Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Hotep

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Aventures dans l'Egypte ptolémaïque...


Egypte Egypte Ancienne Vécu

C'est à Thèbes, à plus de mille kilomètres d'Alexandrie, que débute ce récit. À la mort de son père, Hotep hérite de sa charge de Grand Prophète d'Amon de Karnak, haute fonction du clergé égyptien. Au même moment Demias, le nouvel envoyé du pharaon Ptolémée, arrive à Thèbes où il exige de nouveaux impôts que les égyptiens ne pourront pas réunir. Hotep qui se révolte est condamné à mort, tandis que son épouse Tany et ses enfants sont livrés à l'occupant par le traître Râneb. Alors que sa famille arrive à gagner Alexandrie, Hotep, qui réussit à fuir, cherche à parvenir dans le palais de Ptolémée auquel il souhaite demander justice.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 2007
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Hotep
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

30/08/2010 | Spooky
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Après avoir été l'assistant de Jacques Martin, dessiné 5 épisodes d' Alix et participé à la série éducative "les Voyages d'Alix", Rafael Morales se lance dans sa propre série avec cette saga historique sur l'Egypte antique. Mais la période décrite ici n'est plus celle de la glorieuse Egypte pharaonique; l'action se situe en 287 avant J.C., alors que le pays est sous domination grecque. Le roi Ptolémée Ier règne à Alexandrie, capitale fondée par Alexandre le Grand 45 ans auparavant, au détriment de Thèbes, où est cependant respecté le culte d'Amon au temple de Karnak. En souverain avisé, Ptolémée aime l'Orient comme l'aimait Alexandre, et a su préserver les traditions millénaires. Mais un nouvel épistatès (représentant du roi grec auprès du clergé égyptien) est nommé à Thèbes, Déméas, qui d'emblée se montre hostile et s'impose en conquérant arrogant, désireux de prélever de nouvelles taxes afin d'accabler le peuple et affaiblir les prêtres. Avec l'aide du fourbe Péritas, nouveau stratège de la Thébaïde, il s'oppose à Hotep, premier scribe du temple de Karnak et grand prophète d'Amon. Les scénarios bien documentés servent un peu d'alibis à Morales pour décrire une Egypte renaissante sous le pouvoir grec, tout en conservant ses traditions, et surtout pour représenter de somptueux monuments, dessinés avec une minutie héritée de J. Martin, tels les temples de Louxor et Karnak, ou le fabuleux phare d'Alexandrie, qui constituent une collection de très belles images agréables à regarder et dotées de couleurs chatoyantes. D'ailleurs, le trait académique des décors tranche nettement avec celui plus rond des personnages. Enfin, ne jetons pas la pierre à Morales, il lui faudra un peu de temps pour se débarrasser de l'emprise graphique martinienne, avant de trouver son style; Chaillet l'a fait avec La Dernière Prophétie. C'est quand même une jolie série qui s'ajoute à celles utilisant l'Egypte pour décor. Je l'avais découverte en 2011 lors d'un passage parisien à la boutique Dream's, et j'aimerais bien en connaître la suite. J'ai réussi à ce jour à trouver le tome 2, c'est un épisode qui fait allusion au précédent mais qui a son autonomie ; je n'ai pas retrouvé les mêmes qualités qui m'avaient enthousiasmé dans le premier, c'est un peu moins passionnant, peut-être trop compliqué, c'est encore une histoire de complot doublé d'un assassinat qui entraînent des péripéties, bref il se passe trop de choses, et j'ai dû le lire 2 fois. Sinon, j'ai relevé une bonne restitution des rites funéraires égyptiens, et Morales est toujours aussi doué pour dessiner des décors fabuleux, tel le temple de Karnak qu'il se plait à montrer sous tous les angles ; il y a aussi toujours cette impression des personnages ronds au trait plus épais comme posés sur ces décors au trait fin, mais ce n'est pas gênant à la lecture. Ma note reste donc inchangée.

13/06/2013 (MAJ le 02/04/2014) (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Rafael Morales, l’un des dessinateurs les plus doués de la dernière génération des élèves de Jacques Martin, est le dernier en date à prendre quelque peu son envol et à créer sa propre série. Hotep rappelle tout de même fortement les intrigues d’Alix, où un méchant avec du pouvoir cherche à faire disparaître un prêtre qui pourrait discuter ses choix et sa politique, notamment au niveau fiscal. S’ensuit donc un ensemble de péripéties dans la lignée de la série-star de Martin, dans un contexte très particulier, la fin du règne de Ptolémée 1er, « pharaon » installé par Alexandre le Grand. Cette Egypte grecque, au sein de laquelle les anciennes religions s’efforcent de survivre, me semble assez bien rendue, au niveau des coutumes, mais aussi et surtout des décors, où Morales fait admirer sa belle technique (superbes phare d’Alexandrie et entrée du grand temple de Thèbes !). Par contre au niveau de l’intrigue c’est très basique, et malheureusement l’ombre du gallo-romain blond plane partout, même si Morales ne met pas un petit Enak à côté d’Hotep. Les personnages sont un peu trop nombreux, les rebondissements téléphonés, et la fin du premier tome me semble un peu trop politiquement correct, malgré le début d’une bagarre avec Hotep. Bref, ce n’est pas franchement mauvais, c’est très bien dessiné –pour peu que l’on soit amateur du style Jacques Martin- mais au niveau des intrigues c’est du déjà vu.

30/08/2010 (modifier)