Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Munro

Note: 2.71/5
(2.71/5 pour 7 avis)

Les aventures d'un journaliste américain dans les années 30


1930 - 1938 : De la Grande Dépression aux prémisces de la Seconde Guerre Mondiale Journal Spirou Journalistes

Nous sommes dans les années 30, aux Etats-Unis... Phil Munro ?... Un peu journaliste, un peu détective... Bien malgré lui, il va se retrouver mêlé dans un combat sans merci contre la pègre internationale. Cette lutte, un peu de David contre Goliath, va l'emmener aux quatre coins du globe ; du continent américain au chinois, en passant par l'Europe... Ce combat ne lui sera pas de tout repos et il n'en sortira pas indemme à chaque confrontation. Mais rien ne semble pouvoir l'arrêter...

Scénariste
Dessinateurs
Coloristes
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 1988
Statut histoire Série terminée 4 tomes parus
Couverture de la série Munro
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

24/11/2006 | L'Ymagier
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Tiens, tiens, je viens de retrouver dans les numéros du journal Spirou de 1987 et 88, cette série policière, encore une Bd que j'avais oubliée, décidément ces bibliothèques fermées pour cause de confinement, me permettent de retrouver pas mal de Bd oubliées, c'est le seul avantage que j'en retirerai. Ma foi, c'est pas mal, c'est sympathique, peut-être un peu trop audacieux pour un journal jeunesse comme Spirou, quand on voit des bandes comme Dan Lacombe ou Archie Cash qui ont en leur temps affolé la direction du journal et même décontenancé certains jeunes lecteurs, je me dis que c'était peut-être pas le journal dans lequel cette Bd pouvait être publiée, mais sans être transcendante, elle distrait agréablement. Je n'ai pu relire que les 3 récits dessinés par Griffo, son dessin est semi-réaliste, il change carrément de style et simplifie son dessin parce qu'à cette époque là, il avait déjà dessiné S.O.S. Bonheur il me semble, c'est pas grave mais j'aurais préféré un trait plus réaliste qu'il appuiera ensuite sur ses autres bandes. Le ton policier est un peu insolite, le héros vit des aventures assez dingues à travers le monde où se succèdent savants fous, criminels déments, créatures monstrueuses et dictateurs cruels, dans une ambiance conçue pour donner un léger frisson, les histoires renouent avec une tradition de roman populaire, et Philip Munro (clin d'oeil à Philip Marlowe ?) peut ressembler un peu au héros de la série Le Privé d'Hollywood, sauf que là il n'y a pas de glamour, et l'ensemble sort un peu du cadre policier parfois. Il morfle un peu aussi, mais pas autant que dans des séries réalistes comme Bruno Brazil où Greg n'hésitait pas à tuer des personnages. Une Bd sympa qui a eu une trop courte carrière et qui aurait pu faire encore du chemin, elle n'a sans doute pas été reconnue à sa juste valeur.

20/11/2020 (modifier)
Par greg
Note: 2/5

Sentiment très mitigé devant une série assez inégale sur un personnage de détective privé. Le premier tome semble commencer comme une aventure d'Adèle Blanc-Sec, l'histoire mélange en effet méchants vraiment méchants, créatures diaboliques, savant avec invention pouvant changer le monde, espionnage...Tout est là, même les dessins sont proches du style de Tardi. Globalement le premier tome est réussi, si l'on met de côté de gros "trous" : la créature ayant déclenché l'affaire s'échappe et disparait, sans qu'on ne la revoie ou reçoive une quelconque explication sur son origine et ses facultés. Ce genre de "trous" est un fil rouge suivant la série, puisque dans le tome 2 le héros ne résout pas l'affaire de son client (et on ne reçoit pas davantage d'explications sur la manière dont le "méchant" veut procéder ou pourquoi il est devenu un meurtrier), dans le tome 3 il se retrouve affublé d'un enfant chinois à la place de son domestique également chinois, sans autres explications, et que dans le tome 4 il devient tout à coup reporter-photographe (sans compter que le personnage féminin follement amoureuse du héros dans les deux tomes précédents devient tout à coup une espèce de vamp qui se jette sur le premier venu et que un autre personnage qui ne voulait pas quitter la Chine dans le tome 3 se retrouve également tout à coup à leurs côtés dans les Andes....). Le dessin dans les tomes 2 et 3 s'éloigne ensuite du style de Tardi, tandis que les intrigues deviennent assez terre à terre. Le tome 4 change de dessinateur, ce qui nous fait passer de Adèle Blanc-Sec à Caroline Baldwin. Graphiquement la rupture est flagrante, et n'étant pas amateur du style de Taymans, cela ne me plaît guère.

