Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Le Poilu

Note: 3.4/5
(3.4/5 pour 5 avis)

Le Poilu... Qui c'est celui-là ? Un guerrier, un brigand, un assassin. Personne de vivant ne l'a jamais vu. On dit qu'il possède une force surhumaine, que les montagnes s'écartent sur son passage. Il recrute des hommes pour les rallier à sa cause et tue ceux qui lui barrent la route. Tandis que le pays est dévasté, deux compères, vils et roublards, vagabondent eux aussi de village en village...


Mirages

Le Poilu... Qui c'est celui-là ? Un guerrier, un brigand, un assassin. Personne de vivant ne l'a jamais vu. On dit qu'il possède une force surhumaine, que les montagnes s'écartent sur son passage. Il recrute des hommes pour les rallier à sa cause et tue ceux qui lui barrent la route. Tandis que le pays est dévasté, deux compères, vils et roublards, vagabondent eux aussi de village en village...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 16 Juin 2010
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Poilu
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

17/06/2010 | Miranda
Modifier


Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Les avis sur ce one-shot m'avaient donné envie de le lire, mais malheureusement je n'ai pas aimé ma lecture. Je ne sais pas si je n'étais pas dans le bon état lorsque j'ai lu l'album, mais malgré tous mes efforts je n'ai pas réussi à rentrer dans l'album. Je n'ai vu qu'une suite de délires sans intérêt, des personnages peu attachants et un scénario décousu qui m'a semblé bien long. C'est dommage parce que j'ai l'impression que chez un autre auteur, j'aurais trouvé plusieurs idées géniales. Peut-être qu'il y a quelque chose dans la manière dont l'auteur développe ses idées qui fait en sorte que je n'ai pas accroché. En tout cas, j'ai bien aimé le dessin qui me fait penser à du Sfar. Donc, encore un album que tout le monde trouve génial sauf moi.

31/10/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Eh bien non, cet album n’est pas le énième surfant sur vague commémorative de la Grande guerre ! Même si ça y castagne, massacre et saigne dur. L’intrigue se déroule dans un endroit et une époque indéterminés (une sorte d’Europe vaguement médiévale ?), dans une ambiance qui rappelle par certains côtés les violences et pillages perpétrés par les Grandes Compagnies aux XIIe et XIIIe siècles. Traversée par des personnages picaresques, l’histoire est à la fois très violente et très noire, mêlant des effets fantastiques (tête qui vit et parle, ou rêveries de « l’Indien » par exemple) à un univers plus classique de guerre pour le pouvoir au milieu d’une société plutôt classique. J’ai en tout cas bien aimé l’ambiance de cet album – que je ne trouve pas proche de celle des Donjons, contrairement à ce que j’ai lu dans un avis précédent (même si le dessin peut faire penser au jeune Sfar ou à Trondheim, mais on peut y trouver du Gippi aussi). Si l’histoire est parfois décousue, loufoque (quelques traits d’humour épars), c’est surtout le traitement graphique qui la distingue je trouve. Et qui peut clairement rebuter certains lecteurs. En effet, le trait est très simple, brouillon – même si certaines planches fourmillent de détails (les villes en particulier). C’est aussi très noir, et l’alliance de ce Noir et Blanc gras (avec des dégradés de gris) et de ce dessin presque « enfantin » parfois (tailles et proportions des animaux et personnages sont souvent atypiques) sont à la fois la force et la faiblesse de cet album très original dans son traitement. Si vous êtes réticent à ce style, passez outre, car cet album en vaut la peine. Relativement épais (180 pages environ), il demande un certain investissement (temps, concentration) pour être savouré à sa juste valeur. C’est une belle découverte, et je vous encourage à en faire autant !

