Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

La Faute aux Chinois

Note: 2.75/5
(2.75/5 pour 4 avis)

Angoulême 2012 : Prix du polar "mention spéciale du jury" À l'heure de la mondialisation, est-il possible de survivre quand on est ouvrier dans un abattoir, avec une famille à problèmes et des collègues bas de plafond ? Aurélien Ducoudray et François Ravard signent une comédie jubilatoire, noire, très noire, à l'humour au vitriol


Angoulême : récapitulatif des séries primées Ecole Pivaut, Nantes

Alors qu’on parle de plus en plus de la délocalisation de son l’usine et de licenciements, Louis n’hésite pas un instant lorsqu’une proposition imprévue, et somme toute assez surprenante, lui est faite. Afin d’arrondir ses fins de mois, il devient homme de main. Commence alors une nouvelle carrière pour Louis, qui ne trucide plus que des poulets et des cochons, mais aussi des hommes ! La diversification de ses activités ne connaissant pas la crise, il doit même former un apprenti…

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 03 Juin 2011
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Faute aux Chinois
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

11/06/2011 | jurin
Modifier


Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

C'est toujours de la faute de quelqu'un d'autre quand les choses vont mal. On ne se remet jamais en cause, ni des choix qu'on opère et qui sont pourtant à l'origine de ses mésaventures. Un brave homme issu de la classe ouvrière va en faire les frais en épousant une secrétaire ambitieuse tenant des rapports assez ambigus avec son frangin. Cet album est bien dessiné et se lit avec une agréable fluidité. Pour autant, il y a des scènes qui font répétition et qui accélèrent une relative longueur dans le récit. C'est une fausse chronique sociale puisque l'on va se tourner vers le polar pur et dur au fil de ce récit. Mon gros reproche est que cela ne sera guère palpitant. Bref, il y avait de la matière mais l'exploitation ne m'a guère convaincu. Pour autant, ce n'est pas totalement à jeter. Le scénariste fera sans doute mieux la prochaine fois.

13/10/2013 (modifier)

Attention, ce que vous trouverez à l’intérieur n’a rien à voir avec ce que vous auriez pu imaginer en ouvrant cet album à la couverture ocre… Ouvrez l’album vous sentez une douce brume provinciale de faits divers mêlée d’histoire familiale. Mais soudain que se passe-t-il ? On arrive dans le thriller sur fonds de personnages complètement malades. Enfin malades, disons plutôt prêts à tout pour sortir de la situation dans laquelle ils sont pour atteindre celle du dessus, et quand on dit prêt à tout il s’agit surtout d’exploiter celle qui est en dessous d’eux tout comme eux même se sentent exploités par celle du dessus. Et là on part en graves dérives du type règlements de compte sur base de torture dans un vieux garage, ou plein d’autres trucs vraiment sympathiques. Le tout en gardant cette placidité morne d’une province tranquille et d’un vulgaire abattoir… Cyniques, violents, sans scrupules, voilà une sacrée brochette de personnages dont la face sociale n’est que masque pour mieux dissimuler. On s’amusera finalement du fait que les masques sociaux les plus inhumains sont en réalité les plus humains, alors que les simples à priori sympathiques sont de véritables psychopathes. La fin bascule dans le complet thriller et la vengeance ce qui est somme toute logique vue le scénario, mais qui parait complètement loufoque dans le contexte originel du récit. Si le scénario décoiffe, il en va de même pour le graphisme, il s’adapte parfaitement à un décor quelconque tout en offrant aux personnages des expressions particulièrement vives et lisibles. Les tons ocres et les ombres complètent le cynisme brutal des protagonistes. Au final, l’ensemble décoiffe, et le lecteur se prend au jeu. Tout cela en fait un album pas mal. Il se lit comme un bon roman, j’imagine qu’il doit s’oublier aussi vite que le polar de l’été aussi, mais au moins le lecteur aura passé un moment agréable.

13/07/2011 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Cette BD pourrait en surprendre plus d'un. A partir de la petite chronique provinciale pas bien méchante, on glisse presque d'un coup dans un thriller au faux rythme, avec plusieurs rebondissements surprenants. On est presque dans le domaine de la caricature, tant par moments certaines situations paraissent un peu surnaturelles, ou plutôt surréalistes. On a l'impression de se retrouver dans une machination un peu étrange. Les personnages sont très détaillés, ils ont des caractères bien particuliers. Cyniques et calculateurs, ils évoluent dans un monde sans pitié. C'est un grand plaisir de retrouver François Ravard aux pinceaux, cette fois-ci il étend son registre, prenant visiblement du plaisir à dessiner des trognes non pas improbables, mais bien marquées, mention spéciale au beau-frère. Au final c'est un album plutôt sympathique, qui fait un peu réfléchir sur la condition des "petites gens", la lutte des classes et les moyens que l'on se donne pour s'en sortir.

23/06/2011 (modifier)
Par jurin
Note: 3/5

La faute aux chinois est une BD qui se lit assez rapidement, fluidité et clarté sont au rendez-vous. Une histoire noire, très noire... Une famille prête à tout pour échapper à sa condition. Aurélien Ducoudray ne fait pas dans le détail, le trio mari, femme et beau-frère ne recule devant rien pour assouvir ses ambitions, personne ne se démarque, ils sont tous aussi pourris les uns que les autres. J’ai souvent trouvé le récit perturbant, parfois même exagéré tant les personnages sont froids, cyniques et calculateurs. Mais Aurélien Ducoudray s’offre quelques facilités scénaristiques car notre trio maléfique ne rencontre pas beaucoup d’obstacles pour atteindre leurs objectifs. Le dessin de François Ravard est plaisant, une mention spéciale pour les expressions du faciès des personnages.

11/06/2011 (modifier)