Candide de Voltaire

Note: 2/5
(2/5 pour 2 avis)

Adaptation du livre de Voltaire.


Adaptations de romans en BD

Candide vivait, en toute insouciance, dans le meilleur des mondes possible :le magnifique château westphalien de Tunder-Ten-Tronch. Jusqu'au jour où, pour avoir osé poser les yeux sur la fille du châtelain, la belle Cunégonde, il est expulsé de ce petit paradis. Dans son errance, Candide découvrira alors le monde tel qu'il est vraiment : un monde de guerres, de violence, de bêtise et de mort ! Texte:L'éditeur

Scénaristes
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 08 Octobre 2008
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Candide de Voltaire
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

05/06/2010 | Gaston
Modifier


Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Au collège en 4ème ou en 3ème, je me souviens avoir étudié Candide de Voltaire. Celui que j'ai retrouvé dans cette bd ne correspond pas vraiment à l'idée que j'avais de ce conte philosophique. A vrai dire, je pense que l'adaptation en bd n'est pas chose aisée. Le dessin est naïf à l'image de notre héros qui cherche le meilleur des mondes. On assiste en spectateur à une série de mésaventures qui devraient justement renforcer Candide dans son comportement et non l'enfermer dans une sorte d'insouciance légère. C'est tout le contraire qui se produit et du coup, on décroche assez rapidement. Bon, les fans de la positive attitude apprécieront certainement.

12/02/2011 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Pas fameuse cette adaptation d'un livre de Voltaire que je n'ai d'ailleurs jamais lu. Les péripéties s'enchainent tellement rapidement que ça n'est pas du tout crédible. De plus, l'histoire et les personnages me semblent très caricaturaux, mais dans ce cas-ci je crois que c'est plus la faute du dessin plutôt que du texte. Pendant le trois quarts des cases, j'avais l'impression que les personnages surjouaient et particulièrement le héros dont la naïveté est franchement énervante. D'ailleurs, lorsqu'il se faisait mal, j'étais plutôt content et je ne pense pas que c'était l'émotion que voulaient nous faire ressentir les auteurs.

05/06/2010 (modifier)