Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

La Concubine rouge

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

En pleine guerre d'Indochine, Olivier Bertaux, jeune capitaine de l'armée française, est missionné dans un coin perdu de la forêt vietnamienne. Alors que les attaques viêt-minh se multiplient, cet ancien résistant communiste se voit gagné par la fièvre. Sa raison vacille dans la solitude du fortin. Aussi, quand il capture une jolie révolutionnaire, il choisit d'y voir sa rédemption, d'oublier les hommes et la guerre...


1946 - 1960 : L'Après-Guerre et le début de la Guerre Froide Indochine Les Guerres d'Indochine et du Vietnam

En 1947, le capitaine Olivier Bertaux, ancien résistant communiste, est envoyé en Indochine où les indépendantistes du Vietminh mènent la lutte depuis des semaines. Il échoue dans un fortin perdu dont tous les officiers ont été tués par l’adversaire. Seul Blanc parmi des soldats autochtones, il est rapidement briefé par le sergent Adhémar Tran To, un métis affreusement défiguré et maniaque. Après que la base a subi plusieurs attaques adverses, Bertaux décide de perquisitionner le village le plus proche. Là, il découvre une jolie guérillera blessée. L’ayant ramenée au camp avec d’autres prisonniers, le capitaine, atteint par les fièvres, la prend sous sa protection malgré les avertissements de son sous-officier qui veut la torturer pour qu’elle parle. Au fil des jours, malade et subjugué par celle qui partage désormais sa couche, Bertaux s’interroge sur la légitimité de l’expédition punitive française contre ces révolutionnaires ne réclamant que cette Liberté défendue, en son temps, par la Résistance.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 23 Mai 2012
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Concubine rouge
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

13/02/2013 | Erik
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Le capitaine Bertaux est le prototype même de chef qui ne croit pas en la cause pour laquelle il est envoyé. Il était communiste dans le maquis en 1942. En 1947, il est envoyé en Indochine pour chasser les communistes. Cherchez l'erreur ! C'est ce qu'on pourrait nommer une contradiction. Le début m'a un peu rebuté par son académisme. Fort heureusement, la narration devient plus fluide tout le long du récit. Quant au graphisme un peu figé, je ne peux pas dire que je suis fan. J'ai cependant bien aimé l'encrage qui produit des effets parfois étonnants rouge et ocre. Bref, l'esthétisme semble soigné. On ne nous épargnera guère les scènes de torture que pratiquait également l'armée française contre un ennemi souvent invisible dans cette Indochine exotique. Le fond de l'histoire n'est guère original mais on se laissera volontiers transporter par cette mise en images dans cette atmosphère chaude et moite. C'est traité avec finesse et intelligence loin de tout dogme ou de moralisation.

13/02/2013 (modifier)