Killing Time

Note: 2.75/5
(2.75/5 pour 4 avis)

Dans l'esprit d'un tueur très particulier...


Serial killers

La journaliste Isabelle Bauffays reçoit l’autorisation d’interviewer le tueur en série Gyorgi Owens, surnommé "le faucheur", dans le pénitencier où il est incarcéré. Ses questions concerneront tour à tour les crimes et la vie personnelle du tueur, et la confronteront à la vision fantasmée de son "œuvre". .

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 26 Septembre 2013
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Killing Time
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

21/09/2013 | Spooky
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Un début de récit prometteur mais qui ne tient pas ses promesses à la fin malgré un final retentissant. Le sujet flirte avec l'euthanasie avec cet assassin spécialisé dans les personnes en fin de vie. Bref, il y avait des idées mais leur association n'a pas eu l'effet escompté. On regrettera juste le fait que ce one-shot aurait pu être réussi. Trop de flash-back également qui polluent le rythme de cette histoire. Je conserve néanmoins la note à 3 étoiles en guise d'encouragement.

30/03/2014 (modifier)

Hello à tous, vous avez du temps à tuer ? Ça tombe super bien puisque l’on va parler d’un polar édité chez Ankama, avec au pinceau Kid Evenhuis et à la plume Chris Toussaint. Cela dit, avant de rentrer dans le vif du sujet, comment ça va ? La rentrée c’est bien passée ? Vos profs sont sympathiques ? Vos bosses aussi ? Vos vacances sont déjà planifiées ? Hmmmm je suis sûr que déjà, le gros boudin qui vous sert de prof d’Anglais commence à vous sortir par les narines ou que la compta à fait une grosse boulette sur votre fiche de paie … Un peu comme le héros de cette histoire … Projection SVP ! Gyorgi Owens est un tueur en série condamné à la perpétuité dans le pénitencier St James pour une série de meurtre digne des séries américaines genre « Esprit Criminel ». Mais ce n’est pas un assassin comme les autres, il élimine les personnes qui sont en phases terminales de leur vies ou qui ne veulent plus vivre, ils les soulagent d’un ultime fardeau … ce qui lui est assez facile vu qu’il est infirmier. Afin de faire une dernière une dans son journal, la journaliste Isabelle Bauffays va rencontrer Gyorgi pour qu’il lui raconte toute la vérité, aussi cru soit-elle, sur ces vrais motivation et surtout, comprendre le vrai leitmotiv sur le dernier meurtre … celui de Miller, un homme de main travaillant pour la mafia Irlandaise. Alors ? Gyorgi, tueur à la solde de la mafia Irlandaise ? Qui a commandité la mort de Miller ? Quels sont ces vrais desseins ? Est-il un tueur ? Edité sous le label « HH Culture du Crime », Killing Time est un polar noir, sombre sur un serial « killa ». Chris Toussaint, le scénariste, adore visiblement les histoires à l’ambiance moite et capiteuse. Il arrive, via une histoire à tiroir, à instaurer une ambiance pesante. Narrativement, le début de la lecture est difficile et fastidieuse de par le besoin de bien installer le cadre et la nature même du sujet qui est l’euthanasie et son bien-fondé (waw, je cause bien). Beaucoup de flash-back, de changement incessant d’angle de lecture qui casse le rythme et l’immersion lors des premières pages. Mais une fois que l’on à découvert comment lire se livre (genre après 5 bonnes pages), le reste en découlera de lui-même (si bien entendu le lecteur fait l’effort de, et apprécie le style visuelle de l’ensemble). A propos de style graphique justement, celui-ci est quant à lui très réaliste et profite d’un découpage de cases qui accentue l’atmosphère lourde. Cela m’a fait fort penser à un style de dessin que l’on peut rencontrer dans certaines BD indépendantes US. On appréciera notamment, sous un autre style graphique, l’apparition sur quelques pages, de l’histoire tragi-comique de deux petit vieux, amis pour la vie, qui se rencontre à l’hôpital car ils sont tous deux malades genre c’est pour bientôt. Une situation complètement hors du temps, dans laquelle les deux personnages se balanceront à travers de jolie joutes verbales, des petites crasses en toute amitié … tel les petits vieux du Muppets ’show sur leur perchoir J. L’ensemble est une histoire qui va titiller votre néo-cortex cervical avec une histoire qui brouille les pistes et des personnages qui nous cachent des choses ; un bon thriller donc à l’ambiance malsaine et sombre voire aseptisée comme un bon hôpital (mais il y en a-t-il des mauvais ? ^^). Le tout est une lecture pour un public très ciblé qui appréciera un bon polar à l’ambiance noire et très American ‘style. Bref, si vous aimez le style, vous passerez un bon moment avec cette histoire originale. Sur ce, je m’empresse de terminer mon dernier Dr Pepper et prendre rendez-vous chez mon dentiste, j’ai une petite douleur là… oui là-bas :) Nota : Pour la petite histoire, j’ai eu l’occasion de rencontrer le scénariste lors du Festival de la BD à Andenne (le dessinateur à malencontreusement eu un empêchement) et il nous a refourgué un fantastique poster de femme nue… qui en fait s’est avéré ne pas l’être mais ça, mon garçon (tout excité) n’était pas au courant ^^ (ha ha, j’ai bien ri) à sa tête…

