Affaires de famille (A Family Matter)

Note: 2.33/5
(2.33/5 pour 6 avis)

Panier de crabes.


Kitchen Sink Press Will Eisner (1917-2005)

Le vieux Ben est malda et il est riche. Mais c'est son 90ème anniversaire ! Et toute la famille sera là ! Et quelle famille ! Ils arrivent comme des vautours des quatre coins du pays, pour attendre sa mort. Tous vont se déchirer autour de Ben, qui voit défiler une bonne partie de sa vie : les drames, les moments heureux...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 1998
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Affaires de famille
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

12/01/2005 | Spooky
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Après "Le Building", c’est ma deuxième expérience de lecture d’une œuvre de Will Eisner – que beaucoup semblent ici porter très haut (et pas que sur ce site d’ailleurs). Bon, ben, force est de constater que je n’ai pas encore trouvé les albums qui pourraient justifier ces louanges. J’ai même été moins intéressé par cet album que par ma précédente lecture. C’est un album qui se lit rapidement, mais sans que je m’y sois attaché. J’ai trouvé cela relativement creux, convenu, prévisible. Cela ne part ni dans l’humour noir, ni dans le récit corrosif, alors que le sujet s’y prêtait. Et ce roman graphique qui met à nu cette famille, à l’occasion du 90ème anniversaire du patriarche n’est vraiment pas passionnant. Des flash-back mettent en perspective les relations entre la fratrie et leur père, mais rien d’original dans cette histoire à l’ironie douce-amère. A noter que le titre de la première édition (celle que j’ai lue), « Une affaire de famille », me paraissait être plus pertinent que celui de l’édition Delcourt. Bref, je retenterai ma chance à l’occasion si un autre album d’Eisner me tombe sous la main, mais j’avoue en attendre de moins en moins de surprise… En tout cas, vous pouvez facilement vous dispenser de cet album, à réserver aux fans extrêmes de l’auteur.

21/12/2015 (modifier)
Par sloane
Note: 2/5
L'avatar du posteur sloane

Pas vraiment le meilleur W. Eisner qui soit même s'il faut le reconnaître son scénario se déroule impeccablement. Non ! En fait, ce qui pêche par dessus tout, ce sont les personnages vraiment trop caricaturaux à mon goût et une histoire très convenue une fois le décor planté. Alors, heureusement qu'il y a le trait si caractéristique et un sens de la dramatique complètement maîtrisé. Mieux vaut lire cet opus en bibliothèque et préférer d'autres titres de cet auteur.

15/01/2015 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

C'est clairement une œuvre mineure d’Eisner. Son dessin est toujours aussi exceptionnel avec un dynamique incroyable quoique j'aurais préféré que cela soit totalement en noir et blanc. Le scénario se laisse lire, notamment grâce au dessin, mais il n'y a rien de vraiment passionnant car tout est cousu de fil blanc (contrairement à d'autres Eisner où il y avait des surprises dans le scénario) et les personnages sont tellement têtes à claques que je n'avais pas trop envie de lire une histoire avec eux comme protagonistes. À lire à la limite pour les ultra-fans de l’auteur (comme moi). Pour les autres, il y a des titres 100 fois mieux.

08/05/2013 (modifier)
Par PAco
Note: 2/5
L'avatar du posteur PAco

Si le trait de Will Eisner reste un modèle du genre encore aujourd'hui, son scénario a quant à lui pris un bon coup de vieux. Cette impression de déjà lu et revu gâche un peu le plaisir de lecture de cette histoire assez classique. Une famille éclatée se retrouve et se déchire à l'occasion de la fête organisée pour les 90 ans du père de famille. Les protagonistes sont psychologiquement taillés à la serpe et archétypaux : la bourgeoise qui a épousé le bon parti ; le fils raté alcoolique qui a abandonné son fils ; la délurée et dévergondée de service ; l'avocat raté, etc. Aucune réelle surprise dans cette brochette de personnages qui s'écharpent entre eux à qui mieux mieux, en rêvant à l'héritage de leur paternel. Le dénouement est également cousu de fils blancs. Bref, sans ce coup de patte et son sens de la composition, cette BD n'a pas vraiment de saveur tant le sujet abordé parait aujourd'hui éculé.

12/12/2012 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

« Et puis y a la toute vieille qu’en finit pas de vibrer, et qu’on attend qu’elle crève vu que c’est elle qui a l’oseille, mais qu’on n’écoute même pas ce que ses pauv’ mains racontent ». C’est par ces paroles d’une célèbre chanson de Jacques Brel que je commencerai cet avis. « Une affaire de famille » exploite la même idée que la chanson susmentionnée. Une famille réunie autour d’un repas, ici à l’occasion des 90 ans du patriarche. Chaque personnage se souvient de moments forts vécus au sein de cette famille, mais les moments en question sont à chaque fois à classer au rang des mauvais souvenirs. J’ai trouvé les différents protagonistes très typés, trop typés, … stéréotypés … Le déroulement du repas est également assez conventionnel et la fin prévisible. Au final, un album qui se lit rapidement et d’un œil, mais joliment illustré. Un dessin en noir et blanc sur fond rouge orangé dépouillé et vivant. Pas de quoi provoquer mon enthousiasme. Je m’en vais réécouter « Ces gens là » du grand Jacques en lisant cette fois quelque chose, je l’espère, d’un peu plus passionnant.

06/03/2009 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Schéma classique des héritiers présomptifs qui se déchirent autour d'un patriarche, Une Affaire de famille a été écrit et réalisé par Will Eisner à plus de 80 ans. Il utilise toutes les recettes et les personnages du genre : la fille dévouée, le fils profiteur et avide, le petit-fils qui n'a pas eu de chance... Mais le récit, du début à son (triste) dénouement, n'est pas très passionnant, car assez prévisible. Heureusement que le dessin reste sympathique. Mais Une Affaire de famille est une oeuvre mineure d'Eisner.

12/01/2005 (modifier)