Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Ninon secrète

Note: 2/5
(2/5 pour 5 avis)

Cette série qui fait partie du cycle des 7 vies de l'épervier, conte l'histoire de la fille de la fameuse Ariane de Troïl.


1643 - 1788 : Au temps de Versailles et des Lumières Double vie École européenne supérieure de l'image Les 7 vies de l'épervier Vécu

Ninon de Lenclos est une courtisane qui mène une double vie. Derrière son apparence futile et fragile, elle cache en fait une volonté de fer, et s'avère être un pion important sur l'échiquier de la cour du royaume de France. Ninon apprend qui est sa mère. Prise dans des enjeux de pouvoir trés important, elle a heureusement à ses côtés les fameux mousquetaires, dartagnan, aramis, athos et porthos.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 1992
Statut histoire Série terminée 6 tomes parus
Couverture de la série Ninon secrète
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

13/07/2002 | SAGERA
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Un vent de Fronde s'est levé ce matin, je crois qu'il gronde contre le Mazarin (pamphlet notoire qui circulait par la bouche des bateleurs de rue). C'est par ces mots que s'ouvre cette aventure qui aurait pu devenir une grande série, il lui manque juste un dessinateur. Cothias ajoute une nouvelle pierre à la saga d'Ariane de Troïl, dont Ninon est la fille ; il marche ainsi sur les traces d'Alexandre Dumas en utilisant un personnage réel dans un autre destin (Ninon de Lenclos est connue comme étant la plus célèbre courtisane de Paris au XVIIème, son salon attirant une foule d'érudit et de prétendants), et en détournant une idée : la rencontre de Ninon et de d'Artagnan, Mazarin étant derrière tout cela, puisqu'il jette le mousquetaire dans les bras de la belle pour utiliser ses talents. Cothias comme à son habitude, revisite l'Histoire, jongle avec les mythes romanesques et les faux secrets, comme celui qui voit Mazarin être l'amant de la reine; c'est un imbroglio politique assez complexe au milieu duquel s'ébat une cour de soupirants aux belles phrases et à l'esprit brillant qui constituent une bonne description d'un Paris du XVIIème siècle aux rues peu sûres la nuit. D'ailleurs, le dialogue est fourni en beau langage riche, et Cothias fait preuve de malice littéraire lorsqu'il replace des mots historiques comme "qu'ils chantent pourvu qu'ils paient" ou le "Ralliez-vous à mon panache blanc". Il fait de d'Artagnan un personnage bravache et truculent aux jurons gascons pittoresques, et de Ninon un personnage de femme forte à la répartie pleine d'ironie. Au milieu de toutes ces intrigues, il assène quelques vérités. Jusque là, ma note est justifiée à 3/5, mais côté graphisme, je dis stop! comment peut-on choisir un dessinateur aussi peu doué pour servir une histoire si riche ? j'avoue ne pas comprendre, le dessin varie d'un album à l'autre, tantôt hésitant, pas joli, ou carrément laid et bizarre (le nez de Cyrano apparaît énorme au début, pour raccourcir étrangement dans les autres tomes); c'est dommage, car ça fout tout en l'air, c'est pas en osmose avec le scénario comme ça l'était dans Les 7 vies de l'épervier. Du coup, le lien avec la série mère étant assumé, surtout à la fin du tome 6, où 3 dessinateurs du cycle (Juillard, Goepfert et Méral) participent à un dénouement intéressant, cette fin perd de sa force. Un vrai gâchis qui me fait baisser ma note avec beaucoup de regret. A lire en bibliothèque pour éviter une déception sur le plan graphique.

07/08/2013 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Tiens ? Pour une fois, c'est moi qui remonte la moyenne des avis d'une série du cycle des 7 vies de l'épervier ? Il faut avouer qu'au départ, je n'avais pas vu que cette série faisait partie de ce cycle. Je l'ai prise pour une série à part mêlant historique à l'époque de Mazarin et action avec d'Artagnan. J'ai été surpris par le dessin de Prudhomme, d'autant plus que j'ai l'impression que le style du dessin diffère à chaque tome. Oscillant entre un dessin sciemment "hésitant" et un peu biscornu dans le tome 1, il devient ensuite un peu plus épuré dans les décors mais plus moches pour les visages dans le tome 2, puis un peu plus globalement réaliste dans le tome 3, puis encore plus épuré dans le tome 4, etc... J'avoue que je n'aime guère le dessins des visages dans quelque tome que ce soit. Mais par contre, j'aime beaucoup les décors et les vues d'ensemble. Ils mêlent à la fois une foule de détails, de traits embrouillés et de flous qui me les fait trouver très sympas et me plongent bien dans le décor historique car ils laissent juste ce qu'il faut d'imagination s'exprimer. Quant au scénario, si on le compare au 7 vies, il n'est guère innovant : complots contre le pouvoir (la Fronde), bretteurs et bretteuses combattant dans l'ombre ou en marge de l'Histoire, épisodes historiques et quelques romances. Il n'y a rien là de vraiment captivant et surprenant. Mais par contre, je trouve les personnages très sympas. C'est surtout d'Artagnan et ses compagnons que j'apprécie car ils apportent dans cette BD à la base historique une large dose d'humour et presque même de délire. Alors bon, les réapparitions habituelles et ici inutiles de Léonard Langue-Agile comme dans tant d'autres séries de Cothias ont de quoi me lasser, le scénario n'est pas vraiment captivant mais j'ai lu cette série avec un certain interêt et agréablement.

02/03/2005 (modifier)
Par Pacman
Note: 2/5

J'ai emprunté cette série à la bibliothèque, et j'ai lu jusqu'a la fin, ce qui lui vaut la note de 2/5, pour ne pas avoir réussi à m'indisposer avant. "Ninon Secrète" est à la bd ce que "La fille de D'Artagnan" est au cinéma : un gentil navet. Je ne comprends pas comment Cothias peut être aussi inégal d'une série à l'autre.

10/02/2004 (modifier)
Par Don Lope
Note: 1/5

Ouah, deuxième avis pour Ninon scrète, on peut pas dire que ça ait beaucoup de succès cette série. Autant prévenir avant, je n'ai lu que le premier tome mais ça a suffi pour attérer le fan des 7 vies de l'épervier que je suis. Dans l'absolu c'est mauvais mais alors si l'on compare en plus cela à la série mère, c'est vraiment pourri. C'est presque un scandale de faire une série comme ça après les 7 vies.

07/02/2003 (modifier)
Par SAGERA
Note: 2/5

Le graphisme de prudhomme malgré ce que précise la jaquette des albums (son trait fin et bla bla bla) est pour moi imbuvable. Complétement en décalage avec le scénar de cothias qui tourne souvent, trés souvent à vide, il inspire plus la pitié que le rire. Allez je vais conclure une bonne fois, pour toutes, si vous ne connaissez pas cette bd, vous ne perdez rien.

13/07/2002 (modifier)