15/11/2013 (modifier)
Par PAco
Note: 2/5
L'avatar du posteur PAco

Couverture accrocheuse, 4e de couv' au résumé alléchant, j'étais curieux de découvrir ce qu'allait nous réserver le développement de cette intrigue... J'ai pour commencer beaucoup apprécié le graphisme très marqué comics de Chris Evenhuis. Il donne le ton et plante une ambiance sombre parfaitement en adéquation avec le sujet : ça tombe bien, la collection Hostile Holster donne dans le polar noir, et j'aime ça ! Mais, si le dessin m'a inspiré, j'ai par contre été gêné par la narration. Non pas tant par les incursions au graphisme très différent qui ponctuent le récit, mais plutôt par les nombreux et aléatoires flashback. Ca part un peu dans tous les sens chronologiquement et le fil de l'histoire se distend trop à mon goût pour garder son intensité. Dommage, car le travail sur la psychologie des personnages est bien poussé, mais elle se trouve du coup diluée dans ces aller-retour sans réelle logique chronologique. Dommage, donc, car il ne manque pas grand chose à cette histoire pour qu'elle ait réussi à vraiment me séduire. 2.5/5

03/10/2013 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Nous voilà dans l'esprit d'un tueur en série très particulier... Il aide en effet ceux qui veulent mourir à le faire, sans douleur ou rapidement... Aux yeux de la loi il est un meurtrier, mais dans sa tête c'est plutôt un bon samaritain... Mais clairement Kid Toussaint nous montre que l'homme n'est pas sain d'esprit. Au-delà du côté "aidant" de ses actes, c'est sa fascination pour la mort et le zèle qu'il met à la donner qui sont mis en avant. Sans oublier son enfance, bien sûr pas facile... Il y aurait sans doute une psychanalyse à faire sur ce genre d'individu, et les résultats seraient surprenants... Mais l'histoire ne s'arrête pas là et le scénariste a introduit une sorte d'interlude intemporel, qui éclaire certaines zones sombres de l'histoire de façon très originale. Une seconde lecture est d'ailleurs utile pour saisir tous les tenants et les aboutissants. L'album se conclue sur une petite galerie de personnages, accompagnée de commentaires là encore éclairants. Habile. Le dessin de Chris Evenhuis est très inspiré de l'imagerie comics, une industrie pour laquelle il a déjà travaillé, avec un côté "sale" par moments (et que je ne m'explique pas a priori). Aidé aux couleurs par Homeros Gilani et Stéphane Richard, il donne à ce récit à tiroirs de belles ambiances. Inspiré d'aveux de tueurs en série réels, ce one-shot constitue une variation intéressante sur le thème.

21/09/2013 (modifier)