Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Zone rouge

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

1955 - Usant de son charme et de sa belle prestance, c’est par un chemin détourné, celui du cœur, que Laurent Beaumont compte parvenir à ses fins : obtenir un volant pour participer aux rallyes les plus prestigieux de son époque.


1946 - 1960 : L'Après-Guerre et le début de la Guerre Froide Automobiles Paquet

Salon de l’auto 1955. Une voiture mythique fait son apparition sous les verrières du Grand Palais: la Porsche 356 Carrera, un modèle sportif né pour gagner. Mais qui aura l’honneur de tenir le volant de cette merveille mécanique ? Parmi les candidats, Laurent Beaumont, un jeune rallyman amateur qui espère bien passer professionnel. Mais avant de disputer des courses aussi prestigieuses que le rallye de Monte-Carlo, la coupe des Alpes ou le marathon Liège-Rome-Liège, celui-ci devra déjà s’imposer auprès des décideurs. Usant de son charme et de sa belle prestance c’est par un chemin détourné, celui du cœur, que notre séducteur compte parvenir à ses fins. Après tout, si l’on en croit Françoise Sagan, conductrice émérite, la vitesse n’est-elle pas « un élan du bonheur » ? Peut-être... mais gare à l’accident.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 09 Novembre 2011
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Zone rouge
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

04/06/2012 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Zone Rouge est un diptyque que je conseillerais sans hésitations à tous les amateurs des vieux Michel Vaillant. Cette histoire fleure bon les années 50 et le dessin n’est pas sans rappeler celui de Jean Graton (netteté du trait, fidélité dans la reproduction des modèles de voiture) avec une plus grande diversité au niveau des physionomies. Le personnage principal est intéressant. On ne tombe pas sur un profil manichéen classique, il a ses bons côtés mais aussi pas mal de mauvais ! A côté de lui, d’autres personnages sont eux aussi agréablement travaillés. L’histoire, elle, tarde un peu à démarrer. Le premier tome se consacre principalement à la quête d’un volant pour notre héros. Petites magouilles et copinages occupent l’avant-scène, au détriment de la course automobile en elle-même. C’est un peu frustrant. Le second tome est bien mieux équilibré à ce sujet puisque l’automobile y occupe une position bien plus centrale (les amateurs de DS 19 et de Porsche Carrera apprécieront). Et, à nouveau, les scènes consacrées au rallye en général et à la conduite sportive en particulier rappelleront à beaucoup de vieux albums de Michel Vaillant (je pense notamment au 8ème pilote, que je considère comme un des meilleurs tomes de la série, il s’agit donc d’un réel compliment). On y parle allégrement des avantages et inconvénients des tractions ou des propulsions, de suspensions hydropneumatiques ou encore de la manière d’aborder un virage sur route verglacée. D’intrigue, il n’est pas vraiment question puisque c’est surtout le parcours et l’ascension de notre jeune héros qui est mise en avant… mais on n’est pas non plus dans un truc classique avec happy end. Au final, voici un diptyque que j’ai bien apprécié et qui devrait ravir les lecteurs nostalgiques des années 50/60 en quête d’albums leur rappelant de vieux Michel Vaillant. Pas mal du tout, vraiment !!

04/06/2012 (MAJ le 02/09/2013) (modifier)