Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

La Jeune Fille et le Vent

Note: 2.73/5
(2.73/5 pour 11 avis)

Dans le royaume de Baoking, les femmes ont tous les pouvoirs, et les hommes ne comptent pas plus que le vent...


Guerre des sexes

Dans le royaume de Baoking, les femmes ont tous les pouvoirs et les hommes ne comptent pas plus que le vent. Par jeu, la princesse Soon-Li et sa compagne Miaô capturent un mâle de la tribu des Glôbs. Mais l’homme ainsi conquis éveille chez Soon-Li des sentiments nouveaux. Miaô tentera de détruire cet amour naissant, qui fera vaciller le royaume sur ses bases.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1997
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série La Jeune Fille et le Vent

09/06/2002 | Thanos
Modifier


Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Voilà une petite série qui ne paye pas de mine mais qui se révèle finalement pas si inintéressante que le laissent supposer les avis précédents que pour ma part je trouve un brin sévères. Le thème tout d'abord qui est plutôt original, celui d'une guerre des sexes dans deux sociétés que tout oppose, un truc pas si courant que cela dans l'univers du "médiéval/fantastique". Le dessin ensuite qui me fait penser à d'autres, Boiscommun par exemple avec des corps acérés, quelque chose qui en tous les cas donne un dynamisme agréable à l’œil. De même la colorisation m'a bien plu. Si l'on rajoute à cela une intrigue certes basique mais qui se laisse lire avec plaisir et est au final divertissante, je ne boude pas mon plaisir et à défaut de conseiller l'achat l'emprunt en bibliothèque n'a rien d’offensant.

16/11/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Voilà un triptyque à propos duquel je n’aurais finalement pas grand-chose à dire, l’ayant lu sans réel enthousiasme. Il n’y a rien de honteux ou de ridicule dans cette histoire. C’est juste qu’elle n’est pas intéressante, qu’il n’y a pas grand-chose qui dynamise le récit, linéaire et peu original (si l’on fait abstraction de cette cité matriarcale s’opposant à des peuples barbares dominés par des hommes : cette « guerre des sexes » n’est pas assez exploitée ou intéressante pour pimenter le récit). L’ambiance asiatique, le vague complot contre la matriarche, ne sont là que comme décor. Et rien ne vient relancer l’intrigue, jusqu’à la fin, pas franchement folichonne, voire bâclée. Quant au dessin, je l’ai trouvé moyen, passe-partout (même si un peu meilleur dans le dernier album). Je n’ai en particulier pas aimé le dessin des chevaux ! Une série décevante.

06/02/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Au vu des images en galerie, ça ne me donnait pas spécialement envie de lire cette Bd ; c'est en tombant dessus en bibliothèque que je me suis agréablement surpris à lire le tome 1 sans ennui.. Car au début, le concept m'a semblé intéressant avec ce peuple matriarcal où les hommes ne comptent pas ou peu, ça m'a rappelé un vieux film des années 70 (dont j'ai oublié le titre) où un astronaute échouait sur une planète gouvernée par des femmes ; ce sujet faisait appel à la SF, tandis qu'ici, le décor et l'univers s'apparentent à une sorte de fantasy sino-nippone, en tout cas c'est un mode de civilisation orientale, et le visuel apparaît au premier abord plaisant, même si je trouve que les architectures auraient pu être plus élaborées. Le tome 1 met bien dans l'ambiance, et je l'ai apprécié, ainsi que la partie graphique, en dépit des visages de Miaô et Soon-Li qu'on a tendance à confondre. Mais le sentiment positif sera de courte durée ; très vite en effet, le sujet dérive bizarrement et se révèle mal exploité, ça ne rime plus à rien, et les 15 premières pages du tome 3 le confirment, c'est carrément du délire mystico-fantastique, avec un final décevant... bref c'est trop peu satisfaisant pour emporter mon adhésion..

15/04/2015 (modifier)
Par Pasukare
Note: 2/5
L'avatar du posteur Pasukare

Mouais... franchement pas terrible cette série. Graphiquement, c'est est assez joli bien qu'un peu trop anguleux à mon goût. Par contre j'ai passé la presque totalité des trois tomes à me demander qui était le personnage que j'avais sous les yeux, entre les deux filles Soon-Li et Miao et même Win l'homme de l'histoire, c'est quand même assez désagréable et empêche certainement de se plonger dans l'histoire. Du coup je me suis plutôt ennuyée à la lecture de ce triptyque, les 3/4 de l'histoire tournant autour d'un amour impossible et d'envolées philosophiques assez barbantes. La chute est fade. Bref, c'est plus que franchement moyen. Je retiendrai la couverture du T3, que je trouve magnifique mais guère plus. Heureusement que j'ai trouvé les 3 tomes à tout petit prix, sinon j'aurais bien regretté mon achat. Un 2/5 généreux, porté presqu'exclusivement par la partie graphique, malgré ses défauts.

