Gérard Lambert (Les aventures de)

Note: 2/5
(2/5 pour 2 avis)

Le cuir en étendard, la moue de celui qui se méfie des méchants, le chanteur Renaud invente son frère de coeur, Gérard Lambert.


Musique

Le cuir en étendard, la moue de celui qui se méfie des méchants, Renaud invente son frère de coeur, Gérard Lambert. D'abord personnage de chansons, Renaud tente d'allier ses velléités d’auteur avec sa passion pour la B.D. puisque les aventures de Gérard Lambert sont croquées pour la postérité par Jacques Armand. Juste avant Noël 81, sortira le premier (et dernier) album de BD dont Renaud a écrit le scénario, " Les aventures de Gérard Lambert ". Il sera épuisé en un temps record, bien que, selon le propre aveu de Renaud, il ait fait le scénario à toute vitesse, un peu par-dessus la jambe. Les dessins sont signés Jacques Armand, alors prof de dessin et illustrateur dans un hebdomadaire de l'Eure. Malgré le succès commercial de cette première expérience, Renaud ne donnera pas suite à ce scénario. Jacques Armand reprendra le flambeau lui-même pour un deuxième album où Gérard Lambert découvre le monde de la boxe et ses magouilles mais ça s'arrêtera là.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 1981
Statut histoire Une histoire par tome 2 tomes parus
Couverture de la série Gérard Lambert (Les aventures de)
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

14/04/2005 | Ro
Modifier


Par Cassidy
Note: 2/5

Je n'ai lu que le 1er, auto-édité par Renaud, chanteur que j'aimais beaucoup avant qu'il ne devienne ce qu'il est aujourd'hui... Il regroupe 2 histoires : une adaptation de la chanson rigolote Les Aventures de Gérard Lambert, et une histoire inédite (et pas rigolote) écrite par Renaud dans laquelle un "blouson noir" censé être le Lambert de la chanson se retrouve embarqué dans un coup fumant. C'est une BD qui accuse assez sérieusement son âge : le dessin fait vieillot, le décor et les personnages appartiennent à un monde qui n'existe quasiment plus, le traditionnel petit loubard en blouson de cuir et parlant un argot de titi parisien ayant été remplacé par l'encasquetté en survête (avec une des jambes du pantalon relevée sur la cheville) dont le langage se limite à de gutturaux "Vazi", "Tavu" et autres "Ssdeupute". Autant dire que Gérard Lambert est une "BD moisie" comme on les aime sur BDthèque. Honnêtement, malgré ma sympathie pour le Renaud de la bonne époque, je trouve que cet album n'a franchement pas grand intérêt : très peu pour ses fans, et à peu près aucun pour les autres, en fait. La 1ère histoire aurait été sympa parmi plein d'autres dans le recueil BD d'enfer, mais là c'est un tiers de l'album et c'est un peu faiblard. Quant à la deuxième, bah... Renaud a bien fait de faire chanteur plutôt que scénariste de BD. Bref, voilà, à moins d'être super nostalgique des années 70/80 et de l'époque où les p'tits loulous hantaient la banlieue (auquel cas vous feriez d'ailleurs mieux de vous tourner plutôt vers le film Les Démons de Jésus) vous pouvez faire l'impasse sur cette vieillerie.

14/04/2005 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Moui, bon, c'est pas mon genre d'histoire. Gérard Lambert, c'est le blouson noir de base, le gars qui zone dans les cités, qui chourrave des motos, qui se bastonne, qui draguent les minettes des bourges, etc... bref, l'alter-ego voyou du chanteur Renaud. Mais franchement, ce n'est pas le genre de perso auquel je m'accroche. Le dessin est correct. En noir et blanc, il a une touche un petit peu vieillotte et je trouve la mise en image un peu fouillis et pas toujours très agréable à lire. En outre, les visages des personnages ne sont pas toujours facilement reconnaissables. Bref, ce n'est pas exceptionnel à ce niveau là. Quant au scénario, celui imaginé par Renaud est plutôt léger, s'attachant plus au personnage de Gérard Lambert qu'à une intrigue vraiment prenante. Le scénario du second tome, imaginé par Jacques Armand, amène une petite dose d'intérêt par la découverte des dessous du monde de la boxe, mais l'intrigue devient rapidement une magouille de fric dans laquelle Gérard Lambert se retrouve embarqué. Ca se laisse lire mais ça ne marque vraiment pas l'esprit pas plus que cela captive le lecteur. Tout porte à croire que le succès commercial à l'époque venait surtout de la part des fans de Renaud qui se sont arrachés son album uniquement parce que c'était lui au scénario et que ça parlait d'un personnage récurrent dans ses disques. Mais à part ça...

14/04/2005 (modifier)