Le Vent des Khazars

Note: 3.14/5
(3.14/5 pour 7 avis)

Qui se souvient encore des Khazars, ce peuple juif dont le royaume s’étendait de la mer Caspienne à la mer Noire, il y a plus de mille ans ? Marek Sofer, historien et écrivain, enquête sur d'étranges vestiges de cette civilisation lorsqu'un attentat, revendiqué par un groupuscule se faisant appeler "Le Renouveau Khazar", est commis en Azerbaïdjan. Pour une civilisation disparue, les Khazars font décidément beaucoup parler d’eux !


476 - 986 : Moyen-Âge, Francs, Mérovingiens, Carolingiens... Adaptations de romans en BD Asie Centrale Communauté juive Les meilleures séries terminées en 2013

Qui se souvient encore des Khazars, ce peuple juif dont le royaume s’étendait de la mer Caspienne à la mer Noire, il y a plus de mille ans ? Marek Sofer, historien et écrivain, enquête sur d'étranges vestiges de cette civilisation lorsqu'un attentat, revendiqué par un groupuscule se faisant appeler "Le Renouveau Khazar", est commis en Azerbaïdjan. Pour une civilisation disparue, les Khazars font décidément beaucoup parler d’eux !

Scénariste
Auteur oeuvre originale
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 14 Novembre 2012
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Le Vent des Khazars
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

25/03/2013 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Le grand mérite de cette série est de m’avoir fait découvrir l’existence de ce royaume Khazar. Je n’avais jamais entendu parler de cette expérience juive, en plein moyen-âge des pogroms et des persécutions. La construction des albums – apparemment inspirés d’un bouquin de Marek Halter que je n’ai pas lu – fait alterner passages du Xème siècle (le royaume Khazar en proie aux appétits russes, byzantins et turcs) et passages contemporains (dans un monde caucasien remodelé par l’explosion de l’URSS et la réapparition de nouveaux conflits). Les allers-retours entre ces deux périodes ne m’ont pas trop perturbé (même si je les ai trouvés trop fréquents et brutaux au début du second tome). Mais voilà, je n’ai pas été trop accroché par cette histoire et ses imbrications économiques, historiques et religieuses. J’avais parfois l’impression de lire du Largo Winch pour la période contemporaine (les personnages sortis d’un défilé de mode et le côté jet set du héros), ce qui dans ma bouche n’est pas un compliment. Peut-être aurait-il fallu centrer l’intrigue sur la partie historique des Khazars ? Même si mettre en perspective, en parallèle les deux histoires pouvait avoir du potentiel. Une série à emprunter, éventuellement.

30/01/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

J'ignorais l'existence des Khazars, cet ancien peuple de race turque, établi depuis la haute antiquité dans la région de la basse Volga. Ayant occupé la Crimée et Kiev au VIIème siècle, ils fondèrent un empire en Asie centrale, furent islamisés puis convertis au christianisme et enfin au Xème siècle, ils embrassèrent la confession juive ; leur forteresse sur le Don, Sarkel dut faire face à l'empire Byzantin allié de Vlodomir Ier de Russie. Partant donc de ce postulat historique véridique, cette Bd permet d'en savoir un peu plus sur cette civilisation perdue et très méconnue ; le récit suit une alternance d'époques entre cet ancien empire au Xème siècle, et les recherches d'un écrivain juif à notre époque qui enquête sur des agissements étranges semblant faire renaître les Khazars. La narration avec cette alternance d'époques ne m'a pas posé de problème, même si c'est un peu pénible pour la lecture, j'aime pas quand ça se répète trop, et d'autre part, je trouve qu'il y a des séquences dont je ne comprends pas la signification. Malgré une bonne progression, cette histoire ne m'a pas paru vraiment passionnante, peut-être aurait-il été préférable de situer l'action uniquement au Xème siècle sur ce peuple Khazar dont on ignore tout, la partie contemporaine n'apportant pas grand chose de vraiment intéressant, si ce n'est un problème géopolitique, cet aspect-là m'a moins intéressé. Sinon ce diptyque se suit bien aussi grâce au dessin puissant, racé et de belle tenue ; les cases sont remplies, les détails sont soignés, les visages sont nobles et beaux. Il manque juste un petit quelque chose pour vraiment m'attirer dans cette histoire.