20/12/2010 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Subjectivement, je n'ai pas été charmé par ce conte. Et objectivement, j'ai trouvé sa narration médiocre et sa fin décevante. Elle met en scène un décor fantasy inspiré de la Chine et des hordes Mongoles. Le sujet est celui de la guerre des sexes et de l'amour plus fort que tout. Classique. Le dessin m'a paru froid. Il est techniquement correct mais, malgré une amélioration de tome en tome, il fait preuve de faiblesse à mes yeux. Les décors sont épurés et il est bien difficile de s'y retrouver et même de reconnaître la ville principale au fil des pages des trois tomes. En outre, les visages des personnages anguleux sont changeants, arborent des expressions grimaçantes presque toujours identiques et j'ai souvent confondu les protagonistes. Ce qui m'a d'autant plus embrouillé que la narration est déjà assez confuse à mon goût. Les scènes manquent de fluidité, de naturel. Les enchainements se font mal. Les réactions des personnages manquent de cohérence. J'ai cru suivre un opéra tragique décousu et partiellement invraisemblable. Au final, on lit l'histoire sans trop de difficulté car son résumé est assez simple et le thème de la guerre des sexes plutôt efficace. Mais j'ai eu du mal à être convaincu et à comprendre toute la symbolique autour du vent trop présente sans qu'on comprenne vraiment son rôle. Le troisième tome m'a porté le coup de grâce. J'ai eu bien du mal à faire le lien entre la fin du tome précédent et le début de celui-là. J'ai fini par raccrocher les wagons mais j'ai finalement été complètement déçu par la grosse pirouette scénaristique de la toute dernière page. Je me serais facilement passé de cette lecture si j'avais su...

14/11/2009 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Après avoir lu Kwaïdan, j'ai emprunté cette série qui l'a précédée. On y voit déjà le talent de Jung au dessin, notamment au niveau de la colorisation. L'histoire est parfois décousue, j'ai l'impression que le traitement aurait pu être optimisé. L'univers mis en place est fondé sur un antagonisme homme/femme. Les personnages sont sans concessions, mais j'aurais aimé que l'aspect divin soit mieux représenté ou plus concrètement mieux dissocié des humains. La lecture reste quand même aisée, mais le fond n'est pas aussi développé que l'on aurait pu l'espérer. Une bonne série mais dispensable. Kwaïdan se révèle être un meilleur investissement avec son intrigue et ses dessins plus aboutis.

03/01/2008 (modifier)
Par Kalish
Note: 4/5

J'ai été très surpris par cette série. Tout d'abord c'est une des premières fois que je trouve le dessin meilleur que celui des couvertures. Dessin qui, d’abord déroutant par son côté très incisif, devient très vite agréable grâce à son originalité ; le côté vif du trait est très appréciable dans une histoire ou le mouvement (du vent) a une très grande importance. Les femmes sont très bien dessinées sans avoir les formes des bimbos habituelles de la bd actuelle (et je ne parle pas des mangas), les auteurs ont su, malgré la nudité pourtant très présente, éviter le racolage. Pour ce qui est de l’histoire, on a là un très beau conte digne de la fameuse collection de Delcourt. C’est plein de mystère, de magie et de poésie. Ajoutons à cela quelques personnages attachants (Soon-Li et Tsoum) évoluant dans un univers étrange dans lequel les hommes, castrés, sont devenus de simples objets. Et vous obtenez une jolie série qui brille réellement par son originalité.

06/09/2007 (modifier)
Par Monu
Note: 3/5

Une guerre des sexes façon médiéval c’est innovant et original. J’aime le titre de cette série, ça m’a bien accroché, c’est poétique, mystérieux. Et les couvertures sont bien réalisées aussi, mise à part celle du 2 peut-être. En ouvrant je m’attendais pas à un dessin aussi carré, aussi anguleux. Heureusement il s’adoucit au fil des tomes et devient sympathique, pas de quoi fouetté un chat mais c’est agréable et dynamique. Le scénario s’annonçait sympa, ça mélangeait plein de choses, complot politique, guerre, lutte des personnages entres eux, et traitait de différents sujets comme l’homosexualité ou les relations homme-femme. Dommage que le troisième tome gâche l’histoire, Ryelandt zappe complètement la guerre et l’affrontement qui a lieu et fait une fin trop précieuse à mon goût presque en queue de poisson. Ca se lit quand même, pour le plaisir de lire des BDs.

04/03/2005 (modifier)
Par elveen
Note: 3/5

Le dessin n'est pas mal du tout. Je préfère celui de Kwaïdan, plus fin et ayant quelque chose de poétique, mais celui-ci, plus dynamique, est aussi très bon. Les couleurs, bien choisies, participent à l'ambiance de l'histoire. Quant à la mise en page, elle est bien réalisée, sans effets inutiles. Point de vue scénario, certaines choses m'ont gênée: le personnage de Prédictor, qui me semble superflu, et celui de Tsoum, censé apporter un petit plus auquel je n'ai vraiment pas accroché. Dans l'ensemble, l'histoire m'a moins touchée que Kwaïdan; je me suis beaucoup moins attachée aux personnages. Le scénario est cependant original, bien construit, assez riche et il a un côté satirique qui me plaît. Une bonne BD sans être incontournable.

08/06/2004 (modifier)
Par Pierig
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pierig

Les points communs avec Kwaïdan, série mieux connue du même auteur, sont nombreux : mise en scène de filles asiatiques dans une époque lointaine, complots entre deux femmes, amour passionnel et trahison ; le tout traité en trois tomes sous la forme d'un conte. Contrairement à Kwaïdan, le récit de La jeune fille et le vent est original et sans véritable temps mort. Le graphisme de Jung diffère ici de celui développé dans sa série phare : le trait, moins réaliste, est plus dynamique. A souligner que la touche d’humour est cette fois-ci apportée par Tsoum. Bref, c’est une série qui m’a beaucoup plu et qui mérite que l’on s’y attarde, même si les hommes n’y ont pas le beau rôle ! ;)

30/05/2004 (modifier)