16/04/2017 (modifier)
Par iannick
Note: 3/5
L'avatar du posteur iannick

« Le Poilu » ? C’est un guerrier invincible qui terrorise tous les peuples se dressant sur son chemin. Ça se passe dans un monde médiéval fantastique et le lecteur suivra les péripéties de deux brigands qui profitent de l’arrivée du poilu pour dépouiller les malheureux… C’est une bd très dynamique, dotée d’un humour noir proche des séries « Donjons » réalisées par Joann Sfar et Lewis Trondheim, que nous propose Olivier De Resséquier. Cette vivacité, on peut le ressentir dans sa façon de dessiner où son trait est à la fois nerveux et souple. A propos de ce type de dessin, je le trouve assez proche de Joann Sfar, un auteur que j’aime beaucoup. Certaines planches qui montrent des vues d’ensemble sont vraiment très belles. Les différents protagonistes présentent des tronches originales et expressives. Quant au scénario, celui-ci est très riche en péripéties et peuplé de personnages aussi loufoques les uns des autres. Bref, on ne s’ennuie pas une seule seconde ! Au début de cette histoire, le lecteur n’y verra pas trop l’intérêt de la présence des deux brigands mais ceux-ci joueront un rôle de plus en plus important dans ce récit au fil de la lecture… Cependant, le dénouement est classique et ne devrait donc pas vous surprendre. Alors, avec autant d’à priori positifs, ai-je vraiment adoré cette bd ? Oui et non… car il faut aimer l’humour proche du duo Sfar/Trondheim pour apprécier cette série, ce qui est loin d’être mon cas puisque j’apprécie moyennement le comique des « Donjons » basé sur des protagonistes qui se castagnent joyeusement entre eux. « Le poilu » est une bd qui m’a fait passer un bon moment de lecture car le récit est très dynamique : les péripéties y foisonnent et les personnages sont assez attachants. Quant au coup de patte d’Olivier De Resséquier, je l’ai trouvé plaisant à contempler et original (quoiqu’il présente des similitudes avec le style de Joann Sfar). Cependant, il faudra aimer l’humour proche des « Donjons » pour apprécier pleinement cette bd ; si c’est le cas pour vous, foncez l’acheter les yeux fermés !

09/08/2010 (modifier)
Par Ems
Note: 4/5

Il y a chez Olivier De Rességuier beaucoup de similitudes avec Sfar à ses débuts. Le récit est frais et enlevé, les personnages sont parfois burlesques mais toujours attachants. L'histoire semble partir dans tous les sens mais il n'en est rien. Elle est maîtrisée jusqu'au final. Cette lecture fut un moment de plaisir, j'ai hâte de retrouver cet auteur en espérant qu'il gardera sa spontanéité et son originalité. Le dessin fait penser à Sfar pour le trait mais aussi à Vanoli pour le remplissage en hachures ou en lavis gris. C'est dense mais très détaillé, il y a des superbes dessins pleine page. Cette BD coûte 1 fois et demi plus cher qu'une BD classique mais elle offre une pagination quadruplée, il serait dommage de passer à côté. A conseiller mais aussi à confirmer.

09/08/2010 (modifier)
Par Miranda
Note: 4/5
L'avatar du posteur Miranda

Je regrette simplement d’avoir lu cette bd dans un état de fatigue un peu avancé, du coup une relecture s’impose, je n’ai pas profité pleinement de ma lecture. C’est avant tout dû au graphisme, tout en dégradés de gris façon lavis et aussi parfois assez hachuré, il ne faut pas avoir les yeux fatigués si l’on veut bien voir tous les détails. C’est ce graphisme original qui m’a tout de suite attirée. Les formes sont rondes et généreuses, il y a très peu d’angles et de lignes droites, seules les habitations en ont. Le récit est prenant, c’est de l’aventure fantastique où foisonnent les personnages. L’auteur aurait pu se contenter d’en faire un simple récit d’aventure mais il y a mis des éléments un peu barrés, comme une tête parlante, quelques cochons humanisés, un tout petit poil de magie et des situations pour le moins extravagantes qui apportent un excellent suspense au récit vu qu’on ne sait absolument pas où l’auteur veut en venir. Les personnages, tout au moins les personnages principaux, sont attachants et ne manquent pas d'humour. Le ton est celui des histoires à la Sfar, Trondheim et Cie, difficile donc de ne pas aimer. L’objet aussi est joli, avec ses 174 planches pour un prix finalement largement raisonnable et son temps de lecture bien amorti.

17/06/2010 (modifier)