Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Mirador, tête de mort

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

Une plongée sans détour dans l’univers des skins, un témoignage rare sur l’itinéraire d’un enfant pas gâté.


Autobiographie Documentaires La Boite à Bulles Racisme, fascisme

Lendemain de fête, quelque part dans Bordeaux. Sam, Doc Marteens aux pieds et Bomber sur le dos émerge de son sommeil de cuite. Au téléphone Mélanie lui demande de venir avec elle, au poste de police pour témoigner au bénéfice de Romain, déjà en garde à vue. Sam est aussitôt mis lui-même en garde à vue : un homme est mort, hier soir et sa bande de skinhead semble être à l’origine du drame. Lui, Sam, ne se souvient pas de ce qu’il s’est passé la veille. Alors il se remémore ses dernières années, « l’histoire de ma descente dans les recoins glauques de la vie où j’aurais pu perdre au moins la raison ». A son retour de l’ex-Yougoslavie, Sam avait retrouvé sa bande de potes, celle avec laquelle il jouait dans les concerts skinheads ou débarquait à Paris pour célébrer le 1er mai aux côtés du Front National. Une plongée sans détour dans l’univers des skins, un témoignage rare sur l’itinéraire d’un enfant pas gâté. Texte : Editeur.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 02 Mai 2013
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Mirador, tête de mort
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

13/05/2013 | Alix
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

J'avoue aisément que le monde des skinheads n'est pas ma tasse de thé. Je ne suis jamais tombé dans la soupe de cette haine de l'autre au nom d'un patriotisme exacerbé. Toutefois, c'est intéressant de découvrir le monde des nazillons de l'intérieur au travers des yeux d'un ex-membre. Je découvre également que des femmes sont séduites par ces hommes au crâne rasé. Oui, c'est possible. Cette bd nous plonge dans les années 90. Que dire de la situation 20 ans après où les idées nationalistes ont bien progressé ? Cela fait peur pour la suite que certains voient comme une délivrance. Je ne me doutais pas qu'il y avait une telle ignorance, une telle haine, une telle absence de dialogues, une telle admiration pour la bière. Cela mènera l'auteur à une véritable descente aux enfers avant de connaître la rédemption qui est un thème qui m'est cher. Ce témoignage sincère est plutôt rare donc assez original. On pardonnera aisément toutes les maladresses. Pour le reste, et comme dit, je ne suis pas fan même si cela nous sensibilise sur l'état d'esprit de ces groupuscules à droite de l'extrême-droite.

05/04/2015 (modifier)
Par Superjé
Note: 3/5

Un album osé quoique un poil maladroit, qui traite d'un sujet fort intéressant : 3.5/5 On suit dans cette BD la vie d'un ex-membre d'un groupuscule d'extrême-droite skinhead et nazillon : bienvenue dans le doux monde des fafs. Le principal reproche que je pourrais faire à cette album, c'est la narration un poil décousue qui rend le récit un peu dur à reconstituer dans sa chronologie. Mais sinon, il est très intéressant car il montre la diversité des mouvements d'extrême-droite (hooligans, les "fafounés", les skins "de base" etc...) français, tout en rappelant (mais de manière peut-être pas assez prononcée pour ceux qui ne le savaient pas avant leur lecture) que le mouvement skin n'est pas forcément un mouvement d'extrême droite raciste et violent, à l'origine. Un récit instructif donc, mais, et c'est bien normal, pas fun. Le dessin est lui, plutôt bon, tout en lavis de gris dans un style pas si éloigné de certains albums de Davodeau, ça se lit très bien. Peut-être que le côté "neutre" de l'album (c'est à dire que l'histoire est racontée sans connotation aucune, ni critique) peut gêner certains lecteurs. Personnellement, ça ne m'a aucunement dérangé, et comme c'est un récit autobiographique, je trouve que c'est même plutôt honnête de la part de l'auteur.

30/07/2013 (modifier)
Par Alix
Note: 3/5
L'avatar du posteur Alix

« Mirador, tête de mort » nous fait plonger dans le milieu des skinheads d’extrême droite, tout en nous rappelant que ce mouvement né en Grande Bretagne dans les années 60 n’était originellement pas raciste ni même politisé. Certaines branches skinheads actuelles sont d’ailleurs toujours pacifistes. L’album est autobiographique, l’auteur ayant trainé dans les milieux skinhead dans sa jeunesse. Le récit est bien entendu édifiant, et nous présente une brochette de personnages tous aussi détestables les uns que les autres. Il est d’ailleurs presque (je dis bien presque) comique de voir différentes factions de fascistes se détester et se tirer dans les pieds : les skinheads, les lepénistes, les hooligans nazies etc. Je dois avouer que ces nuances subtiles m’ont échappé. Un facho reste un facho. L’intrigue même, articulée autour du meurtre en début de récit, est prenante et bien construite, même si elle ne réserve pas de grande surprise. Un album intéressant et édifiant - terme récurrent dans cet avis, mais parfait pour décrire le contenu. A découvrir.

13/05/2013 (modifier)