Ari

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

L'univers est dominé par deux puissantes sociétés commerciales qui s'affrontent dans un combat sans merci. La C-Coke, une marque de cola dont la politique rigide et agressive est inspirée par le séduisant Roméo, et la P-Soda, sa grande rivale aux valeurs sociales et morales des antimondialistes, dirigée par le bouillant Cassius. La Matriarche qui dirige l'univers donne pour mission à la jolie Ari, jeune vierge (?) de 15 ans, de rétablir la paix entre les deux maîtres du Monde.


Auteurs espagnols

L'univers est dominé par deux puissantes sociétés commerciales qui s'affrontent dans un combat sans merci. La C-Coke, une marque de cola dont la politique rigide et agressive est inspirée par le séduisant Roméo, et la P-Soda, sa grande rivale aux valeurs sociales et morales des antimondialistes, dirigée par le bouillant Cassius. Choisie par la Matriarche, la brune et piquante Ari, pas aussi vierge que le veut la prédiction, se lance avec fougue dans une terrible bataille contre les Maîtres des deux puissants empires économiques. Craquante, rusée, la courageuse petite brune a plus d'un tour dans son sac pour mettre un terme au combat que se livrent les deux puissantes sociétés. Humour, aventure, fantastique, mais aussi séquences coquines, se succèdent à un rythme d'enfer tout au long de ce diptyque réjouissant venu d'Espagne. Texte éditeur

Scénariste
Dessinateur
Man
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 24 Août 2006
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Ari
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

20/12/2007 | Ro
Modifier


Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Deux choses me plaisent bien dans cette BD : les couvertures des albums qui sont efficaces, jolies et attirantes, et l'originalité de son ton et de son graphisme qu'on pourrait considérer comme étant "pétillant" et relativement novateur. Le dessin est un mélange moderne de style européen, manga et un peu cartoon comics. Efficace, il ne me plait cependant pas vraiment car je trouve qu'il présente certaines simplicités un peu trop manifestes : gros membres, visages stylisés, épure du détail allant vers plus de facilité que d'efficacité... Le contraste entre ce style de dessin et les scènes souvent gores ou érotiques qu'il représente est parfois étonnant. Nous sommes loin de l'esthétique surprenante de Junko Mizuno, mais il y a quand même une touche de graphisme décalé qui n'est pas sans intérêt. Ceci étant dit, je n'ai vraiment pas été convaincu par le récit. L'intrigue est confuse, suffisamment en tout cas pour que l'éditeur lui-même s'y perde puisque son résumé, recopié dans la fiche de cette BD, est passablement incorrect. Il y est question de guerre commerciale entre deux méga-corpos qui dirigent l'humanité, inspirées d'un Coca-Cola autoritaire face à un Pepsi-Cola qui cultive une fausse image altermondialiste. Entre les deux, c'est la guerre à tous les niveaux, sur tous les champs de bataille, et ça explose et le sang gicle à tout va. Et par dessus cela, il y a la prophétie d'une déesse matriarcale bienfaisante qui doit revenir sauver le monde en réunissant les corporations sous sa coupe, une histoire un peu à la Sky-Doll. Voilà pour le décor mais pour le récit lui-même, on suit Ariadna, fille adoptive du dirigeant de C-Coke, qui a pour mission de tuer celui de P-Soda et qui va alterner scènes d'actions sanglantes, trahisons, scènes de sexe racoleuses et complètement gratuites et moments teintés de fantastique où... elle va faire gonfler ses seins pour devenir femme... Le ton est bizarre, à moitié entre le sérieux et le ridicule assumé. Je n'ai pas accroché. Si on la prend au sérieux, l'histoire est nulle et mal racontée, trop confuse. Et si on cherche l'humour, eh bien je n'ai pas ri du tout (à part au moment burlesque où Ari fait gonfler ses seins pour redresser son mécha qui perdait l'équilibre). En outre, je n'ai pas aimé les séquences gore, les scènes de sexe racoleuses et tellement mal-à-propos la plupart du temps (le vieux dirigeant de C-Coke qui se branle dans son lit ?!) et j'ai encore moins apprécié les quelques passages scatos et une fois de plus complètement inutiles dans le cadre du récit. Un peu bizarre comme BD et on peut du coup en saluer une certaine forme d'originalité, mais assez ratée dans sa narration et au contenu relativement vide et plutôt immature au final.

20/12/2007 (modifier)