La Grande évasion - Diên Biên Phu

Note: 3/5
(3/5 pour 5 avis)

Leur prison : le siège du camp retranché de Diên Biên Phu, dans la région montagneuse du haut Tonkin.


Indochine La Grande évasion Les Guerres d'Indochine et du Vietnam

1954. Au moment où la défaite paraît inéluctable pour le corps expéditionnaire français encerclé par le Viêt-Minh à Diên Biên Phu, quelques rescapés des troupes d'élite assiégées refusent ce constat d'échec. Plus réalistes ou plus fous que les autres, ces têtes-brûlées décident de s'échapper et d'opérer une percée à travers les lignes ennemies pour une mission dont la seule issue sera la vie ou la mort... Texte : Editeur

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 17 Avril 2013
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Grande évasion - Diên Biên Phu
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

27/04/2013 | pol
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

De tous les récits de cette série concept que j'ai lus pour l'instant, celui-ci se situe dans une bonne moyenne, sans pour autant m'avoir entièrement passionné ; sans doute parce que l'on n'a pas de personnage ciblé à qui se rattacher, les personnages sont trop nombreux parmi tous ces soldats, ils sont juste survolés. Sinon, c'est bien de situer ce récit fictif au sein d'un contexte historique réel, et sa progression est intéressante. L'Indochine est notre Vietnam français, les troupes françaises en ont chié autant que les Américains qui leur succéderont après cette défaite de Dien Bien Phu. C'est un peu comme la guerre d'Algérie, c'est une guerre sans gloire, ce sont des périodes pas reluisantes pour la France et qui ne valorisent pas le pays; d'où le fait que ce conflit en Indochine a été peu ou pas abordé en BD (et même au cinéma si l'on excepte le film mémorable de Schnoendorffer, la 317ème section). Le début est un peu long à démarrer, il faut identifier de nombreux soldats et montrer comment ils en sont arrivés à se laisser piéger ; le projet d'évasion de leur trou à rats n'arrive qu'à la page 35, mais comme je le dis, tout ce qui vient avant était nécessaire pour enclencher la décision d'évasion. Une évasion qui n'en est pas une, pas comme on s'évade d'une prison , mais bien plutôt une fuite en avant pour échapper à l'ennemi. Encore une fois, on constate que c'est la hiérarchie qui est coupable, un état-major bien à l'abri dans un bureau responsable de morts inutiles et incapable de gérer une stratégie... les leçons de 14-18 n'ont pas été retenues. Le cours d'histoire et de racisme ordinaire du capitaine au caporal Mayet en début d'album, est très savoureux et reflète une réalité de l'époque. Le dessin n'est pas très esthétique, mais acceptable, il rend bien compte des combats avec plusieurs scènes violentes intercalées dans une mise en page dynamique. Au final, une bonne lecture mais que je recommande en bibliothèque, c'est d'ailleurs ce que j'ai fait..

27/11/2015 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Peu ou prou nous sommes vaguement au fait de cette page de notre histoire, à savoir une déculottée grave reçue par l'armée française et qui devait marquer la fin de l'engagement français en Indochine (pour mieux laisser la place aux américains par la suite avec le même succès que l'on sait). Ici il est question d'une évasion de masse puisque c'est de tous les survivants de Dîen Biên Phu qu'il s'agit. Ben je suis désolé j'ai pas trop accroché, en effet difficile, très, de s'identifier aux personnages qui certes font ce qu'ils peuvent pour se tirer d'une situation dont sont en grande partie responsables les grands chefs; mais ils ne m'inspirent pas grand chose. J'ai lu tout cela d'un oeil très détaché. Ma note (petit 3/5) ne vaut que pour le scénario pas trop mal bâti et le thème qui peut faire éventuellement réfléchir.

31/08/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Je n’ai pas été spécialement emballé par cette histoire. J’ai un peu eu le sentiment que Thierry Gloris cherchait trop à coller au concept de La Grande Evasion en nous offrant une histoire à l’esprit proche du film du même nom. On se retrouve avec des personnages multiples, militaires pour la plupart, coincés à un endroit précis et donc l’action conjointe doit permettre à certains de s’échapper. Mais les personnages m’ont semblé manquer de charisme. Par ailleurs, la mise en place prend du temps (en même temps, il était dur de faire plus court) et lorsque l’évasion a lieu, tout me semble précipité, peu développé, expédié. C’est dommage car le contexte historique m’intéressait. Enfin le dessin de Le Saec ne m’a pas subjugué. Je le trouve trop raide et la colorisation très sombre n’a pas été de nature à améliorer mon appréciation d’ensemble. Au final, je vais quand même dire « pas mal » (il n’y a pas de gros trucs qui m’ont choqué) mais je déconseille l’achat. Un emprunt en bibliothèque me semblant largement suffisant.

06/08/2014 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

J'avais envie de lire une bd sur Diên Biên Phu qui symbolise une grande défaite française survenue en 1954 au Viet-Nam. Suite à cette débâcle liée au génie de nos généraux (défendre une cuvette), la France fut chassée de ce pays qu'elle avait jadis colonisée. Bon, il faut dire que les américains ne feront guère mieux dans les années 60. Parmi les 3000 survivants des 9500 prisonniers, mes deux grands-oncles qui furent par la suite décorés mais qui furent surtout marqués à tout jamais par cette bataille et la captivité aux mains d'un ennemi sans pitié. Voilà pourquoi j'avais envie de lire une bd se basant sur cette bataille. Bonne idée également que de l'insérer dans une grande évasion. Oui, le choix de cette cuvette par nos généraux offrait une prison grandeur nature. J'arrive à mieux comprendre leurs amertumes. Sinon, cette bd manque de souffle. On suit un groupe d'hommes qui vont connaître des fortunes diverses. Il aurait bon de se concentrer sur un seul personnage voir deux. Là, on ne parvient pas à s'attacher. C'est trop impersonnel ce qui enlève une valeur émotionnelle à cette oeuvre. Cela ne sera pas le meilleur de la collection, ni le plus mauvais.

17/03/2014 (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

Le cadre de cette grande évasion est un camp militaire assiégé pendant la guerre d'Indochine. Il n'y a ici pas vraiment de héros, mais on a une multitude de personnages principaux. Ce sont les militaires du camp. La première moitié de l'histoire nous les présente rapidement et sert surtout à mettre en place le contexte, c'est à dire comment cette base s'est retrouvée assiégée et coupée de ses lignes arrières. En un mot comment la situation s'est retrouvée fichue. A partir de là, il n'y a plus qu'un seul but pour ces hommes : sortir de là vivant. Ils vont donc essayer de s'échapper de différentes manières. Des tentatives esseulées ou des tentatives groupées, des actions discrètes, ou alors en fonçant dans le tas. Tous les moyens seront bons pour essayer de sortir de cet enfer. C'est l'originalité de ce tome : nous raconter non pas une évasion mais plein d'évasions du même endroit. Cet aspect là est plutôt réussi. Le revers de la médaille c'est qu'on ne s'attache à aucun personnage et que du coup on se fout un peu de savoir qui va sortir vivant et qui va y laisser sa peau. C'est d'autant plus vrai que, comme dans la plupart des séries qui mettent en scènes des armées, on ne sait jamais sur les plans reculés qui est qui. Tout le monde se ressemble avec l'uniforme. A coté de ça le dessin est plutôt réussi. Au final on a une histoire fluide, pas désagréable, mais pas spécialement marquante non plus.

27/04/2013 (modifier)