La Guerre des Amants

Note: 3/5
(3/5 pour 4 avis)

Tout les oppose, la passion va les réunir... Jack Manini et Olivier Mangin nous emmènent dans le tourbillon d’une passion torturée, où Histoire, histoire de l’art, passion et fiction se mêlent dans un cocktail parfaitement dosé !


1919 - 1929 : L'Après-Guerre et les Années Folles Berlin Russie

Elle est russe et révolutionnaire, il est américain et pacifiste. Natalia Socolova et Walter Hancock se rencontrent aux premiers jours de la Révolution russe. Ils sont tous deux étudiants en art, et la révolution chamboule aussi la création. Les couleurs éclatent, l’art officiel devient abstrait ! Mais les amants sont aussi curieux qu’intrépides... Ils vont découvrir ensemble ce monde qui explose, entre terreur et fascination. Texte : editeur

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 27 Février 2013
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série La Guerre des Amants
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

26/02/2013 | pol
Modifier


Par McClure
Note: 3/5

Une trilogie très sympathique. Le dessin est de qualité, il sert parfaitement l'histoire et les personnages. Une belle réussite. Le scénario est ambitieux. Il nous fait suivre sur 28 ans l'évolution des relations amoureuses entre un jeune fils d'ambassadeur américain et une révolutionnaire, rencontrés par hasard en 17. Leur amour de l'art va d'abord les rassembler, avant d'être le fil qui va les lier tout en reprenant du mou ou en resserrant les relations. Le pari de mêler l'histoire, l'Histoire et l'histoire de l'Art est une super idée. Elle est plutôt bien exploitée même si cela manque parfois de puissance et de muscle. Le premier tome va nous faire découvrir les prémices de l'art moderne, au contact d'artiste importants de cette époque, de Kandinsky à Chagall en passant par Malevitch. L'histoire d'amour naissant va être confrontée à la fois aux difficultés de transformation de la révolution pour le bonheur du peuple et aux différents mouvements et personnages qui vont se présenter comme tenant de la vérité révolutionnaire. Le second tome va lui nous présenter les prémices du Bauhaus sur fond de montée du nazisme. La trame se fait similaire, nous allons découvrir les liens que l'art, sa politisation et ses méandres vont avoir sur les liens amoureux des protagonistes. Enfin, le dernier volume va avoir pour fond les services de traque des oeuvres d'arts, Monument Men d'un côté, Mission Trophée de l'autre. S'il est intéressant aussi, il est plus artificiel quant aux liens des personnages. On apprend beaucoup de choses (pour le béotien que je suis) sur l'art, sur certains liens avec l'histoire. Je reste malgré tout assez hermétique à ces courants mais au moins j'ai fait des liaisons intéressantes. L'histoire des protagonistes est irrégulière et manque parfois de souffle. Mais c'est globalement bon.

08/07/2019 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Malgré toutes les facilités de cette oeuvre, j'ai bien aimé ce premier tome d'une future trilogie. Il est cependant fort dommage de voir apparaître au dos, les couvertures des prochains tomes qui sortiront en 2014, puis 2015 et qui ne laissent aucun doute sur l'évolution des rapports entre nos deux héros, une belle révolutionnaire et le fils d'un diplomate américain amoureux de l'art. Le thème central sera celui de l'utilisation de l'art par la propagande communiste. On ne s'ennuie pas une seconde avec la rencontre des artistes clés de l'époque par exemple Kandinsky ou Chagall. Il y a de la fougue et de la passion tout en se mélangeant avec l'histoire de la révolution russe. On espérait sans doute bien davantage car l'originalité ne brille pas dans le déroulement du récit. Certaines scènes évoquant la famine de l'hiver 1920 seront particulièrement dures entre cruauté et pauvreté. Le second tome se passera dans le Berlin de l'entre-deux-guerres. Cela pourrait être intéressant de suivre le parcours de ces deux jeunes amants.

19/06/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Jusqu’à présent, cette série vaut bien plus à mes yeux par son cadre que par son intrigue ou son couple vedette. Débarrassons-nous donc du quelconque (un couple américano-soviétique tellement fait l’un pour l’autre qu’il est difficile de s’imaginer qu’ils ne termineront pas cette histoire dans les bras l’un de l’autre (bon, ok, à la limite, l’un des deux mourra dans les bras de l’autre, mais c’est du pareil au même), et une intrigue… que je cherche encore) pour nous concentrer sur le positif : ce cadre pour le moins original ! Nous nous retrouvons en effet en Russie alors que la révolution bat son plein et le récit s’étalera dans ce premier tome de 1917 à 1921 (soit toute la période de guerre civile qui secoua le pays). Jusque-là, rien de vraiment original, me direz-vous. Il existe en effet plus d’un récit nous contant cette période trouble. Oui, mais là où pointe (de son petit doigt malicieux) l’originalité de ce scénario, c’est que nous allons traverser cette période en compagnie de propagateurs d’arts. En effet, notre couple vedette a pour mission d’amener la culture au peuple. Et là, honnêtement (oui ! Honnêtement !), c’est quand même vachement original ! C’est tellement saugrenu (faut quand même pas oublier que dans les campagnes, à l’époque, on crève de faim au sens premier du terme, un aspect qu’exploitent d’ailleurs justement et judicieusement les auteurs) que je ne peux que croire que ce train de la culture a réellement existé. Résultat : j’ai lu ce premier tome avec plaisir et célérité… d’autant plus que le découpage est quand même très aéré et que les textes sont peu envahissants. J’ai appris certaines choses en matière d’art (notamment sur Kandinski, un de ces peintres dont je n’ai jamais rien compris à l’œuvre tout en trouvant ce qu’il faisait beau… Maintenant, je comprends un peu plus. Je ne trouve pas ses toiles plus belles pour la cause mais je me sens quand même un peu moins con). Donc, voilà : je vais continuer à suivre la série mais ce ne sera ni pour son couple central ni pour une éventuelle intrigue. La suite au prochain épisode...

16/04/2013 (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

Cette trilogie raconte une histoire d’amour entre une Russe et un Américain. Cette romance débute au commencement de la révolution russe. Nos 2 personnages se rencontrent et ne semblent pas faits pour s’entendre. Lorsque leurs routes se recroisent quelques années plus tard, c’est leur passion commune pour l’art qui va les rapprocher. On a en fin de compte une histoire d’amour assez classique. Elle essaye de se démarquer par son cadre : le mélange entre l’Histoire avec un grand H et l’histoire de l’art. Tout cela intervient en toile de fond et en fil rouge du récit. Cet aspect n’est pas désagréable, il n’alourdit pas l’histoire en la bombardant d’infos superflues. Par contre il n’y a pas franchement de péripéties surprenantes ou d’éléments bien originaux autour de nos deux tourtereaux. Au départ tout semble les opposer, finalement une passion commune va les unir, et on va suivre l’évolution de leur relation, des premiers émois aux premiers désaccords. Le dessin et la mise en couleurs sont tout à fait corrects. Au final on a une histoire sympathique mais ni très originale, ni très marquante pour le moment.

26/02/2013 (modifier)