Chronique d'une chair grillée

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

Louka Zöt est un homme bien, mais il est aussi chômeur, divorcé, père d’un enfant illégitime et, qui plus est, issu d’une liaison avec une criminelle. Une situation qui ne peut plaire au Ministère des Conventions. Dans un tel contexte, une seule solution possible pour s’en sortir : obtenir une nouvelle identité et un autre passé. Mais corrompre un agent de l’Etat a un coût et comporte certains risques…


Utopies, Dystopies

Dans un futur que l’on devine proche, Louka Zöt, jeune trentenaire divorcé, a eu une enfance malheureuse et mène une vie aussi morne que pitoyable, dénuée de sens et d’avenir. Jusqu’au jour où il apprend qu’il est le père d’un bébé, du nom de Klimt. Adèle, la mère, étant recherchée par la Police, elle décide de lui confier la garde du fruit de leur amour d’un soir. La société dans laquelle évolue Louka Zöt est régie par le Code des Conventions. Tout est formaté de la pensée au style de vie, ce guide de « bonne conduite » est appliqué à la lettre par le Ministère Central et approuvé par une immense majorité de la population. Or une paternité illégitime ne peut être que source d’ennuis… Louka Zöt est devenu un hors-la-loi malgré lui.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 24 Mars 2009
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Chronique d'une chair grillée
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

19/10/2011 | Spooky
Modifier


Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

Le cadre de cette histoire est intéressant : c'est une sorte d'anti-utopie, avec des règles bien précises, qui ont leur logique. Y placer l'histoire d'un pauvre mec sans histoires, et même un peu malheureux, est relativement classique. Maintenant, pour que ce soir prenant, il faudrait que ce soit bien raconté. Or c'est là que le bât blesse. On s'ennuie très vite, on se désintéresse du sort de Louka au but de quelques pages, et tenir jusqu'à la fin n'est pas évident . Au dessin se trouve Aude Massot, au trait rond un peu étrange, en décalage avec le propos, mais ce n'est pas forcément un handicap, même si je n'aime pas vraiment ce style. Bref, bof.

19/10/2011 (modifier)