Do androids dream of electric sheep? Dust to dust

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Préquelle du roman (et de la BD) Do androids dream of electric sheep? de Philip K. Dick.


Adaptations de romans en BD Emmanuel Proust Éditions Prequel

Rick Deckard n’existe pas encore… Quand l’ultime Guerre Mondiale se termine, les androïdes deviennent une menace pour l’espèce humaine. Il faut donc les éradiquer ! Qui va se charger du sale boulot ? Deux hommes sont désignés : Malcolm Reed, un « spécial », capable de ressentir les émotions des autres, et Charlie Victor, apparemment l’homme providentiel pour ce job… Quels lourds secrets cachent ces implacables chasseurs ? (texte : EP)

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 2013
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Do androids dream of electric sheep? Dust to dust
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

12/05/2013 | Spooky
Modifier


Par Spooky
Note: 3/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Spooky

Après avoir publié l'intégrale de l'adaptation du chef-d'oeuvre de Philip K. Dick, les Editions EP nous proposent le prequel en deux tomes, cette fois-ci entièrement écrit par le scénariste Chris Roberson. Celui-ci revient donc sur les "origines" du monde qui a inspiré le film Blade Runner, pour replacer le contexte. Nous suivons trois fils narratifs principaux : l'un sur les pas d'un chasseur de primes, comme Deckard, chargé de retrouver un groupe de réplicants défectueux, lui-même étant un androïde ; un autre en compagnie d'une jeune biologiste qui mène des recherches sur l'extinction en cours des espèces animales suite à la dispersion d'un nuage de poussière dans l'atmosphère (et qui découvre en même temps le mercerisme, cette religion largement décrite dans le roman de Dick) ; et un dernier au sein du groupe d'androïdes que pourchasse Charlie Victor. Ces trois intrigues vont bien sûr s'entrecroiser dans une trame très claire, qui me semble bien poser les enjeux, et la deuxième partie tient ses promesses, amenant de façon très logique la situation qui va présider au roman de Dick. Côté dessin je ne suis pas très fan du style de Robert Adler, trop anguleux, trop... "esquissé" à mon goût. Le découpage quant à lui est très classique, avec une répartition en chapitres qui scande la progression du récit. Un prequel de bonne facture, bien mené et logique, même si le dessin ne me convainc pas totalement.

12/05/2013 (MAJ le 05/10/2013) (modifier)