Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

La Fête du strip

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Humour noir et con.


Bichromie Humour noir Strips

Personnages désabusés, dialogues au vitriol, Cerq louvoie entre les travers humains, nos espoirs idiots et nos rêves débiles sans pour autant s’interdire quelques jeux de mots crétins. Un comic strip sombre et très drôle. (site éditeur)

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 28 Février 2020
Statut histoire Strips - gags 1 tome paru
Couverture de la série La Fête du strip
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

28/06/2020 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Je suis particulièrement friand d’humour noir et con, et je suis donc tout à fait le cœur de cible de cet album, qui en est rempli. Les strips s’enchaînent et, autour de quelques personnages récurrents, mettent en scène les petites lâchetés (la voyante insultant et méprisant son client désespéré, tout en faisant tout pour le garder comme client), le cynisme assumé (le père donnant des leçons de savoir vivre à son fils, en piétinant la morale et le bon sens), l’ennui source de noirceur et de bêtise (les deux vieux cons sur leur banc qui philosophent sans neurone ni morale), les relations hypocrites entre Batman et Robin, etc. Comme souvent dans ce genre d’entreprise, c’est inégal, et tout n’est pas drôle et réussi, loin de là. Mais l’ensemble se tient dans une honnête moyenne du genre, il y a là assez de gags amusants (pour qui accepte ce type d’humour) pour y trouver son bonheur. Quant au dessin, secondaire pour ce genre de recueil, il est bien sûr minimaliste. D’autant plus qu’il n’y a pour chaque strip qu’un seul dessin (sauf rare exception), réutilisé plusieurs fois, entre 3 et 6 fois, seuls les dialogues changeant. Et Cerq réutilise ensuite de multiples fois les mêmes dessins pour d’autres strips, ce qui fait que les personnages, les situations sont récurrents. La lassitude et le manque de surprise menacent, certes, mais cela peut aussi être source de gags jouant justement sur cette récurrence. Un album sympathique, qui égayera les amateurs d’humour noir et con je pense.

28/06/2020 (modifier)