Les Quatre Coins du Monde

Note: 4/5
(4/5 pour 2 avis)

Les Quatre Coins du monde : quand un grand dessinateur se fait auteur accompli pour une BD qui retrouve le souffle des grandes épopées et des plus belles histoires humaines.


1900 - 1913 : Du début du XXe siècle aux prémices de la première guerre mondiale Afrique Noire

La nuit venue, la colonne de méharistes du capitaine Dupuy doit faire halte. La recherche de Barentin et ses hommes reprendra demain. Au bivouac, les soirées permettent d'apprécier la fraicheur des montagnes du Hoggar et donnent aux hommes l'occasion de se reposer mais aussi de se souvenir : c’était en 1913, à Tidiyen, Dupuy, alors jeune sous-lieutenant, rencontrait pour la première fois celui que les Touaregs considéraient comme une légende L'histoire initiatique d'un jeune officier de l'armée française qui va découvrir un pays, un peuple, un art de vivre dans le Sahara à l'époque coloniale.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 15 Juin 2012
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Les Quatre Coins du Monde
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

14/10/2012 | Pacman
Modifier


Par fab11
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Les Quatre Coins du Monde est un diptyque qui mérite largement d'être lu et même de figurer dans toutes les bibliothèques des passionnés de BD historiques et d'aventure. Ce récit est passé quasiment inaperçu sur la BDthèque et je trouve cela bien dommage, car comme le disait le premier posteur nous sommes en présence d'un petit bijou. L'histoire de ce diptyque nous remémore une partie de l'Histoire de France assez méconnue, celle des soldats français basés dans le désert algérien de 1913 à 1919 (en ce qui concerne ce récit en tout cas). Nous suivons les aventures du Capitaine Barentin, de son fidèle ami Afellan et du Lieutenant Dupuy d'abord au sein des compagnies méharistes du Général Laperrine aux confins du Hoggar, puis dans l'enfer des tranchées françaises durant cette atroce guerre surnommée la "Der des Der". Hugues Labiano, scénariste et dessinateur nous plonge dans un spectaculaire récit d'aventure qui débute dans le Sahara, ce mythique désert. Il nous met tout de suite dans le bain en employant des mots arabes (dont la traduction indispensable en bas des pages est très pratique). Il nous fait profiter de la beauté du désert grâce à son dessin très réaliste et détaillé. Certaines planches, d'une grande beauté, nous en mettent plein les yeux. En plus de son superbe travail graphique, j'ai été époustouflé par son travail de recherche car il nous projette dans le passé à la manière d'un historien. La vie des Touaregs nous est racontée avec brio et précision. J'avais l'impression de me retrouver avec eux dans ce lieu hostile mais magnifique qu'est le désert . Les personnages de cette série se sentent attirés par ce lieu et ils ne peuvent que difficilement le quitter et surtout ils veulent y retourner et y mourir. Le désert a un tel pouvoir d'attraction dans ce récit que je vais immédiatement me replonger dans le film Lawrence d'Arabie qui lui aussi m'avait énormément séduit avec ses paysages magnifiques. Hugues Labiano n'oublie pas de nous rappeler le grand sacrifice des troupes coloniales durant la première guerre mondiale. Les tirailleurs algériens ont connu eux aussi l'horreur des tranchées, mais ils n'étaient pas les seuls car chaque colonie a fourni un grand nombre de soldats pour qu'ils finissent eux aussi en chair à canon. Vous l'avez compris je vous conseille de vous plonger dans cette très belle aventure qui vous fera voyager et dans laquelle vous n'aurez pas le temps de vous ennuyer.

09/03/2013 (modifier)
Par Pacman
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Tiens personne ne l'a posté, ce petit bijou ? Un très beau premier tome, qui nous fait vraiment sentir le désert, sa beauté, sa pureté, sa cruauté aussi. Belle réalisation, dessins nets et précis, couleurs chatoyantes, beaucoup d'authenticité. Un plaisir pour les yeux. L'hommage rendu aux combattants des colonies dans le deuxième tome, y est poignant, authentique et pas larmoyant, comme souvent. Voilà une belle pierre apportée à l'édifice de la reconnaissance, après celle apportée par le président Hollande récemment. Un très beau diptyque, à ne pas manquer.

14/10/2012 (modifier)