Le Monde de Misaki

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

La vie de Misaki bascule lorsqu'elle et son père héritent de la maison de son arrière grand-père.


Akata / Delcourt Kadokawa Shoten Shonen

Misaki vient juste d’emménager avec son père à Hohoro, la ville natale de sa mère (morte depuis quelques années déjà). En effet, à la mort du Docteur Ôtori (son arrière grand-père), Misaki et son père ont hérité de sa maison. C’est ainsi qu’une nouvelle vie commence pour Misaki. Mais un soir, alors qu’elle rentre de l’école avec une de ses nouvelles amies, elle trouve une étrange créature : Nio (en référence à « Matrix »). Ce dernier a la particularité de se transformer en petit garçon quand on l’embrasse, et de reprendre sa forme originelle quand il rentre en contact avec de l’eau. Misaki va très vite décider de l’adopter. Peu à peu, au contact de ce dernier, la jeune fille va retrouver des bribes de souvenirs de sa plus tendre enfance, des souvenirs qu’elle avait étrangement oubliés... Texte: L'éditeur

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 01 Juillet 2009
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Le Monde de Misaki
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

19/07/2012 | Gaston
Modifier


Je suis ravi que Le Monde de Misaki trouve (tardivement) sa place dans BDthèque. En même temps, j'éprouve une sorte de résignation à l'idée, sans doute très probable, que peu de lecteurs potentiels auront ne serait-ce que le réflexe de consulter sa fiche. La cause principale : des couvertures atrocement mièvres et "flashy" (dont les mangas ont souvent le secret) et qui disqualifieront d'emblée ce tryptique aux yeux des lecteurs "sérieux" et ado-adultes. Moi même, je n'aurais jamais eu l'idée de simplement feuilleter cette série à cause de ce délit de faciès éditorial et je dois au conseil de mon libraire d'avoir franchi le pas. Et pourtant... Le Monde de Misaki fut une agréable surprise à la lecture et je dirais même une petite réussite dans le "landerneau nippon". Une des raisons de cette réussite vient de son atypisme et son audacieux choix de mêler les ingrédients d'un merveilleux enfantin (le petit dinosaure qui se transforme en garçonnet et inversemment) et ceux du polar au ton plus adulte, avec ses coups bas, ses trahisons, ses tueurs à gages et la course au magot immergé dans un lac. C'est de cet improbable mariage contre-nature entre deux genres radicalement opposés que se situe l'originalité de ce manga. S'y ajoute, au fil de l'intrigue, des éléments de science-fiction puisqu'il y est également question de manipulations génétiques. Bref, Misaki serait un peu la rencontre a priori saugrenue entre les films Loch Ness, Un plan simple et Jurrasic Park ! Bien sûr, il faut quand même relativiser : qu'on ne s'attende pas non plus à ce que le petit dino et la charmante Misaki soient aspergés d'hémoglobine ou torturés au fer à souder ! Mais il émane de ce manga en apparence gentillet (surtout dans le tome 1) une dureté de ton à certains moments, une certaine amertume aussi parfois et une ambiance hivernale de "polar polaire" qui nuance de manière intéressante le joli conte de fées qu'il semblait destiné à être au départ. Le dessin est, de surcroît, dans la bonne moyenne, précis et sympathique, sans cette impression de bâclage de beaucoup de mangas, notamment dans les décors. Un titre qui mérite bien d'être qualifié d'inclassable, à la fois frais et dramatique, sucré et salé. A découvrir... sans se préoccuper de ces fichues couvertures !

22/07/2012 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Je n'ai pas accroché au premier tome. Je trouvais le personnage principal sans intérêt et les scènes où elle s'occupe du petit garçon m'ont ennuyé. Rien n'avait attiré mon attention et je pensais alors que j'allais abandonner ma lecture au cours du deuxième tome. Heureusement, les deux autres tomes sont bien mieux. L'auteur ajoute un coté thriller à son récit et il fait apparaître des personnages dont on ne sait pas au début les motivations. J'ai trouvé ça plus captivant quoique cela ne m'a jamais tant passionné que ça. Disons que j'avais envie de connaitre la fin et maintenant que je la connais je n'ai pas trop envie de relire la série. Ça m'a diverti, mais sans plus. Un truc que j'aime bien c'est que la série ne compte que trois tomes donc ce n'est pas un énième manga avec 25 volumes qui étirent inutilement l'histoire avec des rebondissements bidons.

19/07/2012 (modifier)