Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Cauchemar blanc - Le bandard fou

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 3 avis)

Un recueil de 11 histoires courtes teintées de SF, signées Moebius ou Gyr, et publiées dans les années 70


Giraud-Moebius

"Cauchemar blanc" est le fruit d'une indignation. "Absoluten Calfeutrail" représente le paysage intérieur des névroses. "Conte de Noël" inverse les rôles et donne leur chance aux victimes. "La tarte aux pommes" est un petit phantasme féminin bien virulent. " Il y a un prince charmant sur Phenixon" est un supplice de Tantale, la déconvenue idéale. "Rock City" montre que toute culture peut devenir une prison insupportable. "Barbe-Rouge et le cerveau-pirate" est bourré de références et de clins d'œil. "L'artefact" trace la frontière entre deux mondes, le conscient et l'inconscient. "Approche sur Centauri" est un défi et un scénario de Philippe Druillet. "Variation n°4027" sur " le " thème fait peur à cause de l'ampleur planétaire des armes de destruction massive. Mais pendant ce temps-là, le Bandard fou est au lit avec la très jolie épouse d'un gros importateur d'éponges mutantes.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 2006
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Cauchemar blanc - Le bandard fou
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

19/05/2012 | PAco
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Les débuts de Moebius (qui alterne ici les signatures, Gir, Gyr et Moebius), dans cet album, qui regroupe une dizaine d’histoires très hétéroclites. La plus longue, qui donne son titre à l’album, n’est d’ailleurs pas de la SF (une bande de gros bras du SAC se lancent dans une ratonnade), certains dessins relèvent de l’érotisme (un donne même dans le sado-maso !), et il y a même une interview avec Numa Sadoul, traitée en BD, mais de façon complètement loufoque par Moebius. Pour le reste, ce sont de petites histoires SF, inégales, mais dans lesquelles Moebius développe son trait, usant d’un très beau Noir et Blanc. On sent les influences de certains « compagnons de route » (Druillet qui l’aide pour un scénario, Bilal pour certains dessins ou traits d’humour : on est parfois proche de ses « Mémoires d’outre-espace »). Un recueil intéressant, qui ravira surtout les fans de Moebius, mais qui peut aussi trouver un public plus large, du fait de la grande diversité de sa palette.

21/05/2018 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Que voilà une compilation fortement jubilatoire et à plus d'un titre. Tout d'abord elle nous permet d'assister à la recherche, à la construction d'un auteur devenu ensuite un des maitres de la bande dessinée. Qu'on en juge, au fil d'une vingtaine d'histoires plus ou moins courtes, parfois n'excédant pas une unique planche, c'est tout Moebius qui défile sous nos yeux. Ce recueil nous montre toute la palette de l'artiste et les différents styles qu'il a adopté au cours du temps, ici nous découvrons des influences et ce dans des genres totalement différents. Bien sur quelques planches sont un peu vieillottes mais elles posent les fondements de ce que sera plus tard le travail de l'artiste. Une compilation savoureuse, tantôt grave ou comique mais qui ne peut laisser indifférent. Indispensable!

11/03/2015 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5
L'avatar du posteur PAco

Quelle belle initiative des Humano que de rééditer cet ensemble de courts récits (une dizaine en tout) plus le mythique « Bandard Fou », tous parus dans les années 70’ ! Une belle couverture, du beau papier, une attention portée à la qualité de réimpression non négligeable, qui augmente encore le plaisir de se replonger dans ces bonnes vieilles Moebiuserie ! Et ça commence fort ! « Cauchemar Blanc » nous replonge dans cette sempiternelle peur de l’étranger et ses conséquences… avec tout l’humour noir et le décalage sont sait user Moebius. Une histoire qui malheureusement reste toujours d’actualité… S’en suit, une ribambelle d’histoires plus ou moins courtes, toutes aussi plus magnifiques les unes que les autres d’un point de vue graphique. Si certaines peuvent surprendre par leur scénario lors d’une première lecture, on n’en appréciera la subtilité ou l’absurdité qu’à force de relecture et de redécouverte. Un univers entier nous est ici offert, où nous naviguons entre fantasmes, références, conscient et subconscient. Le Moebius est un animal joueur qui sait semer ses petits cailloux à bon escient pour nous faire arriver à bon port ou glisser sur ses délires, car l’expérience est ici de mise. A lire absolument !

19/05/2012 (modifier)