Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

35 minutes pour sauver Londres

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

L'Eurotunnel transporte une drôle de cargaison...


Iles Britanniques

Tandis qu'une crise financière associée à la pénurie de pétrole menace le Royaume-Uni, le MI6 confie à Terence Latimer, l'un de ses meilleurs agents, la mission de surveiller l'acheminement d'un mystérieux convoi qui serait capable de remettre en branle le système économique britannique. Hélas, Cobra, une organisation criminelle internationale, a recruté la fine fleur des mercenaires afin de faire capoter ce ravitaillement de la dernière chance avant son arrivée dans l'Eurotunnel, dans le but de provoquer une paralysie complète du pays. Terence Latimer réussira-t-il à déjouer les plans de cette mafia d'un nouveau genre ? (texte : 12bis)

Scénaristes
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 12 Juillet 2012
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série 35 minutes pour sauver Londres
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

12/07/2012 | Spooky
Modifier


Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

Les intentions de cet album sont louables : faire un thriller contemporain, avec des racines dans les problèmes économiques actuels, tels que la crise de l'énergie. Situer l'action, enfin, une partie, dans le célèbre tunnel routier sous-marin reliant la Grande-Bretagne à l'Europe continentale, pourquoi pas ? Seulement... seulement ça ne vole pas bien haut. Le pitch est peut-être ce qui est le plus effréné dans cet album. Ca part dans tous les sens, on ne comprend pas trop qui fait quoi entre les flics qui surveillent, les terroristes qui surveillent les flics, etc. Ca ressemble à un James Bond, avec le même degré d'incohérence, d'autant plus que l'un des personnages est le portrait craché de Daniel Craig, l'actuel interprète du personnage au cinéma. D'autres gueules célèbres du 7ème Art sont également présentes. Et l'on en vient au point déterminant. Rompant avec ses histoires d'inspiration Blake et Mortimer, Marniquet propose un trait plus moderne ; mais il y a toujours cet aspect figé dans le visage de ses personnages, un air vaguement ahuri qui n'aide pas à éprouver de l'empathie pour eux. Le personnage principal, Latimer, gagnerait à être un peu plus souple, par exemple. D'ailleurs je pense que ce flic aura d'autres aventures, même si rien dans la communication de l'éditeur n'indique qu'il ne s'agit pas d'un one shot. Je râle sur la tête des personnages, mais le travail sur les décors et le découpage est tout de même honorable, et les couleurs, réalisés par Bonnot, très honnête. Pas convaincu par ce qui semble être le premier album d'une série.

12/07/2012 (modifier)