27/05/2018 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 J'ai eu l'impression que cette série était un hommage aux vieux polars tellement les histoires étaient à la fois classiques et conventionnelles. Il n'y a rien de vraiment exceptionnel dans cette série. Les personnages ne sont pas très attachants sauf peut-être un ou deux méchants. Le héros est typiquement le genre de héros qui semble invincible qui m'énerve. Je n'ai rien contre ça, mais il y en a trop ! Malgré cela, je n'ai pas trouvé que la série était totalement mauvaise. Il y a quelques bonnes idées, la narration est fluide et puis j'aime beaucoup le dessin de Griffo qui donne une certaine atmosphère au récit.

06/08/2012 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Des scénarios basiques dans lesquels foisonnent des facilités attristantes. Des personnages classiques pour la bande dessinée populaire mais guère charismatiques à mes yeux. Un ton assez adulte, qui ne cadre pour moi ni avec les facilités scénaristiques évoquées ci-dessus ni avec certains personnages manifestement placés là pour permettre au jeune lecteur de s’y identifier. Une narration agréable mais sans réelle originalité. Un dessin très ligne claire « années 80 » à mi-chemin entre Tardi et Taymans. Pas étonnant d’ailleurs que ce soit ce dernier qui signe le quatrième tome. Une colorisation tranchée, qui garantit une grande lisibilité mais qui n’est pas de nature à me charmer. Une série oubliée qui peut le rester.

09/09/2011 (modifier)
Par okilebo
Note: 3/5

J'avais lu les trois tomes dessinés par Griffo. Le scénario de Di gorgio était plutôt convaincant et je pense que cette série aurait pu avoir un succès plus mérité. Les différentes histoires développées ici, nous plongeaient dans une ambiance de polar hollywoodien. Les récits étaient assez classiques, mais l'ennui n'était jamais présent. Il est clair que le dessin de Griffo était curieusement inspiré du graphisme de Tardi. Cette démarche était-elle volontaire en hommage à l'auteur ? Dieu seul le sait ! Bref, Munro était une série conventionnelle, mais très agréable à lire. Difficile de conseiller l'achat de cette série car je pense qu'il y a longtemps qu'elle n'est plus au catalogue de l'éditeur.

21/12/2006 (modifier)
Par ArzaK
Note: 3/5

Pas mal de souvenirs, ça... Cette bd, en fait, fait presque figure de classique dans mon esprit... Car je me souviens très bien du premier album que j'avais découvert dans Spirou alors que j'avais 9-10 ans... C'était la première bd plus "adulte" que je lisais, on sortait un peu du cadre "grand public" de Spirou et je trouvais le côté un peu macabre de l'histoire très effrayant... J'ai lu aussi les autres albums dans Spirou et c'était une série qui me plaisait assez, sans me passionner outre mesure. J'ai relu deux de ces albums, il n'y a pas si longtemps. J'ai pu ainsi replonger dans mes souvenirs d'enfant effrayé concernant le premier tome. J'ai constaté que tout cela était quand même extrêmement conventionnel et il est fort probable que la série n'a pas marqué les esprits pour cette même raison... J'ai été surpris aussi de voir à quel point, dans le premier tome, en tout cas, Griffo était influencé par Tardi, c'est assez frappant... Qui imaginerait ça aujourd'hui? Il en est très loin à présent... Difficile de conseiller ou non l'achat... Moi j'ai racheté ces deux albums pour des raisons extrêmement personnelles. Je ne pense pas que ce soit une bd qui mérite même une réédition, c'est quand même une bd assez représentative des années 80... Années de frilosité éditoriale où les éditeurs ne fournissaient plus que de la bd d'aventure néo-classique peu originale...

24/11/2006 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Munro fait ses débuts dans l'hebdo Spirou n° 2568 du 30 Juin 1987. Mwouais... pas mal, mais j'en ai un peu marre d'un mec qui, quasi à lui seul, se met en devoir d'affronter Maffia, Camora et Cosa Nostra réunies... et en rester vivant. Série à prendre au second degré donc et, dès ce moment, que j'ai -un peu- appréciée. Les scénarios ?... Bien construits, certes, mais qui ressassent encore et toujours les "mêmes" histoire d'un justicier contre la pègre. J'ai néanmoins aimé l'atmosphère, les ambiances rendues, dans un style qui me fait penser aux films "noirs" de l'époque. Le dessin ?... Je dirais du semi réaliste que, j'avoue, ne pas trop aimer (mais chacun ses goûts, bien sûr). Une série ni sérieuse, ni comique, qui se lit sans trop se prendre la tête mais qui, sincèrement, ne m'a pas procuré de grande joie de lecture. Les albums ?.. Il y en aura 4, cartonnés, édités de 1988 à 1992. A noter que le dernier tome a été dessiné par André Taymans. Pour amateurs de Griffo, et uniquement je pense.

24/11/2006 (modifier)