20/02/2016 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Mélange de récit historique et de thriller, cette série (adaptation d'un roman de Marek Halter) remplit la louable intention de nous faire découvrir l'Empire Khazar, royaume juif d'Asie Centrale datant du Xe siècle ayant eu à lutter contre Byzance, les Russes et les Arabes et dont la majorité des traces ont été effacés par l'Histoire et les envahisseurs. Nous suivons en effet un récit sur deux époques. D'une part, l'histoire d'un juif Séfarade traversant l'Europe de la seconde moitié du Xe siècle avant d'arriver chez les Khazars pour délivrer un message de son Grand Rabbin à leur roi, le Kaghan, dans le cadre de manigances politiques et militaires des ennemis de l'Empire Khazars. Et d'autre part, celle d'un écrivain juif français de nos jours que les événements vont amener à s'intéresser de près aux Khazars et à se rendre en Azerbaïdjan pour retrouver leurs traces dans un contexte d'attentats contre des installations pétrolières. Le graphisme est soigné et agréable. Il donne vie de jolie manière à une civilisation Khazar très belle, peut-être un peu trop embellie d'ailleurs. L'adaptation du roman est excellente car à aucun moment on ne sent la lourdeur de la transcription d'un livre, et le récit est dense sans être condensé, gardant un rythme agréable. L'histoire est intéressante mais je n'ai pas été franchement captivé. Les motivations des personnages ne pas toujours très claires et j'ai eu un peu tendance à les suivre sans trop m'y attacher. Je suis néanmoins content d'avoir lu une histoire plutôt bien menée qui m'a permis de découvrir ces fameux Khazars.

10/02/2015 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Le genre de série que je veux aimer car je trouve le sujet intéressant (qu'est-il arrivé au Khazars ?), mais malheureusement je me suis ennuyé du début jusqu'à la fin. Malgré tous mes efforts je n'ai pas réussi à rentrer dans le scénario. Les scènes qui se passent dans le passé ne m'ont pas attiré parce qu'aucun personnage du peuple des Khazars ne m'a semblé attachant. C'est limite si je n'en avais rien à foutre de ce qui leur arrivait alors que c'était précisément la raison pourquoi j'ai emprunté cette série ! Les scènes se passent dans le présent sont même encore plus ennuyeuses et j'aurais préféré que le scénario se passe uniquement dans le passé. Le dessin est correct, mais c'est un style qui me laisse indifférent.

27/01/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Un récit qui s’articule sur deux époques adapté d’un roman à succès dont j’ignorais jusqu’à l’existence (fou le nombre de best-sellers dont je n’ai jamais entendu parler !!), qui nous présente un peuple juif oublié de l’histoire et qui s’articule autour de deux histoires d’amour et de passion : voilà le programme. Et bien, si dans un premier temps, c’est surtout sa dimension historique qui m’aura attiré, au final, j’ai trouvé les deux périodes évoquées des plus poignantes. Ce récit jongle avec de multiples éléments (historiques, géopolitiques, romanesques), rebondit constamment de l’un sur l’autre (on saute à intervalles réguliers d’une époque à l’autre), garde une bonne part de mystère, demeure cohérent et, surtout, m’est apparu très bien pensé. J’ai vraiment eu le sentiment que rien n’était gratuit dans cette structure. Le rôle laissé à l’écrivain, qui peut sembler un peu trop improbable au début, s’explique parfaitement en cours de route. Les motivations de ces mystérieux Khazars me sont elles aussi apparues des plus légitimes et le final me semble totalement cohérent. J’adore quand ce genre d’histoire parvient à m’apparaître aussi plausible tout en m’offrant une belle dose de romantisme et de mélodrame ! Le dessin, quant à lui, est vraiment excellent. Les costumes d’époque sont retranscrits avec une grande finesse. Les décors sont soignés. Les personnages sont parfaitement typés et séduisants. Rien à jeter ! Et si j’étais encore un peu réservé après la lecture du premier tome, ce second volet a fini de me convaincre : une de mes meilleures lectures de 2013, que je conseille vivement à tout amateur de récit classique et romanesque construit sur une base historique des plus intéressantes.

