Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

La Vallée des Papillons

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 2 avis)

Lors d'un séjour au Mali, un homme banal, Léo, éprouve tout à coup un profond désir de séduire lorsqu'il fait la connaissance de trois jolies femmes, Hélène, Sadie et Sigrid au moment où celles-ci, s'approchant d'un âge où le regard des hommes se détourne, tentent de rejouer la quête adolescente du sexe et du désir. (texte de l'éditeur) Grand Prix 2011 "Des Planches et des Vaches"


Afrique Noire Des Ronds dans L’O Les week-ends entre copains Suicide

Lors d'un séjour au Mali, un homme banal, Léo, éprouve tout à coup un profond désir de séduire lorsqu'il fait la connaissance de trois jolies femmes, Hélène, Sadie et Sigrid au moment où celles-ci, s'approchant d'un âge où le regard des hommes se détourne, tentent de rejouer la quête adolescente du sexe et du désir. Pour arriver à ses fins, l'homme s'invente une identité mais se trouve vite pris au piège de ses propres mensonges. La vallée des papillons, c'est la suggestion du désir, l'envie de sexe pour les personnages dont l'un d'eux, va être rapidement confronté à la culpabilité. Rares sont les confessions des hommes face à leur attitude vis à vis des femmes. C'est ce discours d'humilité peu ordinaire que tient Arnaud Floc'h, qui réalise avec cet album une magnifique déclaration d'amour dédiée aux femmes dont il défend la liberté de choisir leur vie, leurs goûts ou leur sexualité sans subir le jugement masculin. (texte de l'éditeur)

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 21 Avril 2011
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Vallée des Papillons
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

20/04/2011 | Mac Arthur
Modifier


Par Spooky
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Spooky

Arnaud Floc'h écrit encore et toujours sur l'Afrique. Et ici c'est l'histoire d'un trio de femmes mûres (enfin, d'environ 40 ans je pense) qui passe un week-end à la "campagne", loin de leurs vies étriquées de Bamako, qui nous est racontée. Un sentiment de fatalité ambiance très vite l'histoire, et la désagréable impression d'une fin triste se fait jour au fil de la lecture, tant ces trois amies sont désespérées, ou du moins mal dans leur peau. Mais très vite je me suis laissé embarquer, les dialogues entre les femmes me semblaient sonner juste, leur situation et la façon dont elles interagissent (se blessant parfois cruellement, ça arrive entre les vrais amis) me semblant assez réalistes. Le trait chaleureux et plein de couleurs d'Arnaud Floc'h a achevé de me convaincre et m'a permis de suivre un roman graphique plutôt pas mal fichu où la pagination élevée (environ 75 pages) laisse au récit le temps de respirer. Un bon 3,5/5.

02/05/2011 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Techniquement, cette bande dessinée est plutôt bien faite. Le dessin est agréable à l’œil, très lisible et bien mis en valeur par une colorisation chaude, en totale adéquation avec le décor, puisque l’histoire se déroule au Mali. La narration est fluide et peu envahissante, les dialogues sonnent la plupart du temps juste, le ton doux amer est agréable. Seul reproche à ce niveau : quelques longueurs inutiles. Elles contribuent certes à installer cette ambiance de torpeur mais n’apportent vraiment pas grand-chose à l’histoire. Malgré ces multiples qualités, je n’ai pas été charmé par cet album. En cause, un thème central qui m’a tout simplement indifféré. Ce mal-être affectif de trois amies, parties pour une escapade en toute liberté dans un espace hôtelier isolé, ne m’a pas interloqué. Je n’y ai vu que des petites histoires de coucherie avec, pour chaque personnage, des petits secrets qui ressemblent juste à des cachoteries sans intérêt. Il se dégage de cet album un sentiment de lassitude, qui cadre bien avec le thème, mais aucune passion. Comme si tout était étouffé sous une chape de chaleur. Ce manque de passion chez les personnages m’a contaminé, je le crains, et si j’ai lu cet album sans déplaisir, je ne l’ai pas dévoré avec avidité. Entre le « bof » et le « pas mal ». Techniquement bien réalisé, il hérite de la cote supérieure car son thème pourra intéresser d’autres lecteurs (et sans doute plus encore lectrices).

20/04/2011 (modifier)