibré avec une histoire réussie et l'autre pas du tout. Après le troisième tome : Ce ne sont pas moins de 3 histoires indépendantes dans le monde dépravé de Crossed que l'amateur aura à se mettre sous la dent. Et comme toujours du bon et du moins bon dès la première histoire "L'Anglais fatal" qui voit le retour de Garth Ennis au scénario (rappelons qu'il est le créateur de la série) et se permet de tirer à boulets rouges sur la religion catholique avec la constitution d'un petit groupe de militaires armés et expérimentés à la conquête par le feu de l'Angleterre et accompagnés d'un prêtre et d'enfants sans défense. Et c'est parti pour un blabla que je trouvais bien plus inspiré et malin dans Preacher que dans cette longue histoire qui voit pourtant s'alterner quelques scènes de combat et de tension plutôt bien fichues, un flashback à l'issue horrible mais bien rythmé et un retour au calme avec bavardage inutile. Par chance la conclusion toujours bien dark est plutôt réussie... Ce qui nous envoie directement vers la seconde histoire "Les Jouisseurs", à nouveau le maillon faible de cet épais tome avec Amanda (rescapée du tome "Psychopathe" rencontrant un trio de survivants peut-être encore plus barrés que les infectés ! C'est long même si ça se laisse lire sans trop de mal, le dessin est en deçà de la qualité habituelle et le mix horreur extrême/sexe sauvage ne masque pas la vacuité des propos. Sans grand intérêt. Mais alors qu'on pouvait à juste titre se dire que le phénomène Crossed commence à se mordre la queue et à perdre son intérêt arrive la toute dernière histoire "Conquète Totale" qui a beau être la plus courte n'en est pas moins la plus intense et la plus réussie de toutes les histoires de Crossed réunies... Il s'agit d'une histoire d'amour improbable construite un peu comme le drame de Romeo et Juliette entre une agent de probation métisse et un russe, homme de main au solde de la mafia locale. Une réunion pour le moins surprenante dans un monde en pleine déliquescence... Impossible d'en dire davantage sans en déflorer le pitch mais qu'il s'agisse des dessins hautement expressifs et réussies comme de la construction du récit (en gros les 2 amants cherchent à se retrouver dans le monde dévasté de Crossed) et la conclusion est à la fois émouvante, percutante et complètement inattendue. La pagination courte renforce et sert admirablement le récit qui devrait faire école dans l'univers grandissant des Crossed. En tous cas il s'agit sa plus belle représentation. Si vous ne devez lire qu'un seul récit de Crossed, privilégiez donc ce drame. A suivre dans un inévitable tome 4 afin de savoir s'il s'agit d'un accident de parcours ou d'un renouveau ! En attendant je m'en vais rouvrir de plus sages ouvrages pour me sortir l'esprit de tant de noirceur et d'horreur. La mention "18 ANS UNIQUEMENT" n'a jamais été aussi justifiée que pour ces bouquins ! Après tome 4 : Exceptionnellement (vraiment ?), on passe de 3 histoires à 2 un poil plus denses. En temps normal cela reviendrait à dire qu’on privilégie la qualité à la quantité mais quand une des deux histoires obtient sans grande peine l’oscar de l’histoires Crossed la plus pourrie, moche et inintéressante du lot, ça fait cher l’album pour une seule histoire valable. En effet le récit du pourtant doué David Lapham en convalescence scénaristique cette fois remet en scène l’increvable rescapée Amanda pour une histoire sans queue ni tête où sa déficience mentale (mais vu les épreuves qu’elle traverse, on le serait à moins) va la conduire à dézinguer un groupe de survivants l’ayant recueilli, membre par membre. Ça ne vous rappelle rien ? Mais si bingo, il s’agit du décalque du pauvre de l’excellent mais extrême tome « Psychopathe » où il se déroulait à peu de choses près la même chose. Sauf qu’ici Amanda a certaines visions et croise quelques infectés à tendance ecclésiastique qu’il aurait été plus intéressant de développer (ceux-là restent violents mais ne violent pas vous suivez ?). Bref ça « aurait » pu être acceptable sans le dessin épouvantable et bâclé de l’Espagnol Miguiel Ruiz tentant de reproduire en vain le style « Avatar Press », le talent en moins. Et l’autre histoire bien plus fréquentable (quoique..) de Christos N. Gage met en scène Sam le Pompier, un infecté plus intelligent et malin que les autres mais terriblement menaçant et dangereux croisant la route d’un humain dont le seul dessein est de sauver sa peau quitte à trahir sa propre race… L’histoire est intéressante, glauque, malsaine et visuelle mais aucun ennui à déplorer et une fin convenue mais plutôt bien venue sont à l’ordre du jour. Malgré cela, un sentiment de lassitude comme de dégoût (impossible à lire sans être choqué) flotte au-dessus de cette série dont on a peut-être fait le tour. Il m’en faudra surement davantage cette fois pour me ruer vers un 5ème tome qui ne saurait tarder…

28/12/2013 (MAJ le 26/05/2015) (modifier)