25/03/2013 (MAJ le 27/08/2013) (modifier)
Par iannick
Note: 3/5
L'avatar du posteur iannick

Avis sur le premier tome : C’est le sticker « approuvé par Historia » apposé sur la couverture qui m’a fait pencher le regard vers ce premier tome du « Vent des Khazars » car je suis un passionné de récits historiques. Après lecture, il s’avère que ce n’est pas vraiment une bande dessinée sur un peuple du passé que nous présentent Frédérico Nardo (au dessin) et Makyo (au scénario). Non, il s’agit plutôt d’un savant mélange d’enquête, d’intérêts géo-politique, d’histoire et d’aventure que nous proposent les auteurs. Et ma foi, cet assortiment marche très bien comme ça ! Parce que je me suis vraiment passionné pour ce récit où un romancier se met à s’intéresser à un peuple oublié ayant vécu dans une grosse partie de la Russie dont la particularité était d’avoir embrassé la religion juive à une époque où il n’était bon d’être… juif. Et cet écrivain va se retrouver au cœur d’une région où un attentat a été orchestré sur un centre pétrolier par un nouveau groupe terroriste intitulé « Le renouveau Khazar ». Bref, je me suis retrouvé dans une histoire passionnante où la permutation entre le présent et les séquences du passé est faite intelligemment et ceci, sans risque de perdre le lecteur dans des bavardages philosophiques et politiques incessants. Le coup de crayon de Frédérico Nardo m’est apparu un peu épais mais il est assez plaisant à contempler car ses personnages sont tout de suite identifiables et les décors sont suffisamment fouillés et réalistes pour se croire au cœur de l’action. La mise en page est dynamique, la mise en couleurs adopte des ambiances adéquates à l’intensité dramatique de chaque séquence. En conclusion et dans l’ensemble, la partie graphique m’est apparue plus que correcte. J’ai pris du plaisir à feuilleter ce premier tome du « Vent des Khazars » et ce sera avec impatience que je lirai le prochain album qui clôturera cette série. Avis sur le deuxième (et dernier) tome : Ce deuxième tome qui clôt cette série confirme tout le bien que j'ai entrevu dans le premier album : l'intrigue est passionnante et le mélange situation géopolitique/histoire est suffisamment cohérent pour qu'on y croit. Le dénouement m'est apparu assez classique et réaliste. Bref, j'ai pris du plaisir à lire "Le vent des Khazars" d'autant plus que cette série ne nécessite que le feuilletage de deux tomes pour en connaitre la fin.

27/03/2013 (MAJ le 27/06/2013) (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

J'ai toujours voulu en savoir plus sur les Khazars, un peuple mystérieux qui était déjà évoqué dans la bd Le Ciel au-dessus de Bruxelles et qui aurait totalement disparu. Ma curiosité historique a été enfin assouvie grâce à cette nouvelle série qui joue sur un parallèle entre le Xème siècle et de nos jours avec un certain brio. En effet, Pierre Makyo maîtrise parfaitement le scénario. Par ailleurs, le dessin de Federico Nardo est réaliste et précis dans un style que j'aime. La colorisation est également réussie. Une mise en page efficace place ce premier tome sur les rails d'une belle réussite entre le thriller et le roman historique. Il faudra suivre le récit en espérant ne pas être déçu. En tout cas, c'est palpitant et riche en découverte.

28/04/2013 (modifier)