Margot la folle (Robinson)

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

Margot, une ermite arriérée qui vit du produit de sa pêche, se complaît dans une misanthropie qui la rend folle. Une interprétation sordide et miséreuse du tableau Dulle Griet de Bruegel, par un acteur mué en scénariste.


Peinture et tableaux en bande dessinée

Sur un littoral austère, par une météo grisâtre, une femme sort nue de la mer en tirant derrière elle une grosse corde, à laquelle est accroché un panier d’anguilles. C’est Margot, une solitaire un peu simplette et bizarre, qui vit du produit de sa pêche. Elle rejoint son embarcation, s’habille, monte la voile et se dirige vers un ponton. Une fois dans son cabanon, elle se fait cuire une marmite pleine d’algues grises et avale cette immonde mixture. Le lendemain, elle déverse son panier d’anguilles dans une caisse. Ce faisant, elle glisse et s’étale de tout son long dans la vase, ce qui lui vaut les moqueries des occupants d’une barque passant à quelques brasses de là. Elle met ensuite le cap sur le village. Sur le marché du port, elle vend ses anguilles à la criée. Une fois cela fait, elle boit un petit coup et accepte de participer à un jeu simple : les autres pêcheurs la font sauter avec un drap. Mais ce jeu est mesquin : ils en profitent pour récupérer les sous qu’elle a gagnés et qui tombent de ses poches ! Elle s’en aperçoit… mais pendant qu’ils la font sauter, elle ne peut rien faire. Ils finissent d’ailleurs par la faire sauter dans la mer. Margot est écœurée… une fois de plus. Elle rentre chez elle avec la rage et une infinie tristesse au cœur…

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 05 Septembre 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Margot la folle (Robinson)
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

17/02/2019 | Erik
Modifier


Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Si n'ai bien compris, cette oeuvre serait inspirée d'un tableau du peintre flamand Pieter Brueghel intitulé Margot la folle. On aura droit à une paysanne qui traverse un paysage peuplé de monstres pour piller les enfers. Margot mène en effet une vie misérable et triste. Dans ce monde cruel, elle ne connaît que la haine et le mépris. La moralité de ce conte est de ne pas user de la sorcellerie pour connaître la richesse, l'amour et l'amitié sinon on risque de payer un prix encore plus élevé. Il est vrai que certaines personnes ont tendance à se tourner vers des solutions de facilités en faisant appel à des astrologues pour mieux y voir dans leur vie. Or, on ne ressort qu'avec encore plus de déception et de l'argent en moins. Pour le reste, j'avoue ne pas trop avoir apprécié cette oeuvre avec une telle vision sordide du monde qui nous entoure. L'environnement graphique est gris et sordide. Bref, il faut aimer.

17/02/2019 (modifier)