Tristes cendres

Note: 1/5
(1/5 pour 1 avis)

Tristes Cendres rend hommage au grand reporter et photographe Robert Capa, et retrace son engagement aux cotés des républicains pendant la guerre civile espagnole.


1930 - 1938 : De la Grande Dépression aux prémisces de la Seconde Guerre Mondiale Documentaires Journalistes La Guerre civile espagnole Photographie

L’action se situe de 1932 à 1940, entre Paris, Bilbao et Mexico : des années cruciales dans la vie de Capa, qui va accéder à la reconnaissance internationale au moment où l’Europe sombre dans le chaos. . On découvre tout d’abord Capa à Paris, insouciant et amoureux de Gerda Taro, photographe elle aussi : tous deux partagent l’ambition de rendre compte des événements de leur temps au risque de leur vie. Ils fréquentent les milieux artistiques et intellectuels, sensibilisés à la lutte anti-fasciste. En 36, Gerda Taro part seule à Barcelone – elle trouvera la mort aux cours des combats en 1937 –, Capa rejoint lui aussi l’Espagne et couvre la bataille de Bilbao. Après la victoire de Franco, Capa gagnera le Mexique : il est devenu un photographe célèbre, mais son succès a un goût amer. (texte : Cambourakis)

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 2011
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Tristes cendres
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

16/09/2012 | Spooky
Modifier


Par Spooky
Note: 1/5
L'avatar du posteur Spooky

J'ai rarement lu un BD documentaire à portée historico-biographique aussi mal fichue. Tout, TOUT est brouillon. D'abord le sujet ; on comprend que ça se passe surtout durant la Guerre d'Espagne, mais s'il n'y avait pas eu l'introduction de Françoise Denoyelle, professeure d'université, je n'aurais jamais pu déterminer qui était le/les héros de l'histoire. Qui se trouve être Robert Capa, célèbre photographe aux origines obscures et au parcours incroyable. Lequel n'est vraiment pas représenté ici, puisque le récit fait des va et vient dans le temps et l'espace, sans prévenir, avec des personnages aux visages mouvants (on sent poindre une influence du Picasso de Guernica, mais quand même...). Le sujet est donc, officiellement, l'engagement de Capa au sein des forces républicaines espagnoles dans les années 1930-40... Bien bien bien. Mais alors cela n'est jamais montré, on a des saynètes avec des personnages qui citent les différentes factions, de temps en temps des "boom", des "aaaargh" et c'est un véritable bordel. Ca devait l'être aussi à l'époque, mais ceci est un autre débat. Le dessin fait penser à celui de Dupuy et Berberian, mais avec moins de constance, de maîtrise. Il n'est pas désagréable avec cette bichromie en bleu, mais j'ai eu du mal à comprendre le pourquoi de tel ou tel découpage du calque bleu. Je n'ai d'ailleurs toujours pas compris, et je m'en vais refermer cet avis sur une amère impression de gâchis et de perte de temps.

16/09/2012 (modifier)